Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

0 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 juil. 2012

Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

Les kurdes syriens se sont unis

Malgré les tentatives de déstabilisation et de division visant le Kurdistan syrien pour renforcer le Conseil National Syrien (CNS), les principales formations kurdes se sont unies en signant un accord qui appelle à la révolution par des moyens pacifiques et à la chute du régime.

Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Malgré les tentatives de déstabilisation et de division visant le Kurdistan syrien pour renforcer le Conseil National Syrien (CNS), les principales formations kurdes se sont unies en signant un accord qui appelle à la révolution par des moyens pacifiques et à la chute du régime.

Le plan de Kofi Annan et la dernière conférence du Caire se sont soldés par l’échec. Le CNS formé à Istanbul et soutenu par le trio Qatar-Turquie-Arabie Saoudite, ainsi que l’Occident, n’arrive pas à être crédible et continue sur la même voie nationaliste et anti-démocratique que le régime Baas suive depuis 40 ans, en ignorant les droits légitimes du peuple Kurde.

Le Conseil du Peuple qui regroupe plusieurs partis kurde dont le PYD, le plus influant, et le Congrès national kurde (CNK), deuxième formation au Kurdistan syrien, ont décidé d’unir leur force au sein d'un seul et même bloc après des discussions menées au Kurdistan irakien entre le 9 et 10 juillet. L’accort a été signé en présence de président du Kurdistan irakien, Massoud Barzani.

Désormais, les kurdes syriens seront représentés aux niveaux national et international par le Conseil suprême kurde, constitué de 10 personnes. L’accort prévoit également trois comités ; des affaires étrangères, social et de la sécurité.

Dénonçant tout acte de violence et les activités visant la déstabilisation de la région kurde, l’accord appelle à la révolution par des moyens pacifiques et la chute du régime.

Le co-président du Conseil du Peuple, Abdoulsalam Ahmed,  a dit : « Nous sommes pour une révolution populaire par des moyens pacifiques. Le régime syrien doit être détruit et remplacé par un système démocratique.  Les droits du peuple kurdes doivent être reconnus dans la future constitution. »

Le PYD a été le seul parti kurde refusant de prendre place au sein du CNS dès le début de la révolte lancée mi-mars 2011, déclarant que le but de trio répressif Qatar-Turquie-Arabie Saoudite n’était pas de construire la démocratie, mais de faire obstacle devant les réalisations du peuple kurde.

Sous la menace directe du régime syrien et la Turquie, et face au silence, la complicité et les manipulations de l’Occident, les kurdes ont poursuivi à construire leur autonomie démocratique, en ouvrant à l’initiative du PYD des écoles de langue, interdits jusqu'à la révolte, créant des communes, des conseils du peuple et des comités de légitime défense pour protéger la population kurde, estimée entre 2 et 3 millions, soit 15 % de la population du pays.

Le manœuvre de l’Occident de placer le kurde Abdel Basset Sayda à la tète du CNS, n’a eu aucun écho positif chez les kurdes, malgré une campagne de désinformation et de manipulation pour mettre les kurdes au service du CNS.

La conférence du Caire, tenue le 2 juillet, a aussi été un échec, car le Comité de coordination pour le changement national et démocratique (CCCND), l’opposition interne incluant le PYD, et le CNK ont quitté la réunion pour protester contre le CNS qui a refusé de reconnaitre les droits légitimes du peuple kurde lors de la réunion.

Les kurdes n’ont toujours pas oublié la conférence du Caire de mars 1921 lorsque les Anglais,  les Français et quelques pays arabes de l’époque ignoraient le Kurdistan. Aujourd’hui la conférence du Caire justifie encore une fois le refus des organisations kurdes face aux alliances anti-kurde et anti-démocratie au Moyen-Orient.

Blog de Maxime Azadi avec ActuKurde

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise