M. Castaner

M. Castaner, Christophe de son prénom salvateur doit son patronyme aux forêts de châtaigniers où se nourrissaient ses ancêtres.

Monsieur Castaner, Christophe de son prénom salvateur doit son patronyme aux forêts de châtaigniers où se nourrissaient ses ancêtres.

Affecté d'une adoration passionnée pour son maître, il cherchait à s'élever à son coruscant niveau culturel. Aussi s'évertua-t-il à trouver un mot suffisamment érudit. Il consulta le bréviaire de M. Pierre Larousse et tomba en arrêt devant un terme qui l'enthousiasma en cela qu'il lui rimait parfaitement et qu'il évoquait son fief du sud où se pratique toujours l'ovine transhumance, où la corne de l'un pousse au cul de l'autre.

Ce mot lui permit de briller non seulement dans le troupeau dont il est l'un des cadets*, mais aussi parmi les journaleux et chroniqueurs qui vantent sur des feuillets ou dans des bocaux où s'agitent des images la magnificence du pouvoir en place.

Par ailleurs, il est pareil au bois de cet arbre auquel il doit son nom, un bois qui, mal traité enfume à outrance. Bien conduit et séché, par contre, il brûle gaillardement, mais  pétouille fort et répand à l'entour des étincelles incandescentes qui éclatent en mille feux. Ce qui lui donna l'occasion à moult reprises de montrer ses muscles et sa force. Car il envoyait alors pour étouffer ces foyers des troupes de lansquenets fourbus mais stipendiés par quelques ducats d'argent. Ceux-ci écrasaient tout sous leurs lourdes bottes.

Pendant ce temps, son remarquable souverain, fermant ses yeux et ses oreilles mais, contrairement aux petits singes ouvrant fort la bouche, s'épanchait en propos enjôleurs et lénifiants. Fluet et frétillant comme une demoiselle, il quittait son vêtement comme l'avait fait autrefois, en Grande Bretagne, une dame poussée par son mari, laquelle s'était dépouillée de son manteau devant un parterre masculin, dans un geste langoureux qui avait fort échauffé l'atmosphère.

Le fringant potentat déversait des fleuves de miel additionné de quelques soupçons de poudre d'opium. Ce faisant, car il y était habile, il endormait et envoûtait l'assistance qui finissait par avoir pour lui les yeux de Chimène. Ainsi s'attribuait-il le côté soleil éblouissant et bienveillant, cependant que M. Castaner assumait l'ombre noire et cruelle, sans une once de réflexion, par amour ou balourdise.

 

*"cadet" est le nom donné dans le sud au bélier apprivoisé qui emmène ses congénères à l'abattoir.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.