Le manifeste du collectif Méchandicapé

Un manifeste, une proclamation, une déclaration de guerre, pour remettre les handicaps dans le champ politique.

D’abord, nous ne sommes pas un collectif intelligent ou constructif. Si vous voulez lire des personnes brillantes et pertinentes, il y a le CLHEE, Les Dévalideuses, le CLE Austistes ou FDFA. Lisez-les, vraiment. On les adore.
    
Mais nous, nous sommes méchantEs, en colère. Nous n’avons pas le temps de rédiger du contenu. Non, nous, on tape du poing sur la table. Parce que les handicaps sont la première des causes de discrimination, mais la dernière des causes. 

On ne compte pas se plier aux injonctions à la politesse, Et si jamais vous nous trouvez aigris, n’hésitez pas à le dire, ça nous fera toujours plaisir de savoir que l’on tape au bon endroit.

Mais alors qui sommes-nous ? Nous sommes un collectif de personnes avec une maladie invalidante ou un handicap, le collectif Méchandicapé. Nous sommes la voix de celles et ceux qui en ont marre. 

Nous sommes la colère et nous ne comptons pas nous calmer. Notre anonymat nous permet de dire tout ce que l’on a à dire, par nous-mêmes, pour nous-mêmes, et pour tous nos adelphes qui pourraient craindre qu’on le leur reproche.

Nous participons à un mouvement d’émancipation et de droits civiques.

Si nous voulons être des porte-voix de la colère, nous ne représentons pas “les handicapéEs”. Non seulement les personnes handicapées sont hétérogènes, mais les expériences des handicaps aussi. Mais nous sommes réunis par une même expérience du validisme : la discrimination, l’exclusion et la ségrégation. 

Nous souhaitons rendre visible l’invisible, parce que seulement 0,7 % des personnes vues à la télévision sont perçues comme handicapées, alors que les handicaps concernent environ une personne sur cinq en France et que 80% des handicaps sont dits invisibles.

Dans la tête des valides, le fauteuil roulant reste le symbole du handicap. C’est pour cette raison que nous avons pris pour emblème un fauteuil roulant, armé d’un fusil dans l’optique de renverser les stigmates et les retourner contre nos oppresseurs.

Notre logo, adapté de l'affiche du film Action Mutante. Un logo fauteuil roulant tient un fusil, devant une étoile violette, couleur du féminisme, sur un fond noir.

(Notre logo. Un symbole fauteuil roulant qui brandit un fusil, sur une étoile violette, couleur du féminisme)



Nous sommes nécessairement féministes, les femmes handicapées ayant un risque accru de subir violences et agressions sexuelles. Notre couleur est le violet, le violet du féminisme.
Et vous n’êtes pas féministes si vous ne luttez pas à nos côtés contre le validarcat.



Un logo fauteuil roulant, avec un symbole féminisme dans la roue, sur une étoile violette, couleur du féminisme, le tout sur un fond noir.

(Un symbole féminisme dans la roue d'un logo fauteuil roulant, avec un chignon, sur une étoile violette, couleur du féminisme)

Les valides devant faire sur eux-mêmes le même travail que doivent faire les hommes, les blancs, les hétéros, les cis.
 

Nous sommes nécessairement universalistes, en ce sens que nous adhérons à la Déclaration Universelle des Droits Humains et la Convention relative aux droits des personnes handicapées de l’ONU.

Que tous les êtres humains naissent libre et égaux en dignité et en droit. Vous entendez les valides ? Nous sommes vos égaux.

Nous sommes nécessairement antifascistes, puisque les fascistes nous tueraient, s’ils le pouvaient.

Un logo fauteuil roulant, avec les trois flèches antifascistes dans la roue pardessus une étoile violette et un fond noir.

(Les trois flèches antifascistes dans la roue d'un symbole fauteuil roulant sur une étoile violette)

Nous sommes nécessairement du côté de tous et toutes les opprimées, et de tous leurs combats. En cela que nous sommes parmi elles et parmi eux. Le validisme est le plus souvent une double oppression. La majorité d’entre nous subit aussi sexisme et patriarcat, racisme, LGBTphobies, grossophobie et tant d’autres. L’intersectionnalité est donc le seul militantisme inclusif.

Nous si sommes parmi vous, mais qui se bat à nos côtés pour nos droits sociaux, civiques et humains ?

Nous sommes donc nécessairement pour la désinstitutionnalisation, contre les associations gestionnaires de ghettos, qu'elles nomment "foyer" ou "ESAT", qui rendent impossible pour nos adelphes l’exercice de leurs droits.
Nous nous inscrivons dans le mouvement "Independent Living", un mouvement international de personnes handicapées œuvrant pour l’autodétermination, la dignité et l’égalité des chances.
Et si nous sommes pour une transformation de la société et du cadre de vie, nous sommes nécessairement révolutionnaires.

Nous sommes ici pour porter des paroles opprimées et silenciées, historiquement, socialement et politiquement. Et il nous appartient de traquer sans relâche toutes les formes d'oppressions et tous les systèmes de domination.
En s'y prenant maintenant, nous-mêmes, et sans attendre, à refaire le présent.

L'humanité ne sera heureuse que lorsque le dernier validiste sera pendu avec les tripes du dernier gestionnaire.

Notre objectif ? Briser nos chaînes et les genoux des validistes.
Nous sommes dérangeantEs, hors-norme, et caricaturalEs. Nous sommes méchantEs.


Ce texte est libre de droit.

Découpler l'Allocation aux Adultes Handicapés des revenus du conjoint, tribune dans Libération par le Syndicat national de jeunes médecins généralistes (SNJMG), les Dévalideuses, le Collectif luttes et handicaps pour l’égalité et l’émancipation (CLHEE) et les Méchandicapés

 Je ne partage pas mon handicap, mon AAH non plus, tribune de Act-Up Paris, co signé par plusieurs organisations dont le collectif Méchandicap

Il faut dissoudre l'Ordre des médecins tribune de 26 associations et organisations dont le collectif Méchandicapé

Pour la déconjugalisation de l'AAH et l'adoption du projet de loi n°3970 pétition est le fruit de la concertation de plusieurs activistes et organisations anti-validisme, dont le collectif Méchandicapé

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.