Max PEPPOLONI
Journaliste européen et juriste de droit social
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 févr. 2022

Max PEPPOLONI
Journaliste européen et juriste de droit social
Abonné·e de Mediapart

Désespoir: quand les pires prédictions se réalisent...

Après un billet publié en 2016, préoccupé de la situation politique, je me demandais comment prévenir le développement des nationalismes populistes d'extrême droite. En 2022, la droite a colonisé l'espace médiatique français et deux partis extrêmes se battent comme des chiffonniers avec l'aide financière de la Russie et de la Hongrie (pour le RN) et de Bolloré (pour Zemmour).

Max PEPPOLONI
Journaliste européen et juriste de droit social
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En 2016 je disais:

"En France, en 2015, le « Front de gauche », ainsi que les partis d’extrême gauche, sont exclus du gouvernement et de la majorité parlementaire actuelle, mais le seul parti dont on entend toujours parler dans les médias, c’est celui d’extrême droite. A part la rhétorique de l’extrême droite qui parlait d’UMPS pour parler d’un seul acronyme des deux partis qui s’alternent au pouvoir depuis 20 ans, il n’y a pas de « grande coalition » de gauche-centre-droite comme en Italie ou en Allemagne.

Mais cela ne saurait tarder, un ministre français parait-il a déjà fait la proposition de fusion de listes PS - Les Rep pour les prochaines régionales (Les Républicains : nouveau nom de l’UMP, et qui n’ont de républicain que le nom). C’est l’effet « union sacrée », après les attentats de janvier, et la réponse à l’épouvantail « terroriste », inventé pour contrer l’autre épouvantail (fasciste ou d’extrême droite) que l’on redoute tant ; beaucoup plus que le péril communiste estimé moins crédible depuis la chute du mur de Berlin."

Malheureusement, le Front de Gauche a explosé en raison de discordes entre partis de gauche.

La rhétorique du Rassemblement National: le slogan UMPS est devenue une réalité, l'UMP a implosé et à changé de nom (Les Républicains) et le PS a explosé, en passant sous la barre des 5 % des intentions de vote. Le parti La République en Marche (LREM), a pris la majorité absolue à l'assemblée, grâce au système électoral majoritaire. Le parti de celui qui se disait "ni de gauche, ni de droite", a réuni le plus grand nombre de caciques des anciens partis de droite et de gauche, en une grande coalition 'gauche-droite' comme en Italie et en Allemagne.

Mais l'extrême droite est encore plus forte qu'avant, avec une chaine de télévision CNEWS qui lui donne plus de 38% du temps de parole alors qu'il relègue la parole d'autres partis la nuit à une heure de plus faible écoute.

Je disais aussi: "Ce dont nombre de politiciens ont peur : ils se disent ni de droite, ni de gauche, c'est d'un conflit Nord-Sud, du terrorisme comme d'une arme de guerre à basse intensité. Mais le risque vient plus de l’extrême droite ultra-nationaliste, qui rejette l'Europe supranationale.".

Force est de constater qu'aujourd'hui le risque vient toujours plus de la Pologne et de la Hongrie, et leurs gouvernements de droite, qui refusent d'appliquer les directives européennes ou la charte des droits fondamentaux de l'UE et de les reconnaître comme supérieures à leurs lois nationales.

En France, la constitution dans son article 55 précise: "Les traités ou accords régulièrement ratifiés ou approuvés ont, dès leur publication, une autorité supérieure à celle des lois, sous réserve, pour chaque accord ou traité, de son application par l'autre partie.".

---

En Ukraine aussi, des partis d’extrême droite se renforcent, depuis 2014 particulièrement. Les dirigeants du "régiment Azov" ont tenté de rejoindre le jeu politique ukrainien en créant en 2016 le parti "Corps national" dont les membres sont d'anciens combattants de l'unité.

Un article sur Slate précise: "Opposé à la fois à l'impérialisme russe et à l'influence de l'Union européenne, Corps national fait reposer son projet international autour de «l'Intermarium», un concept géopolitique porté dans l'entre-deux-guerres par l'autoritaire chef de l'État polonais (1918-1922) Józef Piłsudski d'union territoriale de la Baltique à la Mer noire avec pour modèle la République des Deux Nations, née de l'union de la Pologne et de la Lituanie au XVIe siècle. L'avatar politique du régiment Azov y voit une union politique de la «vraie Europe», qui constituerait à la fois un bloc face à l'expansionnisme et l'agressivité de la Russie de Poutine à l'Est –volontiers qualifiée de «néo-bolchevisme»– mais aussi un rempart face aux valeurs honnies de l'Occident: le libéralisme, le multiculturalisme, la laïcité, le féminisme et la défense des droits des minorités. C'est en quelque sorte la Troisième voie tant recherchée par les nationalistes-révolutionnaires, par exemple le GUD et ses héritiers en France avec lequel des liens sont entretenus.".

Beaucoup de français sont allés se former en Ukraine, avec le "régiment Azov" et sont revenus encore plus radicalisés. "On a aussi désormais affaire à un réseau international de suprémacistes blancs violents" explique Mollie Saltskog, analyste renseignement au sein du cabinet de conseil stratégique Soufan Group lors d'une interview en juin 2019 au journal Vice. Un extrémiste français : Gregoire Moutaux a été condamné en mai 2018 en Ukraine, pour avoir prémédité et préparé des attaques térroristes à des synagogues et des mosquées en France.

Espérons seulement que l'actuelle guerre en Ukraine n'aille pas renforcer les groupements paramilitaires aux tendances néonazies qui pourraient noyauter ou infiltrer l'armée régulière Ukrainienne en grandes difficultés, y compris en raison d'un grand nombre de soldats russophones dont l'allégeance à la nation ukrainienne indépendante ne signifie pas de perdre le lien avec la Russie et qui risquent eux au contraire, de déserter.

Une situation qui risque de dégénérer, au grand plaisir d'un BHL qui pourra aller se montrer sur le front ukraino-russe, en clamant encore se battre pour la liberté des peuples.

© Max PEPPOLONI février 2022

https://www.leparisien.fr/culture-loisirs/tv/equite-du-temps-de-parole-le-rn-trop-present-a-lantenne-cnews-mise-en-demeure-par-le-csa-12-06-2021-3GKLY6BVQNDXTHPA7Q3HJOP7KM.php

https://www.arretsurimages.net/articles/temps-de-parole-politique-lci-et-cnews-se-moquent-du-csa

https://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2021/12/03/cnews-mise-en-demeure-par-le-csa-pour-avoir-relegue-aux-horaires-de-nuit-la-parole-du-gouvernement-et-de-la-france-insoumise_6104653_3236.html

https://www.liberation.fr/checknews/le-rn-est-il-davantage-invite-que-les-autres-partis-dans-les-matinales-des-radios-et-chaines-dinfo-20210612_DR556MBMQJCZJCHNVF7ATCIPEM/

https://www.liberation.fr/economie/medias/36-des-invites-politiques-de-cnews-sont-dextreme-droite-20210614_TP4X4N2KC5AHHHR7AH3ULWI6WU/

http://www.slate.fr/societe/au-nom-de-la-race-blanche/episode-4-terrorisme-extreme-droite-conflit-ukrainien-laboratoire-creuset-militarisme

https://www.vice.com/en/article/vb95ma/far-right-extremists-have-been-using-ukraines-civil-war-as-a-training-ground-theyre-returning-home

https://www.france24.com/en/20180522-ukraine-terrorism-convicts-frenchman-over-euro-2016-football-france-attack-plot

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Annie Ernaux, une œuvre intime et percutante
Annie Ernaux vient de se voir décerner le prix Nobel de littérature, et il y a de quoi se réjouir. Mais que vient dire cette récompense d’une écrivaine qui déclare : « Ce que je veux détruire, c’est aussi la littérature » ?
par Lise Wajeman
Journal — International
Lev Ponomarev : « La folie de Poutine progresse à mesure qu’il perd, puisqu’il ne sait pas perdre »
Lev Ponomarev, opposant à Vladimir Poutine, est un défenseur des droits, en exil pour avoir protesté contre l’invasion de l’Ukraine. Il dresse le tableau d’une Russie aussi accablée qu’accablante. Et raconte son expérience de demandeur d’asile en France.
par Antoine Perraud
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim
Journal
Pétrole : le cartel des pays producteurs ajoute sa pierre à la récession mondiale
En décidant de réduire massivement sa production pétrolière, l’Opep+e cartel des pays producteurs prend le risque de précipiter une crise mondiale. Maître du jeu dans l’organisation, l’Arabie saoudite est désormais totalement ralliée à la Russie. L’Occident n’a jamais été aussi isolé.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Quand les riches se mettent à partager
Quand Christophe Galtier et Kylian Mbappé ont osé faire leur sortie médiatique sur les jets privés et les chars à voile, un torrent de réactions outragées s'est abattu sur eux. Si les deux sportifs clament l'erreur communicationnelle, il se pourrait en fait que cette polémique cache en elle la volonté des dominants de partager des dettes qu'ils ont eux-mêmes contractées.
par massimo del potro
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon