Mélissa Mila
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 août 2022

Mélissa Mila
Abonné·e de Mediapart

Les vertus du mutisme

Nous apprenons souvent à bien parler en oubliant l'importance de savoir se taire. En voici les raisons.

Mélissa Mila
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis tout petit , chacun apprend à parler. De l'école à la maison , une continuité s'est installée entre le travail du parent et celui de l'enseignant pour que l'enfant sache enfin placer des mots dans le bon ordre au sein d'une phrase. Or , il y a une discipline que personne n'apprend tant elle s'oublie car peu bruyante , celle de se taire.


Pourquoi doit-on se taire ?

A l'heure où nos sociétés démocratiques poussent le débat à son sommet , le silence recule. Chacun pense être doté de LA vérité absolue , de LA bonne information , du scoop extraordinaire et du grand savoir des intellectuels. Et donc , chacun parle et certains parlent toujours plus forts que les autres.

Pour le constater , il suffit de regarder un simple débat télévisé. Ces derniers sont toujours encadrés et arbitrés par les présentateurs qui veillent à faire respecter le temps de parole de chacun. Et si cet arbitrage est nécessaire , c'est parce que chaque candidat souhaite parler plus qu'il n'en faut , sans laisser celui d'en face placer un seul petit mot.

Il y a , en réalité , un acharnement oratoire , un forcing du verbe , une insistance presque ridicule et une course à celui qui en dira le plus.

Le silence et la retenue sont donc des vertus si peu pratiquées et souvent perçues d'ailleurs sous l'angle d'une posture de passivité. A tort.

En réalité , se taire n'est pas un aveu de faiblesse , ni un aveu tout court. En particulier , lorsque l'on voit les dégâts des mots mal prononcés dans la vie quotidienne. Un mot de trop , un mot de moins , un mot mal placé ou exprimer au mauvais moment et voilà l'interlocuteur dans tous ses états. Le mot mal dit , le mot inadéquat , le mot maladroit ou celui qui est médisant et voilà que la porte du conflit s'ouvre en grand.

Parmi les divorces , les disputes , les querelles familiales , les coups de froids amicaux , les échecs amoureux et les faillites professionnels combien démarrent de la parole ?

Se taire permet , en fait , de prendre le temps d'entendre l'autre sans être pressé de lui répondre. Entendre l'autre , c'est assimiler sa parole , en percevoir le sens , la profondeur et la signification. Et donc , se taire c'est peser le poids du mot qui sera prononcé en guise de réponse afin de bien le choisir.

Cet organe , nommée langue , naturellement et étonnement cloisonné dans une bouche cadrée d'une mâchoire à l'image d'un lion dangereux est enfermé dans une cage , tourne parfois au vinaigre .

L'excès de parole , inévitable ?

Il y a de dangereux dans la parole , son excès. Vouloir prononcer un mot et finir par en dire dix à la volée , est une dérive de la parole car excessivement prononcée. Et en effet , les 9 mots supplémentaires qui auront été prononcés n'avaient pas été réfléchis donc dangereux pour celui qui reçoit comme pour celui qui dit.

Tentez aussi une petite expérience. Sortez dans la rue , prenez un petit micro et faites un micro trottoir auprès des passants. Demandez-donc à chacun ce qu'il pense sur un sujet quelconque et observez à quel point les gens ne mettent jamais de point dans leur phrases. Combien feront des phrases à rallonge pour combler "les blancs" parce que trop lourds et insupportables ?

Donc , ce qui explique l'excès de paroles est en fait "la peur du blanc" (sans racisme aucun). Ce lourd silence qui s'installe et que chacun veut briser car trop pesant.

Et finalement , parler trop n'est-ce pas parler vainement ? Que vous discutiez de la vie du voisin , des vacances de votre frère , du caractère affreux de votre belle-mère combien de ce que vous dites est vraiment utile à la conversation ?

Il y a dans l'excès de verbe , des parasites. Une pollution verbale qui gâche le cœur battant du propos que l'on tente d'exprimer et du message que l'on essaie de faire transmettre.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal
La Cnil saisie d’un recours collectif contre la « technopolice »
La Quadrature du Net a recueilli les mandats de 15 248 personnes pour déposer trois plaintes contre les principaux outils de surveillance policière déployés un peu partout en France. Elle demande notamment le démantèlement de la vidéosurveillance et l’interdiction de la reconnaissance faciale. 
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Santé
Soins non conventionnels : « Les patients ont une spiritualité, une part d’irrationnel »
Parmi les soins non conventionnels, au très large public, il y a de tout : certains ont trouvé une place auprès de la médecine traditionnelle, d’autres relèvent de la dérive sectaire. Le chercheur Bruno Falissard, qui a évalué certaines de ces pratiques, donne quelques clés pour s’y retrouver. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
« L’esprit critique » cinéma : luxe, érotisme et maternité
Notre podcast culturel débat des films « Sans filtre » de Ruben Östlund, « Les Enfants des autres » de Rebecca Zlotowski et « Feu follet » de João Pedro Rodrigues.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit