Pourquoi le mot Kurdistan est enlevé dans la version original du film Yol?

« Le film Sürü (Le Troupeau), en fait, c’est l’histoire du peuple kurde, mais je n’ai même pas pu utiliser la langue kurde dans ce film. Si on avait utilisé le kurde, tous ceux qui ont collaboré à ce film auraient été mis en prison. Dans le cas de “Yol”, l’essentiel devait être axé sur Diyarbekir, Ourfa et Siirt. Bien que le film ait été monté en Europe, je n’ai pas réussi à faire tous les doublages en kurde. J’ai essayé de créer cette atmosphère par des doublages, par la musique...» dit Yilmaz Güney, dans une interview accordée au journaliste français Chris Kutscher en 1983.

Malgré que le film Yol ait été produit en Europe, il a voulu qu’il ait des motifs kurdes. C’est pour cela qu’au début du film, il met le mot « Kurdistan » en majuscule. Yilmaz Güney, via ce film, transmet au cinéma le drame que les kurdes ont vécu.  Au-delà de son côté politique, avec son histoire et son esthétique du cinéma, le film a un succès. Après que le film a été interdit en Turquie, il a sorti son film en cachette en Europe et la fiction a été faite ici, ensuite a été envoyé en 1982, au 35ème Festival du Film de Cannes et il a obtenu la Palme d’Or avec le film de Costa Gavras Missing (La perdue).

Durant le festival Yilmaz Güney évitait de se montrer car il était recherché par Interpol, et c’était un danger pour son avenir. On le voit à la soirée de distribution des GrandsPrix. À partir de cette soirée, il était celui qui avait eu le prix de la Palme d’Or et il est devenu un personnage célèbre.

« Yol » est interdit en Turquie depuis 35 ans

Étant connu dans le monde, le film est petit à petit devenu une légende. Malgré cette réputation légendaire le film a été toujours banni en Turquie et ça continué jusqu’à sa mort. À cause des interdictions politiques Yilmaz Güney est enterré à Paris. Cette interdiction a continué après le décès de Güney, jusqu’à 1999. Ensuite le film a été modifié/renouvelé par Fatos Güney (l’épouse de Yilmaz Güney) et certaines parties ont été enlevé pour que le film puisse être montré en salle. Une des scènes supprimées c’est celle du mot Kurdistan écrit en majuscule qui était bien présente dans la version de 1982. Cela fait 35 ans que la version originale de ce film est toujours interdit en Turquie.

Ici notre but ce n’est pas de faire un historique de Yol. De nombreuses personnes, au moins une fois dans sa vie a regardé à ce film ou entendu plus ou moins son histoire. Le film Yol au nom de « Yol- The Full Version » est montré au 70ème Festival de Film de Cannes dans la section des « Classiques de Cannes ».

Qui est derrière ce projet ?

La nouvelle version du film est restaurée par le producteur Suisse Donat Keusch. Avec des changements de contrastes, du son et avec une durée de 1h56 est projeté dans la salle Bunuel de Cannes. En comparant avec les autres films de la section des Classiques de Cannes, la salle été quasi remplie.  La nouvelle version nous mène à questionner sur certain aspect :  comment une organisation prestigieuse comme Le Festival du Film de Cannes peut-elle se permettre à une chose pareille?

Avant la projection du film, dans son discours, Donald Keusch à préciser que c’était un film Kurde-Turc et a été produit en Suisse. Il poursuit son discours : « en 1982 pour le Festival du Film de Cannes 25 minutes ont été supprimé. Après 35 ans je me suis dit que ce film mérite d’être restauré » c’est ainsi qu’il a exprimé son but.

On ne peut pas s’en passer sans se demander quel était le but de Keusch en vue de restauré ce film. Les scènes supprimées par Yilmaz Güney même ont été réutilisé. Notamment le passage de Adanali Suleyman, 6ème personnage du film, ce dernier ne ressortait pas bien avec la fiction du film. Dans la nouvelle version, il a ajouté seulement les scènes de Suleyman, qui est le chef d’une famille mafieuse. Avec le nouveau doublage, la version de Yilmaz Güney de 1982 a été jouée. Maintenant sous le nom de la « restauration » le film va prendre à nouveau sa place dans les comptoirs des vendeurs de DVD.

« Il s’agit d’un massacre ! »

L’ancien producteur Edi Hubschmid a qualifié de « massacre » la nouvelle version de Yol, dans une interview accordée à l’agence de presse kurde Firat News. Dénonçant le « populisme » et « opportunisme », il a affirmé que la suppression du mot Kurdistan dans le film est une grande erreur. « Trente-trois ans après la mort du réalisateur du film, un tel changement est un massacre à mes yeux.  A mon avis, le film Yol ne représente pas Yılmaz Guney dans cet état. »

Après la projection du film, Donald Keusch a salué toutes les personnes, plus précisément le représentant du ministère de la culture turc et ont quitter la salle ensemble à la fin de la projection.  Après cette mise en scène de Keusch et le ministre turc peut-on dire Donald Keusch veut-il négocier sur le film ? Qu’est-ce que les responsables turcs ont proposé pour la suppression du mot Kurdistan ? Est-ce une opération pour faire perdre la version originale du Yol ? Keusch détient le droit de production/distribution du film et à partir de maintenant cette version sera projetée en salle. Et cela signifie que la version originale va disparaitre !

Ce qui est incompréhensible, comment le Comité du Festival du film de Cannes a accepté, après 35 ans, un film éloigné de sa version originale ? Il faudra que cette question trouve sa réponse ! Il est vrai que dans les Classiques de Cannes les films dit Classique sont projeté mais pas de cette manière. Le Yol de Yilmaz Güney a reçu le grand prix de « Palme d’Or » avec la mention Kurdistan, et c’est la première version, la plus juste.  

En plus du Kurdistan, les chansons et quelques motifs kurdes trouvent sa place dans ce film. Le but de Güney était de montrer ce film, qui a passé par des conditions extrêmement difficiles au niveau international. Il avait une seule condition pour projeter son film au Festival du film de Cannes : « Si vous enlevez le mot Kurdistan je vais retirer mon film ». Finalement le film a été montré avec la mention Kurdistan. Le Yol qui a eu la Palme d’Or c’est celui de Yilmaz Güney avec Kurdistan et c’est l’original. En dehors de ça toutes les autres versions n’appartiennent pas à Güney et qu’il était modifié !

Le producteur du film, Donald Keusch, prétend que la version restaurée est le film original. 33 années après le décès de Yilmaz Güney une telle revendication est-ce éthique ? Donald Keusch doit à l’opinion publique une réponse à cette question.

Fatos Güney est aussi contre cette nouvelle version. Son combat avec Donald Keusch est sur le droit de film. Mais à ce stade on ne s’intéresse pas à leur combat. Mais n’oublions pas qu’en Turquie, en 1999 le film est sorti en salle avec la censure du mot Kurdistan. Cette censure continue aussi aujourd’hui. Mais j’en suis sûr que les fans de Yilmaz Güney ne s’intéresseront pas à la nouvelle version. Pour eux il y a un seul Yol c’est celui de Yilmaz Güney.

*L’article du journaliste Ali Guler, travaillant pour l’agence Firat News

*Traduit en français par Aysel Aris

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.