Menacés de massacres, les habitants de Sinjar appellent le PKK à leur secours

Les habitants de Sinjar , dans la province de Ninova, appellent le PKK et les combattants kurdes syriens à venir protéger leur région face à la menace jihadiste, après le retrait des peshmergas qui auraient laissé les habitants sans défense.

Les habitants de Sinjar , dans la province de Ninova, appellent le PKK et les combattants kurdes syriens à venir protéger leur région face à la menace jihadiste, après le retrait des peshmergas qui auraient laissé les habitants sans défense.

Cette région majoritairement Kurde, de religion yézidi,  était sous la menace directe de l'Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL), après la chute de Mossoul, le 10 juin. Aujourd'hui, le 3 août, yézidis fuient leur maisons.

Neuf peshmergas ont été tués le 2 aout dans une embuscade des jihadistes près du village de Sihela, dans la région de Zakho.

Des violents combats ont également eu lieu le 2 aout lors d'ne attaque menée par des jihadistes contre un barrage et une installation pétrolière près de Mossoul, faisant au moins 14 morts parmi les Peshmergas kurdes, dont un haut gradé.

LES KURDES SYRIENS ENTRENT EN IRAK

Les forces kurdes irakiens ont fini par se retirer, ce qui a permis aux combattants de l'EIIL de s'emparer de deux petits champs de pétrole, Ain Zalah et Batm.

Pour épauler les peshmergas, les combattants kurdes syriens sont entrés en Irak par le poste-frontière de Rabia, située en face de la ville de Til Kocher (Al-Yaroubia) sous contrôle des Unités de Défense du Peuple (YPG), armée kurde syrienne constituée de femmes et d'hommes.

Les pesmergas se sont également retirés du poste-frontière de Rabia et de la région de Sinjar (Şengal en kurde), a-t-on appris de sources locales. Les kurdes yézidis sont entrés en résistance avec leurs moyens, tout en appelant les combattants du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) et les YPG à venir défendre cette région menacée de massacres.

Connus pour leurs crimes sauvages contre l’humanité et crimes de guerre, les jihadistes de l'EIIL ont avancé d'abord, avec des armes lourdes, vers des villages de Girzerik, Sibashakhidir, Tilbana,Tilkassab et Kocho, puis sont entrés dans la ville de Sinjar. Craignant de massacres, les habitants de cette région fuient en masse. 

Le président du mouvement démocratique des Yezidis, Said Hassan, a affirmé que les villageois se réfugient dans la montagne Sinjar. « Nous appelons le PKK à agir pour défendre notre peuple » a-t-il dit. 

Les combattants du PKK et les YPG seraient déjà en marche pour stopper l'avancée des jihadistes et protéger la population locale, selon des sources kurdes.

LES KURDES, SEUL RAMPART CONTRE L'EIIL 

Les jihadistes de l'EIIL ont subit des nombreuses défaites successives contre les combattants kurdes syriens, épaulés par le PKK. Les YPG ont repris fin juillet plusieurs collines autour de Kobani (Aïn al-Arab en arabe) aux mains des jihadistes.

Au moins 685 membres de l'EIIL ont été tué au cours du mois de juillet dans la région de Kobani, selon les YPG qui affirment avoir détruit six chars et quatorze bases de l'EIIL et avoir saisi de nombreuses armes.

72 combattants et combattantes kurdes ont perdu la vie lors de ces combats. Les jihadistes avaient l'intention de prendre la ville avant la fin du Ramadan, le 28 juillet, mais ils ont du fuir dans plusieurs zones. 

Blog de Maxime Azadi avec ActuKurde.fr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.