mot de passe oublié
onze euros les trois mois

Restez informé tout l'été avec Mediapart

Plus que quelques jours pour profiter notre offre d'été : 11€ pour 3 mois (soit 2 mois gratuits) + 30 jours de musique offerts ♫

Je m'abonne
Le Club de Mediapart dim. 28 août 2016 28/8/2016 Dernière édition

Explication de vote (2)



        Dans le fil du billet précédent, Samines m’a fait remarquer que le vote blanc ou nul est une option recevable, ce dont je lui ai donné acte. D’autre part j’ai dit un peu de bien de la candidate trotskiste et du candidat post-trotskiste, qui défendent certaines idées avancées par Trotski dans le « Programme de transition » de 1938, et dont on peut encore s’inspirer.

        Ce qui manque, aussi bien dans le cas du vote blanc ou nul que dans celui du vote d’extrême-gauche, c’est ne serait-ce que l’esquisse d’un débouché politique. Rien de ce qui est proposé ne nous convient, on veut autre chose. Fort bien, mais quoi ? Et quand et comment ? La solution ne sortira pas des urnes, mais des luttes. Soit; mais où est votre vague de luttes ? Et en quoi voter pour vous les fera-t-elles converger vers l’orgasme du Grand Soir ? A ces sottes questions pas de réponses.

        Les deux candidatures susdites appellent donc, purement et simplement, des votes de témoignage, guère différents, dans le fond, du vote blanc ou nul, en tous cas sans effet pratique.

        Un mot encore sur ces deux candidats: ils ont tendance à concevoir leur campagne comme une occasion de propagande. Nous avons l’occasion de dire beaucoup de choses, allons-y (c’est pourquoi ils parlent vite, pour ne pas perdre une miette de temps, et on a parfois du mal à suivre). En réalité, une campagne comme celle-ci relève plutôt de l’agitation: faire passer auprès d’une masse de gens un message court et  susceptible de déboucher sur un résultat massif et immédiat.

        Hélas, Eva Joly, dont j’attendais beaucoup, rejoint de fait la même catégorie des candidatures de pur témoignage, il sera temps d’analyser pourquoi d’ici 2017. Je ne voterai donc pas non plus pour elle (et franchement, je le regrette). En revanche, la circonscription dans laquelle je broute étant réservée aux écolos par l’accord que l’on sait, je voterai EELV avec plaisir aux législatives.

        Dans le dernier billet je comparerai le capitaine de pédalo et le croquemitaine de mes galops, qui seuls restent en lice. Et je reparlerai du message court qui doit résumer une campagne.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

Melchior

 

La bataille essentielle est de rompre de manière définitive avec ce bi-partisme qui s'arrange pour partager tous les pouvoirs en parts égales quand les uns ont l'état, les autres disposent de la décentralisation

 

Stop à l'oligarchie et pour celà, il faut voter !