Terrorisme : apaiser et non hystériser

Face à la succession d'actes terribles, comme la prise d'otage meurtrière à Saint-Etienne-du-Rouvray, sachons rester dignes et œuvrer à l'apaisement plutôt qu'à l'hystérisation.

Non aucun gouvernement d'aucun parti ne peut empêcher que des individus décidés à mourir n'en assassinent d'autres, ceux qui le promettent sont des menteurs ;

Non la peine de mort ne réglerait en rien le problème, les terroristes allant d'eux-mêmes à la mort ;

Non l'état d'urgence (comme les multiples projets de loi antiterroristes empilés depuis dix ans) n'est en rien efficace pour garantir notre sécurité ;

Non ce n'est pas parce que certains des terroristes se pensent et se vivent comme "islamistes" que l'islam est la cause de leurs actes ;

Oui le label "Daesh" assure à tous ceux qui s'en revendiquent, tarés ou non, une visibilité médiatique démultipliée et a donc un redoutable pouvoir d'attraction ;

Non le monde ne "part pas en couille", des attentats terroristes il y en a eu tout au long du siècle précédent sans discontinuer, en France comme ailleurs, sans parler du terrorisme d'Etat ;

Oui nous devons construire une réponse de classe, progressiste, unitaire, à ce type d'événements horrifiants, afin de riposter plus efficacement au processus de (re)fascisation de la société que chacun constate... 

A ce titre, la dignité et la fraternité de la réaction du maire de Saint-Etienne-du-Rouvray tranche avec les réactions hystériques de certains autres politiques. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.