L'ÉOLIEN INDISPENSABLE POUR REPONDRE A NOS BESOINS D’ÉLECTRICITÉ ?

Nous entendons souvent ce slogan : « il nous faut (pourtant bien) de l’électricité » (suivi de) « alors, donc on ne pourra pas se passer des éoliennes » véhiculé un peu partout par les tenants de l’énergie éolienne (et solaire), dont notre ministre de l’écologie.


Comme si nous manquions d’électricité ou comme si nous allions en manquer, et comme si les énergies renouvelables allaient solutionner un problème qui pourtant est factice, comme nous allons le voir ci-dessous :

Les faits sont là :

Nous ne manquons pas d’électricité en France : notre production est de 538 TWh, notre solde exportateur de 58 TWh (Chiffres RTE 2019). Notre production est décarbonée à 92 % grâce à l’hydroélectricité et au nucléaire. La France exporte, globalement dans l’année, 10% de sa production électrique vers les autres pays d’Europe.

Barrage des monts d'Orb © Mehdi Bouteiller Barrage des monts d'Orb © Mehdi Bouteiller

Ceux qui nous annoncent que nos centrales sont « vieillissantes et seront « toutes à l’arrêt à peu près en même temps » (ex. : Perrine Mouterde Le Monde du 09 juillet 2021) oublient que le gouvernement a voté la prolongation de 10 ans de 14 centrales nucléaires, comme celles du même type implantées aux USA, et qu’il est question de construire en France de nouvelles centrales (plus petites ou EPR), bref de les renouveler. Ce choix est basé sur le constat que l’électricité nucléaire est pour l’instant la seule solution pour continuer à produire de l’énergie décarbonée. Cependant il y a des résistances et l’Etat devra arbitrer en toute responsabilité, peut-être au prochain mandat.

Il faudra choisir en réalité entre soit le renouvellement du parc nucléaire soit la montée en puissance des centrales à gaz (russe) ... en attendant la fusion de l’énergie qui n’a pas les inconvénients de la fission nucléaire.

Nous dévoilons ici quatre biais cognitifs sur l’énergie éolienne, largement entretenus par la filière éolienne :

1 - Comparer et opposer toujours l’éolien au nucléaire : faire croire à la population que les éoliennes, « des énergies « propres » pourraient être une alternative au nucléaire est un mensonge. Ainsi, il n’est pas étonnant que les français plébiscitent l’éolien (loin de chez eux) si on leur ment. De même 70% des français pensent que le nucléaire rejette du gaz carbonique... ce qui est faux aussi.

2 - Présenter les éoliennes comme si elles étaient les seules énergies renouvelables (cf le monde Perrine Mouterde du 09 juillet 2021 ), alors que la part de l’hydroélectricité est bien plus importante et que les meilleures EnR pour lutter contre le changement climatique sont les énergies thermiques (géothermie avec ou sans pompes à chaleur) bien moins favorisées par l’Etat.

3 - Prétendre qu’« il faut diversifier à tout prix les énergies» comme un postulat, dans le but implicite d’y intégrer l’éolien en priorité : En fait, dépenser des milliards d’euros pour ces EnR intermittentes est inutile, parce qu’il faut les compenser par des énergies pilotables et réglables de même capacité capables de fonctionner à quasi 80% du temps. Ce serait comme vouloir à tout prix « diversifier ses appuis avec une jambe de bois ».

4 - Défendre l’éolien comme « participant à la neutralité carbone » et « contribuant à notre sécurité d’approvisionnement », comme le fait RTE (Réseau de transport d'électricité), très engagé avec la filière (cf -son directoire) est encore un mensonge : les 8000 éoliennes en France n’ont aucunement contribué à baisser nos émissions de gaz à effet de serre, au contraire (cf- Jancovici). C’est occulter aussi que les machines sont toutes importées et consomment moult métaux (Chili), terres rares (Chine), béton armé...et pas seulement du vent !

Construire et déployer des milliers d’éoliennes va à l’encontre du principe de la sobriété énergétique, c’est ajouter des nouvelles machines en plus des autres énergies.
De surcroît, cette EnR est intermittenteet devra aussi être compensée, si on la multiplie, par des nouvelles centrales à gaz polluantes et émettrices de GES, l’inverse du but recherché.

En conclusion « l’électricité des énergies renouvelables nous sera indispensable » est un slogan mensonger. L’énergie Eolienne ne pourra jamais répondre à nos besoins de par son manque de performance productive et de son intermittence.

Et comme l’éolien a d’autres défauts majeurs, dont les nuisances sur le patrimoine bâti, les paysages, les habitants et sur la biodiversité, cette énergie du vent est et restera la plus détestée de toutes les énergies renouvelables malgré les exploit techniques des machines en elle même.

*EnR : Énergies Renouvelables 

Mehdi Bouteiller le 02 Septembre 2021 

Sources : Le Collectif 34 - 12 / EDF / RTE

Parc Eolien de Dio et Valquières (Hérault) © Mehdi Bouteiller Parc Eolien de Dio et Valquières (Hérault) © Mehdi Bouteiller

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.