5 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 janv. 2022

Université et Recherche, fondements d'une VIème République, démocratique et sociale

Emmanuel Macron a prononcé un discours au congrès de la conférence des présidences d’Universités ce jeudi 13 janvier, dans lequel il propose une réforme systémique de l’université. Des chercheurs et enseignants-chercheurs membres du parlement de l’Union Populaire, des députés, ainsi que des membres de la communauté universitaire lui répondent.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis 2007, chaque gouvernement a réformé l'Université et la Recherche dans le même sens : la Loi relative aux Libertés et aux Responsabilités des Universités de Valérie Pécresse (sous la présidence Sarkozy), la Loi relative à l'Enseignement Supérieur et à la Recherche de Geneniève Fioraso (sous la présidence Hollande), la Loi relative à l'Orientation et à la Réussite des Étudiants (O.R.E) de Frédérique Vidal (sous la présidence Macron) à laquelle s'est ajoutée la Loi de Programmation de la Recherche (L.P.R.).

Ces contre-réformes, menées d'abord par la droite, puis par les socialistes et leurs alliés et enfin par La République en Marche, ont profondément transformé l'Université et la Recherche. Elles correspondent à un projet de société néolibéral, rompant avec le droit à l’éducation et menaçant les fondements même d’une démocratie.

Sans surprise, le récent discours du 13 janvier dernier d'Emmanuel Macron au Congrès de la Conférence des Présidents d'Université (CPU) propose d'approfondir cette transformation : professionnalisation des cursus, augmentation drastique des frais d'inscription, endettement étudiant, sélection accrue à l'entrée, etc.

Bref, il propose d'augmenter encore les maux dont souffre l'Université depuis plus de quinze ans.

Pour nous, au contraire, il est plus que temps de rompre avec l'esprit de ces réformes.

La production et le partage des savoirs sont au cœur de tout projet émancipateur et sont au fondement même de la démocratie. L'accroissement de nos connaissances individuelles et collectives est d'abord une fin en soi, car pour l'humanité la compréhension des phénomènes est source de progrès collectif. L'Université et la Recherche contribuent aussi à l'intérêt général, en développant l'esprit critique des citoyens et en accroissant le partage des connaissances scientifiques pour le plus grand nombre.

Le service public d’enseignement supérieur et de recherche est pour nous l’un des piliers de la VIème République à bâtir, qui garantira la nature démocratique de l’Université et contribuera par ses actions au projet d'émancipation collective et individuelle et de réponse aux besoins sociaux et environnementaux, revenant ainsi aux sources du socialisme républicain authentique et à sa finalité telle que Jean Jaurès la définissait : la République, jusqu'au bout.

Le projet de l'Avenir en Commun, porté par la candidature de Jean-Luc Mélenchon, est de refonder un service public ambitieux de l’enseignement supérieur et de la recherche.

La création et la critique des savoirs au service du bien commun impliquent (1) une indépendance accrue de la Recherche par un accès au temps long, garanti par un statut national reconnu aux différents personnels et par des financements pérennes, ce qui implique notamment la suppression de l'Agence nationale de la recherche (ANR) et des initiatives dites d'excellence (2)  ; un dialogue renouvelé entre le savoir et la société, avec des universités enfin ouvertes, le développement de pratiques participatives et un lien fort entre l’enseignement supérieur et le secondaire ; (3) la reconnaissance du caractère collectif de la recherche et de l’enseignement et la sortie de la compétition généralisée et de « l’évaluationnite aiguë », et donc la suppression du monstre bureaucratique qu’est le Haut Conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (HCERES).

La transmission de ce savoir en construction aux étudiants désireux de se former nécessite de réaffirmer le droit à l’éducation, la solidarité entre enseignement et recherche, d’augmenter les moyens par étudiant à l’université et de garantir par la loi le droit à la reprise d’études et à la formation continue ; (4) l'instauration d'une véritable égalité de financement entre les élèves des classes préparatoires et les étudiants de Licence.

Une telle transformation républicaine et démocratique de l'Université et de la Recherche suppose des moyens financiers nouveaux.

Il conviendra d'abord de supprimer la première niche fiscale, le Crédit Impôt Recherche (C.I.R.), qui depuis plusieurs années permet à certains grands groupes de mener des opérations d'optimisation fiscale quand il ne s'agit pas de fraude tout court, comme de nombreux rapports l'ont montré, y compris celui de la Cour des Comptes. Pour ne prendre qu'un seul exemple, Sanofi a pu bénéficier de ce dispositif tout en fermant ses laboratoires de recherche. Ce sont ainsi plusieurs milliards d'euros qui chaque année pourraient être alloués au service public de l'enseignement supérieur et de la Recherche.

Ces ressources budgétaires nouvelles permettront de mettre un terme à l'austérité en portant l’effort de recherche et développement à 3 % du PIB, avec 1,5 % du PIB pour le secteur public en 2027. Une hausse massive des crédits pérennes pour les unités sera décidée, ainsi qu'un plan ambitieux de création de 30 000 emplois en 5 ans et 8000 allocations doctorales supplémentaires par an. De même, le point d'indice sera augmenté de 15%, tous les contractuels exerçant des fonctions pérennes seront titularisés et la durée du contrat doctoral sera étendue à 4 ans.

Les financements résultant de la suppression du C.I.R. seront complétés par une réforme de la fiscalité sur l'héritage. Au-delà de 12 millions d'euros de patrimoine à transmettre, les droits de transmission seront de 100%. La somme récoltée permettra de financer les mesures en direction des élèves de la voie professionnelle et de la lutte contre la précarité étudiante : allocation mensuelle de 1063 euros ; construction de 15 000 logements universitaires supplémentaires par an ; accès à tous les bacheliers sans sélection à la formation de leur choix. Par ce financement, ils deviendront les héritiers de la société.

Le service public sera aussi au cœur du dispositif de formation et de recherche pour mettre en œuvre la bifurcation écologique en articulant mieux notamment la recherche fondamentale, la recherche finalisée et le transfert des innovations.

L'ensemble de ces transformations doit permettre à l'Université et plus généralement au service public de l'enseignement supérieur et de la recherche, dont les Établissements publics à caractère scientifique et technologique (EPST) — CNRS, INSERM, INRAE, INED, INRIA, IRD — sont une composante importante, d'être des piliers pour une VIème République, démocratique et sociale. Il ne saurait y avoir de véritable démocratie sans accès du plus grand nombre à tous les savoirs, y compris ceux qui sont en cours d'élaboration, condition d'une intelligence collective c'est-à-dire de décisions produites démocratiquement en vue de l'intérêt général.

Nous appelons donc à voter et à faire voter pour le projet « L'Avenir en Commun », porté par la candidature de Jean-Luc Mélenchon.

retrouver l'intégralité du programme de l'Union Populaire pour l'Enseignement Supérieur et la Recherche ici:

Livret thématique ESR

Premiers signataires :

Hendrik Davi (Directeur de Recherche en Écologie, co- animateur du Groupe Thématique ESR, membre du parlement de l'Union Populaire)

Karin Fischer (Professeure des Universités en Études irlandaises et britanniques, co- animatrice du Groupe Thématique ESR, membre du parlement de l'Union Populaire)

Aurélié Trouvé (Maîtresse de Conférence en Économie, présidente du Parlement de l'Union Populaire)

Eric Berr (Maître de Conférences en Économie, membre du Parlement de l’Union Populaire)

Barbara Stiegler (Professeure des Universités en Philosophie politique, membre du parlement de l'Union Populaire)

Razmig Keucheyan (Professeur des universités en Sociologie, membre du Parlement de l'Union Populaire)

Léo Charles (Maître de Conférences en Économie, membre du parlement de l'Union Populaire)

Sílvia Capanema (Maître de Conférences USPN, conseillère départementale SSD, membre du parlement de l’Union Populaire)

Stefano Palombarini (Maître de Conférences en Économie, membre du Parlement de l'Union Populaire)

Jean Marie Brom (Directeur de Recherche en Physique, membre du Parlement de l'Union Populaire)

Alain Roques (Directeur de Recherches émérite en Entomologie, INRAE, membre du Parlement de l'Union Populaire)

Cédric Durand (Professeur en Economie, membre du Parlement de l'Union Populaire)

Anthony Smith (Docteur en Science Politique, syndicaliste Inspection du travail,  membre du Parlement de l'Union Populaire)

Marie Mesmeur (Étudiante en Sociologie, Secrétaire Nationale de l'Alternative ESR,  membre du Parlement de l'Union Populaire)

Frédéric Lebaron (Professeur de sociologie)

Arnaud Saint-Martin (Chargé de recherche au CNRS, conseiller municipal et communautaire LFI à Melun)

Hugo Harari-Kermadec (Professeur des Universités en Sociologie)

Brice Le Gall (Sociologue au Centre européen de sociologie et de science politique)

Sabine Rubin (Députée)

Michel Larive (Député)

Muriel Ressiguier (Députée)

Clémentine Autain (Députée)

Eric Coquerel (Député)

Manon Aubry (Députée Européenne)

Manuel Bompard (Député Européen)

Clémence Guetté (Responsable du programme l'Avenir en Commun)

Pour signer la tribune cliquer ici

Autres signataires

Pierre Mourier (Enseignant en Anglais), Romain Ligneul (Chercheur en Neuroscience), Katia, Yakoubi (Conseillère en Économie Sociale et Familiale), Lucas Fonseca (Doctorant en Lettres classiques), Patricia POl (Enseignante-chercheuse en Sciences de gestion), Bruno Costa (Étudiant, M1 Science Politique), Tassadit Amghar (Maîtresse de conférences en Informatique), Marie Duret-Pujol (Maitresse de Conférences en Études théâtrales), Béatrice Pinat (membre du Parlement de l'Union Populaire), Paco Bellouche (étudiant et assistant d'éducation), François Piquemal (Enseignant en Lettres Histoire Géographie), Jean-Marie Maillard (Directeur de Recherche au CNRS en Physique), Emilie Marche (Conseillère régionale Auvergne-Rhône-Alpes), Alan Confesson (Docteur en science politique, diplomé de l'IEP de Grenoble, de l'Université Pierre-Mendes-France Grenoble II et de l'Université Lumière Lyon II), Hadrien Clouet (Chercheur postdoctorant en Sociologie), Lukas Gossot (Étudiant en Sociologie), Benoît Imberdis (Etudiant en Sociologie), Pierre Péfau (Docteur de l'Université de Toulouse en Archéologie), Victoria Scampa (Professeure en lycée en Philosophie), Clarisse Pena, Jules Buffet (Doctorant en Histoire), Joel Guiot (Directeur de recherche CNRS émérite, sciences du climat), Matthieu Soler (Docteur Sciences de l'Antiquité, professeur des écoles en Histoire et Archéologie), Aurélien Roshi (Étudiant en Histoire), Pascal Anger (Enseignant à l'Université d'Angers en EPS), Maya Boukella (Chercheuse en Cinéma), François Brindejonc (Enseignant agrégé en Histoire-Géographie), François Trinquet, (Ingénieur de Recherche), Jean-François Pin (ancien professeur des universités et ancien directeur de l'institut national du développement local, sociologie appliquée), Louise Douay (Étudiante en Sociologie), Aldric Chapelon (Ancien trésorier de l'UNEF Auvergne), Charlotte Pascal (Agro-Ecologue au chômage), Michel Bertrand (Ingénieur de Recherche en Agronomie à l'INRAE), Stan Chabert (Postdoctorant en Écologie), Julien Foucou, Alain Jacques Desreumaux (Directeur de recherche émérite au CNRS en Histoire et archéologie des mondes anciens et médiévaux), Frédéric Yermia (Maître de Conférences en Physique des particules), Delphine Fenasse (Agent public de l'enseignement supérieur en Géographie), Henri Louis Go (MCF - HDR en Sciences de l'éducation), Jean-Pierre Fitoussi (Ingénieur CNRS en chimie-physique retraité), Massimo Granata (Ingénieur de recherche au CNRS en physique), Cécile Germain (Professeure émerite à l'Université Paris Saclay en Informatique), Rachida Korichi (Retraitée),  Jacques Guillbert (Syndicaliste ESR),  Jean Malifaud (Maitre de conférences en Mathématiques), Julien Ailloud (Chercheur Postdoctoral en Psychologie), Eric Vermeau (Professeur en Histoire-Géographie), Marie Christine Marcellesi (Professeure des Universités en Histoire de la Grèce Antique), François Jarlier (Etudiant en licence à Sciences Po Paris),  Gilles Bourhis (Ingénieur de Recherche au CNRS), Clément Fradin (ATER en études germaniques), Djame Larrouche (Enseignant en Sciences économiques et sociales),  Olivier Gluck (Maître de Conférences en Informatique et adjoint au Maire de Villeurbanne), Olivier Compagnon (Professeur des Universités en histoire), Raphaëlle Berterottière (Doctorante en Lettres classiques), Marie-Hélène Mourgues (Maître de conférences en Mathématiques), Muriel Vernet (Directrice de recherche en Biologie), Angelina Roche (Maître de conférences en Mathématiques), Molly Gilbertson (Lectrice en Anglais), Anaïs Henneguelle (Maîtresse de conférences en Economie), Alain Pointillard (DR2 INRA en nutrition, retraité), Josiane Aïoun (Ingénieure d’études, INRAE en Alimentation humaine), Jean Pierre Rossi (Chef de département adjoint - SPE  INRAE Montpellier), Lionel Vaquier (documentaliste dans une école d'ingénieurs en mécanique, Léo Malherbe (Maitre de conférences en Économie), Christophe Gauthier (Technicien en Biologie/Biochimie),  Patrick Pedrot (conseiller de prévention hygiène-sécurité),  Dominique Simoneau (Agent de maintenance, électricien à l’INRAE),  Etienne Penissat (Chercheur au CNRS en Sociologie),  Gilles Cloiseau (Maître de conférences en linguistique), Aline Henninger (MCF en études japonaises), Florence Jean (Assistante ingénieure INRAE), Marion Beauvalet (Doctorante en Théorie des organisations), Emma  Attias (PRCE en Design), Patrice Grevet (Professeur honoraire à l'Université de Lille en Économie), Steven Duarte (Maître de Conférences en arabe / islamologie), Sébastien Shulz (Post-doctorant à l'université Paris Nanterre en Sociologie),  Julien Fortes Da Cruz (Maître de conférences en Mécanique-matériaux), Hélène Aurigny (Maîtresse de Conférence en Histoire), Céline Rosselin-Bareille (Enseignante-Chercheuse en Anthropologie), Jacques-Olivier Klein (professeur des universités en électronique), Clarisse Guiraud (Professeure de SES en lycée en Sciences économiques et sociales), Thomas Pughe (Professeur des universités, émérite en Etudes anglophones), Quentin Peyras (Attaché temporaire d'enseignement et de recherche en Informatique), Alain Fayard (fonctionnaire en bibliothèque universitaire),  Isabelle Kohn (Professeur des écoles), Jacques Fontaine (Professeur et Président Honoraire de l'Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand en Électronique), Pierre Sélim Lebrun (Président de l'association Méditerranée-Mer Noire-3 Continents,  Ouvrier-agroéconomiste-rénovateur énergétique),  Luc-Albert Rasselet (Professeur en Sciences économiques et sociales) Maxime Jacquet (Chercheur postdoctorant en Physique), Pierre Pénet (Chargé de recherche au CNRS en Science politique), Vincent Martin (Maître de conférence en Mathématiques appliquées), Esther Regnier (Maîtresse de conférences en Economie), Marc Morvan (Magasinier des bibliothèques, syndicaliste ESR), Ladislas Latoch (doctorant en Histoire), Raphaël Carbonne (Doctorant en Histoire médiévale), Benoît Geslin (Maître de Conférences en Ecologie), Marianne Métois (maîtresse de conférences en géosciences), Juliette Charreire (Doctorante en Droit constitutionnel), Matthew Marion (Chargé de communication / étudiant en Communication), Danièle Forest (Assistante ingénieur au CNRS en Optique), Christian Landes (Conservateur en chef du Patrimoine Archéologie romaine), Gwenaëlle Fabre (Maîtresse de Conférences Sciences du langage), Patrick Boumier (Directeur de Recherche au CNRS en Astrophysique), Claude Gout (Chercheur en Géologie), Michel Sauliere (Professeur agrégé retraité de l'EN Mécanique),  Bernard Réty (Enseignant en IUT de Génie Civil), Nicolas Pinsard (Maître de conférences en Économie), Luc Chelly (Conférencier Sociologie), Caroline Schreiber (MCF-HC à l'Université Grenoble-Alpes en Psychologie, retraitée), Michel Rocca (Professeur Economie), Alexis Verger (chargé de recherhe au CNRS en Biologie Structurale Intégrative), Laure Brisoux-Devendeville (Maître de conférences en Informatique), Sylvain Excoffon (Maître de conférences), Patricia Sourrouille (Ingénieure d'études eu CNRS en Ecologie Evolution),  Jean-Claude Lefevre (Ingénieur en Science humaines et sociales), Sylvette Chevalier (technicien de laboratoire à l'Université de Bordeaux), Michelle Lecolle (professeure en Sciences du langage), Abel Haidoux (Ingénieur au CNRS en Sciences des matériaux), Pierre Droin (Retraité du Cirad), Ames Holden (étudiant en art du spectacle), Frédéric Serres (Assistant ingénieur à l'INRAE en agronomie).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse