Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

0 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 sept. 2014

Kurdistan syrien: la résistance de Kobané est la Stalingrad du Moyen-Orient

Les combattants kurdes syriens ont réussi à stopper les jihadistes de Daesh et passe à l’offensive, tuant des centaines de membres du Daesh. Qualifiant la résistance de Kobané de « Stalingrad », le PKK a affirmé que ce n'est pas cette ville qui tombera, mais le fief de Daesh Tell Abyad.

Compte désactivé

Compte désactivé

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les combattants kurdes syriens ont réussi à stopper les jihadistes de Daesh et passe à l’offensive, tuant des centaines de membres du Daesh. Qualifiant la résistance de Kobané de « Stalingrad », le PKK a affirmé que ce n'est pas cette ville qui tombera, mais le fief de Daesh Tell Abyad.

Alors que le siège de la ville de Kobané (Ayn al-Arab) se poursuit depuis 15 jours après une offensive sans précédente de Daesh avec des tanks et le soutien indéniable de la Turquie, les combattants kurdes avancent vers Tell Abyad, fief de Daesh, depuis la ville kurde de Sêrékaniyé (Rass al-Aïn), à 180 km de Kobané.

UNE ATTAQUE FEDAYIN PAR CINQ COMBATTANTS KURDES

Les deux derniers jours, lundi et mardi, au moins 146 jihadistes de Daesh ont été tués par des combattants kurdes dans les régions de Kobané et Sêrékaniyé

Les combattants kurdes syriens ont mené dans la nuit de lundi à mardi une attaque fedayin à Kobané. Des affrontements violents ont eu lieu sur trois fronts, au sud, au nord, à l'est et à l'ouest de Kobané. Au moins 86 membres du Daesh ont été tués dont 29 dans l'attaque fedayin menée dans le village de Gawri par cinq combattants kurdes qui ont perdu la vie, selon un communiqué du centre de presse des YPG. Ces combattants se seraient infiltrés dans une zone où de nombreux jihadistes s’étaient rassemblés, précise le communiqué.

Mardi après-midi, les YPG ont mené deux nouvelles attaques dans le sud-ouest de Kobane, tuant 20 membres du Daesh.

LES KURDES MARCHENT SUR TELL ABYAD

40 autres jihadistes ont été tués dans les zones de Rawia, Dahma et Mabrukah, situées au sud de Sêrékaniyé, lors des opérations menées par des YPG afin de briser le siège de Kobani. Les villages de Rawia et Dahma, ainsi que la petite ville de Mabrukah ont été pris aux mains de l'organisation barbare. Neuf combattants kurdes ont perdu la vie dans les mêmes affrontements. Ces opérations qui ont été lancées le 21 septembre ont pour objectif d'atteindre la ville de Tell Abyad, fief de Daesh, sur la frontière avec la Turquie, où les jihadistes reçoivent le soutien militaire et logique.

Dans un précédent bilan publié le 22 septembre, le centre de presse des ont déclaré que plus de 230 jihadistes ont été tués entre les 15 et 22 septembre. Au total 32 combattants kurdes ont perdu la vie dans ces combats au cours desquels les YPG ont détruit quatre tanks, vingt véhicules dont sept transportant des canons antiaériens et sept autre canons antiaériens, durant la même période.

LES KURDES DE TURQUIE SE MASSERONT LE LONG DE LA FRONTIERE

Sur l'autre coté de la frontière, soit au Kurdistan de Turquie, des milliers de personnes continuent d'affluer à Suruç, dans la province d'Urfa pour protester contre les attaques de Daesh et la complicité des autorités turques.

Après l'appel du PKK lancé aux Kurdes de Turquie de passer à l'offensive et prendre part dans la résistance, les organisations kurdes en Turquie ont décidé de se masser le long des 161 km de frontière avec le Kurdistan syrien, mercredi 24 septembre.

Le leader kurde emprisonné Abdullah Ocalan a appelé le 22 septembre "l'ensemble du peuple kurde à entrer en résistance face à cette guerre à haute intensité", selon son un de ses avocats.

LE PKK : KOBANÉ EST DEVENUE STALINGRAD

Dans un communiqué la coprésidence de l’Union des communautés du Kurdistan (KCK), le système politique du PKK qui prône un confédéralisme démocratique du Moyen-Orient a affirmé que la ville de Kobané est devenue Stalingrad et qu'elle a un rôle déterminant pour l'avenir de toute la région.

« Comme le rôle de la résistance de Stalingrad contre le fascisme pendant la Deuxième Guerre Mondiale, la résistance de Kobané rouera certainement un rôle déterminant pour changer le cour de la guerre. Ni les bandits de Daesh, ni la Turquie et les autres forces qui sont derrière Daesh n'atteindront leur but. »

LE PROCESSUS DE PAIX N'A PLUS DE SENS

Le commandant militaire du PKK, Murat Karayilan a de son coté souligné que le processus de paix (en Turquie) a pris fin avec les attaques visant la région de Kobané. 

« Il est désormais claire que la Turquie n'est pas sincère pour une solution. Ce processus n'a plus de sens. En réalité, il a pris fin. Mais c'est notre leader Apo (Abdullah Ocalan) qui aura le dernier mot. Ce qui se passe (à Kobané), est une déclaration de guerre »

"Nous n'avons désormais aucun souci, la Turquie est dans le plan avec Daesh" pour faire tomber Kobané et créer une zone tampon, a-t-il dit. "Ce n'est pas Kobané qui tombera, mais Tell Abyad" a-t-il ajouté le commandant kurde.

Blog de Maxime Azadi avec ActuKurde.fr

Lire:

Les Kurdes syriens, seuls mais déterminés à vaincre Daesh

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Entreprises
L’État a fait un cadeau insensé à Bolloré
L’État acquiert pour 31 millions d’euros les installations de l’oléoduc Donges-Metz qu’il devait récupérer gratuitement au terme de la concession octroyée au groupe Bolloré pendant vingt-sept ans. Pendant cette période, ce dernier s’est servi plus de 167 millions d’euros de dividendes.
par Laurent Mauduit
Journal
Raoul Peck, invité exceptionnel d’« À l’air libre »
Le réalisateur vient présenter sa nouvelle série documentaire, « Exterminez toutes ces brutes », diffusée jusqu'au 31 mai sur le site d’Arte. 
par à l’air libre
Journal — Gauche(s)
La gauche Taubira existe-t-elle ?
Encensée pour sa puissance d’incarnation par les uns, raillée pour son absence de projet par les autres, Christiane Taubira compte sur l’élan de la Primaire populaire, qui s’achève le 30 janvier. Mais sur le fond, il reste difficile de savoir à qui parle cette candidature exactement.
par Mathieu Dejean
Journal — Politique
Le député Peltier mobilise son équipe parlementaire pour le meeting d’Éric Zemmour
Visé par une enquête judiciaire pour son utilisation de fonds publics liés à ses mandats d’élu, Guillaume Peltier, porte-parole d’Éric Zemmour, continue à mélanger les genres : c’est l’une de ses assistantes parlementaires qui a cherché et visité la salle où le candidat d’extrême droite doit s’adresser vendredi au « monde rural ».
par Sarah Brethes

La sélection du Club

Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss