Nous Antillais d'origine africaine, sommes nous peu ou prou des Michael Jackson ?

B-World Connection - Juliette Smeralda © Ahaut Akichi
B-World Connection - Juliette Smeralda © Ahaut Akichi
B-World Connection - Juliette Smeralda © Ahaut Akichi

La mort de Michael Jackson a mis en lumière le complexe d'un nègre milliardaire qui voulait être plus blanc que blanc. C'est assez drôle d'entendre nos commentaires sur le nez de Michael, dans la mesure où dans une moindre mesure nous sommes, nous antillais d'origine africiane, des Michael Jackson en puissance.
Ce dernier avait les moyens de son ambition : être blanc. Avoir les cheveux comme les blancs, la bouche comme les blancs, le nez comme les blancs et le suprême des suprêmes, avoir la ….peau blanche. Sur la route qui mène vers le blanc, nous, nous nous sommes arrêtés aux cheveux… cheveux lisses forcément long, désormais cheveux blonds ou brun. Quelques fois mêmes des lentilles pour avoir des yeux bleus. La plupart de nos femmes ont abdiqué, la beauté est forcément blanche, puisque toutes ou presque se défrisent les cheveux. D'ailleurs messieurs vous ne leur rendez pas services (vous ne rendez pas service à votre part d'humanité) en leur retournant des tonnes de compliments dès que leur cheveux comme par miracle un beau matin leur tombent sur les épaules.... avec des rajouts !
Nous qui souvent rejetons toute branche de cheveux crépus. Ces cheveux qui pourtant nous caractérisent; comme le (1er) nez de Michael le caractérisait. Sommes-nous sincèrement mieux portant psychiquement que Michael Jackson ? Je pense que non. Frantz Fanon l'a d'ailleurs déjà expliqué dans "peau noir masque blanc".
Peut-on, nous antillais, vraiment plaindre ce pauvre Michael, dans la mesure où sur la route qui mène à ne plus être fier de se que l'on est, il était simplement plus en avant que nous ? En fait il était en haut de l'escalier, alors que nous n'en sommes qu'aux premières marches : les cheveux !
Défriser ces cheveux crépus c'est prendre la route qui mène vers Michael Jackson. Et quand la route est mauvaise, qu'on soit devant ou derrière ça ne change rien. En effet, au concert de l'humanité, nous devons être capables de dire au reste du monde : nous sommes différents mais égaux. L'on ne nous respectera que pour ce que nous sommes, avec notre part d'humanité propre. Mais jamais en voulant ressembler à un autre. Si le message que nous renvoyons au reste du monde est que les cheveux crépus ne sont pas des beaux cheveux parce que ceci ou cela. Bref que nous ne sommes pas fiers de notre part d'humanité propre, et nous donnons raison aux théoriciens français (et européens) racistes du XIXe qui disaient et écrivaient que la race blanche était la plus accomplie de toutes. En fait Michael Jackson leur donne raison, car il veut ressembler à la plus accomplie de toute. Aujourd'hui, quand un blanc nous regarde, il pourrait penser : c'est vrai que la race blanche est la plus accomplie de toutes puisqu'eux-mêmes (les noirs) veulent nous ressembler. Ils veulent avoir les mêmes cheveux que nous; ils veulent avoir les yeux bleux, le nez aquilin etc…
Face à cette réalité, deux attitudes sont possibles. Continuer ces gestes qui fondamentalement nous dénigrent dans notre nature intrinsèque. Ou, avoir une attitude digne de ce que nous sommes, en refusant d'emprunter la même route que Michael jackon et en disant STOP à la singerie, mais à toutes les singeries, nez ou cheveux.

 

Enfin à lire AB-SO-LU-MENT pour comprende ces mécanismes insidieux qui mènent au défrisage : "Peau noire et cheveux crépus" de Juliette Sméralda aux éditions Jasor.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.