Soutien à la Grêce: sur la toile mais pas dans la rue ?

#ThisIsACoup. Le mot-dièse est vivace depuis quelques jours et traduit la consternation et la colère de bon nombre d'Européens devant le mépris pour la démocratie et l'incurie des solutions imposées à la Grèce dans un simulacre de négociations le week-end dernier, en l'échange d'un troisième plan d'aide que même le FMI juge insuffisant pour aider ce pays à sortir la tête de l'eau. L'indignation bourdonne sur le web et nombreux sont ceux qui déclarent vouloir manifester leur soutien à un peuple qui souffre et qui est appelé à souffrir d'avantage pour rien, sinon pour l'exemple, pour inspirer la crainte chez les autres membres de la zone euro en difficulté avec leur propre dette publique.

Je fais partie de ces gens qui souhaitent manifester. Mais quand j'interroge les moteurs de recherche, je ne trouve rien de significatif: pas un seul appel d'une quelconque organisation, syndicat ou parti politique. A l'exception d'Europe Ecologie Les Verts ce 15 juillet à Strasbourg à 19h30 (source Rue89). Et quelques pages Facebook invitant à se rassembler sur les places centrales de chaque ville, là tout de suite, entre 18h30 et 19h30: pas plus d'une poignée de milliers d'invités pour la plus grosse d'entre elle (8.5k invités... et une trentaine de participants).

On ne peut sans doute pas s'attendre à un rassemblement populaire massif et spontané comme celui du 7 janvier 2015, le soir même de l'attentat. Le caractère spectaculaire fait ici défaut. Mais il est regrettable qu'aucune organisation ayant une certaine audience ne se soit encore risquée à appeler à un rassemblement. Il y a une volonté de manifester de la part d'individus sans influence, comme moi, inexploitée. Je ne suis pas forcément un grand fan du Front de Gauche mais j'irais volontiers place de la Bastille ou de la République à Paris s'il m'invitait à le faire.

Sur ce, j'y vais quand même. Voir s'il n'y aurait deux pelés trois tondus sortis spontanément pour manifester leur soutien au peuple grec à qui me joindre.

Ajout : il y avait sur la place de la République entre 200 et 400 personnes. Les plus gros contingents étaient fournis par le Front de Gauche et le NPA. Il y avait également deux ou trois drapeaux de la CGT et un de Sud, ainsi que deux drapeaux verts que je n'ai pas su identifier.

Un lecteur de Mediapart m'a indiqué l'existence d'un site pour s'informer sur les manifs en cours et à venir : http://paris.demosphere.eu/

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.