Comment réformer les élections pour une vraie représentativité

Nos élections, fleuron de notre démocratie, ne sont pas représentatives de la volonté du peuple. Tout le monde le sait et tout le monde s'en accommode à grands coups d'abstentionnisme, de vote « utile » et de vote « stratégique ». Pourtant il existe une solution très simple qui permettrait de voter en toute conscience.

Nos élections, fleuron de notre démocratie, ne sont pas représentatives de la volonté du peuple. Tout le monde le sait et tout le monde s'en accommode à grands coups d'abstentionnisme, de vote "utile" et de vote "stratégique". Pourtant il existe une solution très simple qui permettrait à la fois de voter en toute conscience quel que soit le nombre de candidats, d'élire vraiment le plus représentatif, voire de réclamer l'organisation de nouvelles élections dans le cas où aucun candidat ne convaincrait suffisamment de monde.

Je n'ai rien inventé, tout ceci figure dans l'excellente vidéo de ScienceÉtonnante : Réformons l'élection présidentielle !

Elle sera utilement complétée de Monsieur le président, avez-vous vraiment gagné cette élection de la chaîne La statistique expliquée à mon chat, et je vous invite vivement à regarder en introduction cette vidéo de Micmaths : quelques problèmes d'ordre...

Si vous prenez le temps de regarder ces vidéos, ou du moins la première en entier, inutile de lire ce qui suit.

Pour les autres, laissez-moi essayer de vous donner envie d'aller les regarder.

Comme beaucoup de monde, au moment d'une élection, présidentielle ou non, je me trouve confrontée à un choix difficile : voter en mon âme et conscience, selon la formule consacrée, pour un candidat qui a peu de chance de gagner, ou voter "utile", c-à-d pour un candidat qui n'a pas ma préférence mais qui a plus de chance d'arriver au second tour, voire voter "stratégique", c-à-d pour quelqu'un dont le programme me hérisse mais moins que celui d'un autre candidat mieux placé. Ou voter blanc, ou m'abstenir, ce qui ne sert pas à grand-chose à part faire parler sur les plateaux télés tout un tas d'experts aux mines graves.

Drôle de choix, drôle de garant de la démocratie. Il n'y a pas de quoi être fier.

ScienceÉtonnante, dans sa vidéo, s'attelle à décortiquer différents systèmes électoraux en partant de l'élection uninominale à deux tours (telle l'élection présidentielle en France). Chiffres à l'appui, il montre de façon implacable que notre système électoral est tellement bugué qu'un candidat peut perdre parce qu'il a gagné des voix au premier tour, qu'on peut alors avoir intérêt à voter contre son candidat et pour celui qu'on ne veut pas voir élu à ce même premier tour. On marche réellement sur la tête.

Comme il l'explique, ces problèmes sont connus depuis des siècles et des mathématiciens ont proposé des solutions. Je brise le suspens, jusqu'à la dernière, systématiquement il montre qu'aucune de ces solutions n'est parfaite même si toutes constitueraient un progrès pour la France. Soit elles ne permettent pas de gérer les petits candidats, soit elles n'évitent pas complètement le vote stratégique et / ou utile, soit elles sont trop compliquées à mettre en œuvre. Chacune de ses solutions est illustrée par des exemples chiffrés, avec des candidats réels ou fictifs.

La vidéo de La statistique expliquée à mon chat reprend peu ou prou toutes ces solutions, mais elles sont illustrées par un seul et même tableau. Et l'on voit qu'en fonction du système électoral choisi, avec exactement les mêmes votes, c'est un candidat différent qui sera élu. Pas de quoi être fier, je disais : je confirme.

La statistique expliquée à mon chat s'arrête là. ScienceÉtonnante continue avec une dernière solution (je vous remets le lien vers la vidéo mais avec le timecode qui vous emmène directement à la fin) qui règle tous les problèmes. C'est le système du jugement majoritaire, inventé par des chercheurs français. Outre cette vidéo, un certain nombre de sites présentent ce système et invitent les collectivités à l'utiliser, comme par exemple mieuxvoter.fr.

Ce système permet en un seul tour :

- de juger précisément chaque candidat à travers une échelle de 7 mentions, allant de "à rejeter" à "excellent" ;

- de ne pas changer l'issue du vote en ajoutant ou retirant des petits candidats ;

- d'éliminer les votes utiles, stratégiques ou blanc (voter blanc = "à rejeter") puisqu'on peut juger individuellement tous les candidats ;

- d'élire le candidat le plus légitime, celui qui est réellement plébiscité par le plus grand nombre d'électeurs, et de connaître précisément sa légitimité (si le gagnant obtient 50% de mention Très bien ou mieux, il est plus légitime que s'il n'avait obtenu que 50% de mention AB ou mieux) ;

- d'être exigeant quant à la qualité des candidats : si aucun n'obtient de mention suffisante, aucun n'est élu et on organise de nouvelles élections avec de nouveaux candidats ;

- d'être simple à mettre en œuvre.

Gageons qu'avec un tel système le paysage politique français aurait une autre allure, qu'on arrêterait de nous rebattre les oreilles avec un "front républicain", que l'abstentionnisme réduirait comme peau de chagrin et que l'indice de démocratie de la France ne s'en porterait que mieux...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.