Mieux communiquer en temps de crise

Les technologies ont révolutionné ces dernières années, les modes de communication, qui réellement peut aujourd’hui ignorer l’impact des téléphones portables, ou des smartphones, qui représentent une percée en France de 77 % de la population.

 

Tout le monde en convient, il y aura un avant et un après Covid-19, et Mieux Communiquer en temps de crise, est au centre de tous les débats, si l’on prend tous les propos de janvier 2020 de tous nos grands donneurs de leçons), soit disant que la crise ne nous arriverait pas, ne nous atteindrait pas, et c’est pour cela que l’on a laissé des dizaines et des dizaines d’ avions (venant de Chine), se poser sur nos aéroports (dont Charles de Gaulle), sans prendre le minimum de précautions d’usage. Quelle erreur, Quel manque de vision à court et moyen terme !!

L’un des experts parmi les plus reconnus sur la toile, a émis deux opinions :

« On ne peut jamais prévoir quand une crise va survenir ou sous quelle forme, mais il faut s’être préparé aux imprévus », propos d’un expert Florian Silnicki, Créateur de la FrenchCom.

« La Presse et internet constituent un véritable tribunal de l’opinion publique qui condamne sans procès, qui juge sans procédure équitable. Un tribunal très précoce et peu précautionneux par rapport à l’institution judiciaire » citation toujours de Florian Silnicki qui a été aussi un proche collaborateur de notre actuel ministre de la culture Franck Riester.

Ne défendons personne,  n’accusons pas non plus, contre le passé on ne peut plus rien,  mais il semble évident que des précautions auraient dû être prises, et comme seul notre avenir compte, tentons à l’avenir de mieux faire et de ne pas croire aux sornettes (qui peut imaginer un seul instant que les Chinois, nous diraient la vérité) ? Personne.

Oui, les Chinois nous ont dit leur vérité, ou du moins celle qui les arrangeait, et le résultat est là, le Covid-19 a fait des milliers et des milliers de morts partout dans le monde, et c’est loin d’être terminé, et l’on est passé d’une épidémie de grande ampleur à une pandémie mondiale, pandémie qui s’amplifie et qui est loin d’être terminée.

Pandémie accrue par des comportements pour le moins anormaux, pour ne dire scandaleux dans des grands pays comme le Brésil ou le président Bolsonaro minimise,  parle de  « grippette » et refuse le confinement, ou les Etats Unis où son président Donald Trump parlant d’injecter un désaffectant, pour nettoyer le mal. Quelles erreurs !!

Mais la population n’est pas dupe, et tous les deux risquent de le payer aux prochaines élections, en attendant ce sont leurs peuples qui trinquent, au Etats Unis, avec une augmentation exponentielle du chômage (augmentation jamais connue par le passé, même durant la crise de 1929), quant au Brésil qui était la 9ème économie mondiale selon son PIB, il risque de sérieuses déconvenues, car son peuple n’en peut plus, et réclame des comptes (sa destitution), ce dernier a fait partir plusieurs ministres importants (pire), qui l’ont soutenu par le passé, ou d’autres comme le ministre de la justice, l’ont quitté avec pertes et fracas.

 

Tout cela pour convenir  qu’il faut  Mieux Communiquer et autrement en temps de crise.

Les technologies ont révolutionné ces dernières années, les modes de communication, qui réellement peut aujourd’hui ignorer l’impact des téléphones portables, ou des smartphones, qui représentent une percée en France de 77 % de la population.

Et comment parler des portables sans aborder la communication par SMS, immédiate, rapide, efficace et à la portée de tous. Et sans contacts, ce qui n’est pas neutre par les temps qui courent. 200.000 SMS sont échangés dans le monde par seconde. Les chiffres donnent le tournis, mais c’est bien la preuve, que ce moyen de communication a atteint l’âge adulte, et n’est plus la panacée des seuls passionnés par la technologie, ou par les jeunes adultes.

Les entreprises (grandes et petites), les collectivités locales et territoriales, les utilisent de plus en plus, et dans les situations d’urgence que nous vivons, c’est un vrai plus, réactif immédiat pour faire face à des situations de crise, quel que soit le type de structure, et avec le Saas, peu importe l’endroit, où l’on se trouve pour déclencher une crise.

Les grandes écoles s’y mettent aussi, et je ne résiste pas à vous livrer le témoignage, de deux monuments d’Occitanie, (INRA et SUPAGRO à Montpellier) qui en ont fait l’expérience, et la décrivent dans le lien qui  suit.

Union des groupements d'achats publics

 

 .

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.