Mediavivant
Media www.mediavivant.fr/
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 nov. 2022

Mediavivant
Media www.mediavivant.fr/
Abonné·e de Mediapart

Participez et assistez au lancement de Mediavivant !

3,2,1, une grande inspiration. On se lance ! Le premier article « vivant » sera présenté le jeudi 17 novembre à partir de 19h15, aux grandes Tables de la Friche, à Marseille. Les ancien·nes habitant·es de Marioupol raconteront leur ville prise sous le feu de la guerre en Ukraine.

Mediavivant
Media www.mediavivant.fr/
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Représentation aux grandes Tables de la Friche

C’est notre première, le moment attendu et redouté de tenir notre engagement : faire vivre l’actualité autrement ! Comme vous le savez les enquêtes de Mediavivant se donneront sur scène, de vive voix. C’est notre défi : explorer un territoire inconnu à la croisée des chemins entre le journalisme et le théâtre. Nous ne sommes pourtant ni des comédiens, ni des metteurs en scène mais des journalistes. Pour nous, c’est l’information vérifiée qui prime. Pour soutenir nos journalistes dans ce mode de narration que beaucoup découvrent, les comédiennes Aude Ollier et Nancy Robert sont là pour nous conseiller. Derrière l’article «vivant» c’est une équipe aux formations et visions différentes, unie par un même et seul objectif: vous faire passer l’info avec force et émotion.

Si vous êtes un lecteur assidu de notre newsletter, vous avez pu suivre l’avancée du projet. Faire face à l’imprévu, répondre à l’urgence, changer nos plans… Nous avons vécu le quotidien de toute rédaction. Nous sommes prêts. L’équipe est sur les planches jeudi 17 novembre aux grandes Tables de la Friche la Belle de Mai à Marseille dès 19h15, pour notre grande soirée de lancement.

Marioupol, la ville martyre racontée par ses habitants

Le journaliste Laurent Geslin (Courrier des Balkans, Mediapart) dressera le portrait de ce qui était un port ukrainien industriel, laborieux, dynamique, multiculturel et aujourd'hui vidé des trois quarts de ses habitants. Ce sont les ancien(ne)s habitant(e)s, ces réfugié(e)s qui ont fui la guerre qui témoigneront de ce qui a été et de ce qui reste de cette ville martyre, ce qu'ils ont vécu lors de cet article «vivant», «Marioupol, la ville martyre racontée par ses habitants».

Amener les protagonistes de l'article à s'exprimer face au public n'est pas simple. La difficulté est encore plus grande quand il s'agit de l'actualité internationale. Mais nous tenons à ce que la rubrique internationale, bien souvent reléguée au second plan des couvertures médiatiques, s'épanouisse au Mediavivant. Pour comprendre notre environnement proche, il est nécessaire d'avoir nos regards portés au-delà de nos frontières.

En seconde partie de soirée, un débat sera proposé avec nos invité·e·s et partenaires, Mediapart (Edwy Plenel), le journal local en ligne d’investigation Marsactu (Lisa Castelly) et l’association d’insertion Urban Prod (Yann Stéphant) qui discuteront d’un enjeu crucial : comment renouer le lien entre le journalisme et la société ?

Souvenez-vous, Mediavivant ne grandira pas sans vous : venez nombreuses et nombreux ! Cette soirée vous est proposée en accès libre, sans réservation. Le bar des grandes Tables vous sera accessible pour vous restaurer et échanger autour d’un verre.

Infos pratiques - accès :

Friche la Belle de Mai - Entrée Jobin (piétons uniquement)

41 rue Jobin · 13003 Marseille

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT