Vélorution Strasbourg: partage de la chaussée ou sinon ça va barder!

Au coeur de la capitale du vélo en France, à Strasbourg, subsiste l'Avenue des Vosges. Une incongruité d'1.2 km de long, 30 mètres de large et 0 centimètre pour les cyclistes.

Je relaie ici l'appel du collectif "vélorution strasbourg" qui vous invite à rouler le pavé le 1er juin, 19h, départ place de la République.

Strasbourg est une ville cyclable. Point !

Voici l'affirmation à laquelle nous sommes censé.e.s acquiescer sans broncher. Strasbourg, ville-vélo, se serait débarrassée des maudits moteurs. Strasbourg, capitale de la pédale, serait devenue le paradis des rouleuses et des rouleurs. On n'y entendrait plus le bruit des bagnoles.

L'Avenue des Vosges, le paradis...des voitures © vélorution strasbourg L'Avenue des Vosges, le paradis...des voitures © vélorution strasbourg

Ecoutez pourtant.
S'il est indéniable que la situation s'est améliorée, une grande partie de la voirie strasbourgeoise reste réservée aux voitures. Entre les boulevards à cinq voies comme la fameuse Avenue des Vosges et les surfaces conséquentes de parkings, l'automobile prend de la place, occupe de l'espace et la majorité relative des Strasbougeois.e.s choisit toujours ce moyen de transport pour se déplacer quotidiennement. Alors que plus de 40 % des habitant.e.s de notre ville rejoignent le boulot en auto, seulement 16 % le font sur leur vélo. 1

Nous avons pourtant toutes et tous intérêt à ce que cela change !
Le vélo permet de lutter contre la pollution de l'air qui frappe de manière récurrente Strasbourg2. Il coûte moins cher qu'une voiture au kilomètre3, il permet de se déplacer plus rapidement en ville dans la plupart des cas4. Sur une bicyclette, il est même prouvé que la vie est plus chouette5 et les risques de cancers et autres maladies désastreuses diminuent au fur et à mesure des coups de pédales6. Contrairement à ce qu'on imagine, il pleut rarement sur les cyclistes7 et on est bien moins exposé à la pollution de l'air sur sa selle qu'enfermé.e dans sa voiture.8

L'Avenue des Vosges aujourd'hui © vélorution strasbourg L'Avenue des Vosges aujourd'hui © vélorution strasbourg

Pourtant, la situation actuelle dans laquelle on se trouve n'est plus supportable : le mode de transport qui pollue le plus dispose du plus grand espace de voiries et reste le plus utilisé par les Strasbourgeois.e.s.

Les cyclistes et toutes les personnes qui optent pour les mobilités douces (piétons, rollers...) ne peuvent être condamné.e.s à se partager les miettes de l'espace public. Il est donc nécessaire que nous nous mobilisions en masse pour faire savoir aux autorités qu'il est urgent de reléguer la voiture à un mode de transport résiduel et que les mobilités douces ne soient plus considérées comme alternatives mais bien comme prioritaires.

Nous vous invitons donc à monter sur vos selles le vendredi 1er juin à 19h, rendez-vous place de la République et à vous rassembler en chantant, en riant, en dansant pour les plus habiles, car non seulement nous sommes les meilleur.e.s mais en plus nous sommes magnifiques !

Partage de la route, partage de la chaussée, ou sinon ça va barder !
Vélorution Strasbourg

https://www.insee.fr/fr/statistiques/2556309
https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/strasbourg-alerte-3pollution-declenchee-prefecture-du-bas-rhin-1434319.html 

3http://www.liberation.fr/france/2017/09/01/les-six-vitesses-qui-font-carburer-la-bicyclette_1593689

http://www.liberation.fr/france/2017/09/01/les-six-vitesses-qui-font-carburer-la-bicyclette_1593689 
https://www.huffingtonpost.fr/2014/09/15/aller-travail-velo-marchant-rend-plus-heureux_n_5820872.html 
https://www.fub.fr/velo-ville/environnement/velo-bon-sante-moral 
http://www.centre.ademe.fr/sites/default/files/files/M%C3%A9diath%C3%A8que/Expositions/panneaux-mobilite-durable.pdf , p.3
http://www.centre.ademe.fr/sites/default/files/files/M%C3%A9diath%C3%A8que/Expositions/panneaux-mobilite-durable.pdf, p.3

L'Avenue des Vosges demain? © vélorution strasbourg L'Avenue des Vosges demain? © vélorution strasbourg

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.