Mélissa Mila
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 août 2022

Mélissa Mila
Abonné·e de Mediapart

Réponse à Zemmour : changer de prénom , une étonnante mascarade politique.

Si changer de prénom changeait le destin d'un pays comme la France en résolvant ses problèmes , le peuple entier s'appellerait comme Ulysse : personne.

Mélissa Mila
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce billet commencera par s'adresser aux parents et futurs parents ayant eu le courage et l'honneur de mettre un enfant au monde.

Vous souvenez-vous de la manière dont vous avez recherché un prénom pour votre enfant ?

Probablement sur internet, à travers des anecdotes personnelles , historiques ou bien sur les meilleurs conseils de vos amis.

Qu'importe , vous avez pris le soin de choisir le plus beau prénom , le meilleur , celui qui retentit dans votre cœur de jeunes parents comblés de bonheur.

Bébé naît , vous souriez et vous commencez par l'appeler du plus joli prénom que vous avez fièrement choisi pour lui que vous soyez athées , végan , musulman , juif , catholique , grand ou petit , riche , pauvre , plutôt pains au chocolat ou chocolatine. Qu'importe.

Vous avez choisi de l'appeler Céline , Eric , Mamadou , Mohamed , Alban , Vladimir , Noé , ou encore Abraham.

Et l'enfant répond à ce joli prénom sur-mesure , grandit avec , s'y habitue , l'étudie parfois même pour comprendre sa provenance et son origine profonde en tant qu'être doté de curiosité et de raison.

Que cela soit le prénom de l'acteur de votre film préféré , un hommage à votre grand-mère bien aimée ou à un savant que vous admirez, et bien désormais tout ceci c'est terminé.

Un homme de 63 ans , en costume-cravate , surgit aux présidentielles et s'introduit dans vos vies personnelles pour vous dire sur les plus grandes chaînes de télé de France que la liberté de donner un prénom à votre enfant n'est plus acceptable au regard de la théorie fumeuse du grand remplacement. 

Il faudra s'assimiler. Il faudra se fondre dans la masse , ne plus exister. Il faudra tuer la différence et l'originalité pour régler les problèmes de la France.

A l'heure où les français luttent pour leur pouvoir d'achats , à l'heure où les étudiants survivent dans une précarité indigne et poignante , où les retraités sont asphyxiés et abandonnés à leur sort et où les salariés meurent chaque jour un peu plus de leur pauvreté , c'est sur les prénoms que choisissent de s'attarder nos politiciens.

A l'heure précise où la France porte le fardeau d'une dette de 2 901 milliards d'euros , où les attentats glacent le sang des victimes innocentes , où les violences explosent comme le taux de chômage , c'est l'attribution des prénoms qui préoccupent nos dirigeants.

A l'heure où l'enseignement est en fâcheuse perte de vitesse , où les hôpitaux et leurs soignants sont en totale détresse , où la population vit du jour au lendemain perdant toute capacité à prévoir plus loin , ce sont les prénoms qui focalisent l'attention de nos potentiels gouvernants.

A l'heure où la guerre est à nos frontières , où les pénuries s'accumulent partout sur la Terre entière , où les prisons débordent de destins brisés et où les français ne croient plus en rien sinon au COVID-19, voilà que les prénoms deviennent l'obsession de quelques polémistes déconnectés de la réalité du terrain.

Si le peuple doit changer de prénom pour le plaisir des dirigeants , ces derniers doivent alors changer de métier pour le bien-être du peuple.

Un prénom , c'est tout et rien à la fois. Rien pour le politicien dans son luxueux bureau parisien certes , mais beaucoup dans le cœur d'un parent qui met au monde son enfant.

Le prénom est une étiquette , une volonté , un héritage , une transmission sinon un véritable petit morceau d'identité.

Chacune et chacun attache à son prénom une certaine valeur personnelle qu'aucun titre , qu'aucune profession , qu'aucun statut ne saurait pouvoir violer aussi violemment et impunément.

Que nous resterait-il vraiment après cela ?

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal
« L’esprit critique » cinéma : luxe, érotisme et maternité
Notre podcast culturel débat des films « Sans filtre » de Ruben Östlund, « Les Enfants des autres » de Rebecca Zlotowski et « Feu follet » de João Pedro Rodrigues.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste