Turquie, pays de l’insécurité pour les travailleurs

La Turquie est l’un des pays les plus dangereux au monde pour les travailleurs,  malgré une croissance économique derrière la Chine tant vantée par le gouvernement AKP et l’Occident.  Les travailleurs continuent d’être victimes des accidents de travail : 238 morts depuis début de l’année en cours et près de 10.300 en neuf ans.

La Turquie est l’un des pays les plus dangereux au monde pour les travailleurs,  malgré une croissance économique derrière la Chine tant vantée par le gouvernement AKP et l’Occident.  Les travailleurs continuent d’être victimes des accidents de travail : 238 morts depuis début de l’année en cours et près de 10.300 en neuf ans.

2,2 millions de travailleurs dans le monde meurent chaque année dans le cadre de leur travail, à la suite d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle, soit 5 000 personnes par jour, selon le Bureau international du travail. La Turquie est en tête de liste parmi les pays européens et se trouve au 3e rang à l’échèle mondiale, selon bureau de l’Organisation internationale du Travail (OIT) pour la Turquie.

Deux travailleurs ont été tués et cinq autres ont été blessés le 26 avril à Istanbul lors d’une explosion d’une bouteille de gaz sur une zone industrielle. La mairie d’Istanbul a déclaré que la société concernée était déjà fermée à trois reprises mais qu’elle avait repris le travail à chaque fois, ignorant l’interdiction. 

Le 9 mars, onze travailleurs sont morts dans un incendie qui a détruit la tente utilisée pour passer la nuit sur le chantier d’un grand centre de commerce à Esenyurt, à Istanbul. 

Selon les donnés du Conseil pour la santé des travailleurs et la sécurité au travail, au moins 238 travailleurs sont morts dans des accidents de travail depuis début de l’année 2012, dont 62 en janvier, 42 en février, 59 en Mars et 75 entre le 1er et 26 avril.

De son coté, le Ministère du Travail et de la Sécurité Sociale rapporte qu'au moins 10.297 personnes sont morts à la suite des accidents de travail entre 2002 et 2011.

Le député du principal parti kurde BDP, Ertugrul Kurkcu, a demandé le 27 avril une commission d’enquête parlementaire pour déterminer les causes de la recrudescence des accidents et prendre des mesures nécessaires. 
 
« Les bas salaires, le travail trop long allant jusqu'à 14 heures, l’absence de sécurité sociale, l’absence de protection de la santé et de la sécurité au travail touchent plus de 10 millions de personnes » affirme le député BDP.  

Les secteurs les plus touchés sont le bâtiment, l’énergie, la métallurgie et le secteur des services, ajoute le député affirmant que le Ministère ne fait pas son devoir pour la protection de la vie des travailleurs, au contraire, il est à la recherche des moyens d’élimination des syndicats. « La vie d’un homme n’est pas une statistique, rien n’est plus important que la vie humaine. »

Aujourd’hui, une quarantaine de syndicalistes se trouvent derrière les barreaux en Turquie.

Blog de Maxime Azadi avec ActuKurde

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.