Rosa Marna
Sciences sociales
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 avr. 2016

25 ans après, il reste de la beauté dans la révolte

En classe de terminale, c’est en ouvrant notre manuel d’Histoire que nous vîmes ce titre en gras, au dessus de la page gauche achevant la saga des conflits planétaires, "Illusion d’un monde sans guerre". une chimère qui semble aujourd’hui si invraisemblable.

Rosa Marna
Sciences sociales
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un quart de siècle de vie sur Terre où j’ai été, comme nombre d’entre nous, tentée par une misanthropie fataliste. Aujourd’hui, il n’est plus question de vivre dans une île sociale déserte car les derniers dés vont être jetés. 

Il y a 25 ans, la chute d’un mur tagué, menant à une fièvre euphorique planétaire d’une victoire sur le mal, annonçait l’aube d’un monde radieux et sans guerre. L’ultime épisode d’une confrontation manichéenne, on clôt le grand livre des conflits humains pour une ère de paix éternelle. Bien sûr, la seule éternité du Sapiens est sa nature destructrice. 25 ans passèrent pour donner naissance à des jeunesses moroses, pessimistes, angoissées. 25 années d’espoirs transformés en désillusions, de révoltes aliénées au profit du confort. Ils se butent à croire que les "choses" et la téléréalité, comme le pain et les jeux au temps des Césars, permettent l’aliénation sociale dans une illusion de liberté sacralisée. La liberté… vous savez, ce label politique qui est aussi véridique que certaines étiquettes « bio » dans les rayons d’hypermarché. On aspire à l’avoir, la palper, la sentir mais on n’a pas les moyens de vérifier son authenticité.

Ils ont gagné à nous endurcir, à cadrer notre regard en longue focale, à sacraliser la dureté et la supériorité car celui qui respecte ces commandements devient un gagnant, un Prophète social et source d’inspiration. On n’admet pas que nous ne sommes que pauvres petites créatures terrestres, des poussières dans l’univers, ce qui nous conduit à se considérer comme absolument exceptionnel auprès de nos semblables par notre culture, nos valeurs, notre croyance religieuse et même notre morphologie apparente qui se transforme en idée de « race ». Après le rêve d'une unification diplomatique globale arrive les désirs d'épuration nationaliste et culturelle qui ont rarement été aussi fortes. On entend des propos étranges, des idées que nous n'avons jamais crues entendre quatre années auparavant, des théories pourtant mises au placard et scellées pour des siècles. Une fascination de la violence et de la haine, encouragée par un populisme grande gueule devient tout à fait légitime. On prête attention au charismatique, à celui qui "ose" et on lapide le vertueux. 25 ans après les applaudissements de la paix, les mains récupèrent les armes à feu dans une gigantesque et collective facilité réflexive. Oui, réflechir devient ringard.

Pourtant, des révoltés peuvent sacraliser un cri de contestation par ce qu’il y a de meilleur en nous : la chaleur, la joie, l’art. On ne se positionne plus comme supérieur, seulement rêveur d’un monde juste, amoureux et chaleureux ; en d’autres termes, un bel espace où il fait bon vivre et non un gigantesque champ d’exploitation pour le « gagnant ». Avec cette volonté d’un rassemblement pacifique, maladroit mais valeureux, la foule peut s'habiller comme on l'aime car ainsi, elle est dans la beauté de la révolte.

Cette société, reposée sur une relation sadomasochiste avec l’autorité politique et une culture destructrice et aliénatrice, arrive à une impasse.  Mais l’histoire de l’humanité est loin d’être écrite et la fatalité n’est pas une solution de survie. La peur du chaos réside en chaque esprit, pourtant, il adviendra quand nous resterons passifs dans nos pantoufles. Quand on voit l’iceberg suffisamment tôt pour ne pas sombrer, lorsqu’on s’aperçoit qu’on a la force de tirer la sonnette d’alarme, au moment où on quitte nos nids provisoirement douillets, alors, oui, il y a de la beauté dans la révolte.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Un chirurgien de l’AP-HP cherche à vendre aux enchères la radio d’une blessée du 13-Novembre
Le chirurgien Emmanuel Masmejean a mis en vente sur un site d’enchères pour 2 700 dollars la radio d’une survivante du Bataclan, sur laquelle on voit une balle de Kalachnikov. Après l’appel de Mediapart, il a retiré le prix dans son annonce. L’AP-HP qualifie la publication du professeur Masmejean de « problématique, choquante et indécente ».
par Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Le Titanic Hidalgo fait escale à Aubervilliers
Dans une salle à moitié vide, la candidate socialiste à la présidentielle a estimé que le combat n’était pas perdu, même si la voie est « ardue et semée d’embuche ». En interne, certains la jugent déjà sans issue.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Le PS et les quartiers populaires : vingt ans de trahison
Le Parti socialiste poursuit sa lente dislocation dans les quartiers populaires. En Île-de-France, à Évry-Courcouronnes et Aulnay-sous-Bois, les désillusions traduisent le sentiment de trahison.
par Hervé Hinopay
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou Damien Rieu fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022.
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
Malaise dans la gauche radicale - Au sujet du féminisme
L'élan qui a présidé à l’écriture de ce texte qui appelle à un #MeToo militant est né au sein d'un groupe de paroles féministe et non mixte. Il est aussi le produit de mon histoire. Ce n’est pas une déclamation hors-sol. La colère qui le supporte est le fruit d’une expérience concrète. Bien sûr cette colère dérange. Mais quelle est la bonne méthode pour que les choses changent ?
par Iris Boréal
Billet de blog
La parole des femmes péruviennes
Dans un article précédent, on a essayé de comprendre pourquoi le mouvement féministe péruvien n'émergeait pas de manière aussi puissante que ses voisins sud-américains. Aujourd'hui on donne la parole à Joshy, militante féministe.
par ORSINOS
Billet de blog
Entre elles - à propos de sororité
Sororité, nf. Solidarité entre femmes (considérée comme spécifique). Mais du coup, c'est quoi, cette spécificité ?
par Soldat Petit Pois