Des milliers de civils menacés dans les monts Sinjar

Des milliers de kurdes yézidis, en majorité des femmes et des enfants, sont toujours bloqués dans les monts Sinjar, encerclés par des barbares de Daesh. Ils ne reçoivent aucune aide humanitaire. 

Des milliers de kurdes yézidis, en majorité des femmes et des enfants, sont toujours bloqués dans les monts Sinjar, encerclés par des barbares de Daesh. Ils ne reçoivent aucune aide humanitaire. 

04-11-201-sinjar-10.jpg

La tragédie humanitaire à Sinjar n'a pas encore pris fin et risque d'être plus lourd.

Le risque de nouveaux massacres est là, car les monts de Sinjar sont totalement encerclés par une organisation coupable de crimes sauvages.

Il n'y a aucun accès terrestre. Le corridor de sécurité ouvert en août par des combattants kurdes vers le Kurdistan syrien a été fermé fin septembre après une attaque menée par des ennemis de l'humanité avec des armes lourdes.

Après la prise de la ville de Sinjar, le 3 août, des centaines de milliers de personnes avaient fui leurs maisons. Selon des sources yézidies, environ 5 mille personnes ont été massacrées et cinq mille autres ont été enlevées. De nombreuses femmes ont été réduites en esclavage, ont été violées ou vendues. 

04-11-201-sinjar-7.jpg

Des dizaines de milliers personnes avaient été sauvées via le corridor de sécurité ouvert par les combattants kurdes syriens, les YPG, et ceux du PKK.

Pour le moment, les hommes de Daesh n'arrivent pas à monté sur les monts Sinjar, défendus notamment par des combattants du PKK.

ILS NE RECOIVENT PAS D'AIDES

Mais l'hiver se fait ressentir de plus en plus fort. Les civils ne reçoivent aucune aide. Le transport par voie aérienne est le seul moyen d'atteindre ces civils. Ils se sentent abandonnés par les autorités irakiennes et les pays occidentaux.

04-11-201-sinjar-6.jpg

Selon une ONG yézidi qui s'occupe de la distribution d'aide, entre dix mille et douze mille civils se trouvent actuellement dans les monts Sinjar.

"85% des familles n'ont pas de tentes et près de 60% des enfants n'ont pas de chaussures" a déclaré Said Hassan Said, le président du mouvement pour la liberté et la démocratie des Yézidis (TEVDA),

Un journaliste kurde, lui-même bloqué dans les monts, a affirmé que ces milliers de personnes qui n'ont pas quitté leur terre sont protégées par des combattants kurdes.

Ces gens vivent dans des conditions très difficiles. Ils ont besoin de tout.

04-11-201-sinjar-5.jpg

Pour le mouvement yézidi, il est urgent d'ouvrir un corridor humanitaire pour sauver les civils ou au moins apporter  des aides humanitaires, notamment des vêtements chauds, des tentes hivernales, des nourritures et  du combustible liquide pour chauffage.

Blog de Maxime Azadi avec ActuKurde.fr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.