Médiatall
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 nov. 2021

JOSEPH AGOSTINI: "La France de Zemmour pense-t-elle encore ?"

Le Général de Gaulle et Eric Zemmour ont bien plus d’un doigt qui les sépare. Mais ce doigt en dit long sur la médiocrité inédite de notre débat politique aujourd’hui, un débat que Trump n’aurait pas renié, avec le même cortège d’insanités et de bassesses. Mais à qui la responsabilité ? Aux élites et à elles seulement ? Pas si sûr.

Médiatall
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La montée des partis d’extrême droite en France et le ralliement d’une grande partie des gilets jaunes à Marine Le Pen et Eric Zemmour, montrent l’égarement total de la France populaire.

Zemmour, polémiste attitré d’une chaîne info Bolloré, se prend pour le messie d’un discours droitier éculé, dispensateur de haine en barre. Marine Le Pen, fille d’un milliardaire de Saint-Cloud, grande fabricatrice de démagogie complètement déconnectée de quelque pragmatisme économique… Finalement, il y a une chose que ces deux artisans du discours alarmiste révèlent pour de bon : le niveau de la France pour se rallier à de telles énormités.

Pour voter, encore faut-il se donner la peine de penser. Sinon, le bulletin mis dans l’urne est le simple fruit d’une velléité pulsionnelle, au service de son ressentiment. Et j’interroge justement la capacité de penser quand on est soi-même si dupes de tout, dans le refus de se cultiver, de s’informer, de creuser des tranchées pour lutter contre la bêtise humaine.

Cette France qui reste plus de sept heures par jour sur son téléphone, qui dépense le peu d’argent qui lui reste au gratte-gratte, qui regarde des kilotonnes de programmes débilitants au lieu d’ouvrir un livre, qui préfère un podcast de développement personnel à un ouvrage de philosophie parce que c’est « plus simple à comprendre » … 

Cette France s’est en réalité, arrêtée de rêver, d’élaborer, de mentaliser, en s’assujettissant volontiers au diktat des réseaux sociaux. Un peu facile d’incriminer la Silicon Valley et ses techniques pour renforcer l’addiction. Il y a aussi un tempérament, une inclinaison. Et si nous étions d’abord soucieux de penser le moins possible ? De faire semblant ?  Les discours de l’extrême droite sont de véritables petits miracles d’auto-persuasion et d’invectives. Les paresseux les dégustent comme on lit Martine à la plage à six ans, avec le même ravissement teinté d’un peu de surprise. On ne leur en demande pas plus ! On leur fournit de l’aigreur, de l’obscurantisme, une pincée de références historiques et d’humour revanchard. Et le tour est joué !

Cette France n’en demande pas plus, cela la mettrait au travail et l’empêcherait de prendre pour argent comptant ce qu’on lui donne à entendre. Au contraire, elle en demande moins ! Il suffit de jouer les effrontés, de hausser le ton pour la séduire !

Il faut beaucoup, beaucoup de temps pour lire, relire un livre, pour interroger les penseurs, historiens, sociologues, scientifiques chevronnés, qui ont mis du temps avant d’écrire une phrase, avant de se prononcer sur l’objet de leurs recherches. Il y a quelques jours, à la radio, j’entendais justement un spécialiste rappeler à Eric Zemmour que ses thèses révisionnistes étaient infondées, complètement sacrifiées à la superficialité, à l’improvisation, au romantisme éditorial. Pour avancer quelque chose, il faut bien plus de recul. De temps, au final ! 

Et c’est ce temps, précisément, qui manque à ces légions de procrastinateurs professionnels, préférant voter l’extrême par une sorte de pseudo-révolte. Qu’il est jouissif de prendre un ton scandalisé quand la faute est entièrement sur l’institution, quelle qu’elle soit. Ecoles, tribunaux, cénacles… A entendre certains esprits consternés, il faudrait presque brûler tout cela. Mais nous oublions que le savoir s’est nettement démocratisé aujourd’hui, qu’il y a un véritable accès aux banques d’information. Seulement, voilà, elles ont un abord un peu plus complexe que Netflix et Tindr.  Le citoyen n’a plus le moyen de se réfugier dans la plainte et le sentiment d’impuissance à ce niveau, ou alors en se mettant dans la position de l’éternelle victime, celle qui doit se résoudre à être comme on attend qu’elle soit, là-haut, dans ces fameuses hautes sphères conspuées. Le droit de nous indigner est à sauvegarder à tout prix. Il est l’héritage des esprits éclairés qui nous ont précédés et qui nous l’ont fait gagner aux prix de leur sang et de leur sueur. Mais s’indigner sans lire, sans aller chercher des clés pour parfaire son argumentaire ; s’indigner en gueulant, sans forer le sens là où il est, c’est-à-dire dans notre patrimoine littéraire, artistique, philosophique, scientifique, c’est s’enferrer dans une sidération cynique, une plainte stérile et paresseuse, c’est être dans le passéisme le plus basique. « C’était mieux avant, du temps de nos grands-parents » prêchent les Zemmour et Le Pen, en rêvant d’une France avec le père à l’usine, la femme à la maison et les enfants devant les chaînes d’Etat pour écouter leur propagande. Evidemment, il va sans dire que les êtres en marge, quels qu’ils soient, n’auront pas d’autre chose à faire que de la boucler ou de disparaître, dans ce règne bien plus inspiré des colonels grecs que de Rage against the machine. Laissons peut-être à Benjamin Franklin le mot de la fin devant une telle défaite de la pensée : « La motivation, c’est quand les rêves enfilent leurs habits de travail ».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Nouveaux vaccins, traitements… : des pistes pour protéger les plus fragiles
Avec des vaccins peu efficaces pour limiter la transmission d’Omicron, le raz-de-marée des infections se poursuit. Si une quatrième dose est écartée, des vaccins plus adaptés et de nouveaux traitements sont attendus pour aider à protéger les plus vulnérables.
par Rozenn Le Saint
Journal — Énergies
Nord Stream 2 : le gazoduc qui ébranle la diplomatie allemande
Entre intérêts économiques et alliances, Nord Stream 2 se retrouve au cœur des contradictions de la politique allemande. Sous pression, la coalition gouvernementale accepte finalement que le gazoduc construit pour écouler le gaz russe vers l’Allemagne par la mer Baltique soit inclus dans les sanctions en cas d’invasion de l’Ukraine.  
par Martine Orange et Thomas Schnee
Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener