Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

0 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 oct. 2011

Carte interactive des 253 fosses communes en Turquie

Une organisation de défense des droits de l'homme en Turquie a élaboré une carte interactive sur laquelle figurent les lieux de 253 fosses communes contenant environ 3250 corps humains.

Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Une organisation de défense des droits de l'homme en Turquie a élaboré une carte interactive sur laquelle figurent les lieux de 253 fosses communes contenant environ 3250 corps humains.

Cette carte, première de son genre, a été élaborée par l'association des droits de l'homme (IHD) et rendue publique en septembre. Lançant également un site Internet (www.ihddiyarbakir.org), l'association a identifié 253 fosses communes séparées contenant au moins 3248 corps dans vingt régions kurdes.

Parmi ces régions, la carte indique que 30 charniers avec 298 corps se trouvent à Diyarbakir, 36 contenant 376 corps à Siirt, 35 avec 485 corps à Bitlis, 33 avec 347 corps à Hakkari et 33 autres fosses communes avec 468 corps à Bingol.

Raci Bilici, secrétaire de la branche de Diyarbakir d'IHD, affirme que la plupart des 40 000 victimes de la guerre n'ont pas de tombe connue. « Les pratiques inhumaines des années 90 constituent une violation flagrante des conventions internationales et des droits humains » souligne-t-il.

Alors que les « Mères du samedi», familles de disparus kurdes qui descendent dans la rue chaque samedi depuis 1995, les autorités turques gardent toujours leur silence et refusent de regarder son passé en face comme si rien s'était-il passé. Plus de 17 000 personnes ont été victimes de meurtres politiques non élucidés ou portés disparus au cours de leurs détentions dans les années 90.

Le débat sur les fosses communes est particulièrement intense notamment après la découverte d'un charnier contenant les ossements d'au moins 12 personnes le 5 Janvier à Mutki, dans la province de Bitlis, dans le cadre d'une enquête sur le sort des 38 kurdes disparus. Des dizaines d'autres charniers ont été découverts par les villageois dans la même région. Mais la justice turque refuse arbitrairement d'exhumation en présence des avocats et des représentants des droits de l'homme, car plusieurs fosses communes se trouvent dans des zones militaires.

DES AVEUX ATROCES

Yıldırım Begler, ancien membre du Jitem, l'unité de renseignement de la gendarmerie dont l'existence est niée officiellement mais reconnue par des anciens éléments lors des procès, avait récemment avoué l'existence des fosses communes contenant environ 200 corps dans la région de Sirnak. Se refugiant en Norvège, Il avait également affirmé aux journalistes que de nombreuses personnes ont été tuées par la torture et la plupart des corps ont été brûlés dans les fours des gendarmeries ou jetés depuis des hélicoptères.

Jitem est l'un des appareils de la « guerre spéciale » ou « salle guerre » menée contre les kurdes. Selon des sources locales, ils sont toujours actifs dans la région du Kurdistan, se vêtissent en tenus de guérilleros. Cette structure de l'Etat, est aussi accusée de l'assassinat de Hrant Dink, le journaliste Arménien tué le 9 janvier 2007 à Istanbul par un ultranationaliste.

437 COMBATTANTS TUÉS PAR DES ARMES CHIMIQUES

L'association des droits de l'homme publie régulièrement des rapports sur la situation des droits de l'homme et les pratiques de la salle guerre en Turquie. Au moins 437 guérillas kurdes ont été tuées par des armes chimiques lors des 39 opérations militaires menées par l'armée turque depuis 1994, avait affirmé IHD dans son rapport publié en aout dernier.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — États-Unis
L’auteur britannique Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie était hospitalisé vendredi après avoir été poignardé, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet de blog
« Les Crimes du futur » de David Cronenberg : faut-il digérer l'avenir ?
Voici mes réflexions sur le dernier film de David Cronenberg dont l'ambition anthropologique prend des allures introspectives. Le cinéaste rejoint ici la démarche de Friedrich Nietzsche qui confesse, dans sa "généalogie de la morale", une part de cécité : "Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés…"
par marianneacqua
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe