Rosa Marna
Sciences sociales
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 avr. 2016

25 ans après, il reste de la beauté dans la révolte

En classe de terminale, c’est en ouvrant le manuel d’Histoire que nous vîmes le titre en gras, au dessus de la page gauche achevant la saga des conflits planétaires. « Illusion d’un monde sans guerre », chimère aujourd’hui si invraisemblable.

Rosa Marna
Sciences sociales
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un quart de siècle de vie sur Terre où j’ai été, comme nombre d’entre nous, tentée par une misanthropie fataliste. Aujourd’hui, il n’est plus question de vivre dans une île sociale déserte car les derniers dés vont être jetés.

Il y a 25 ans, la chute d’un mur tagué, menant à une fièvre euphorique planétaire d’une victoire sur le mal, annonçait l’aube d’un monde radieux et sans guerre. L’ultime épisode d’une confrontation manichéenne, on clôt le grand livre des conflits humains pour une ère de paix éternelle. Bien sûr, la seule éternité du Sapiens est sa nature destructrice. 25 ans passèrent pour donner naissance à des jeunesses moroses, pessimistes, angoissées. 25 années d’espoirs transformés en désillusions, de révoltes aliénées au profit du confort. Ils se butent à croire que les choses et la téléréalité, comme le pain et les jeux au temps des Césars, permettent l’aliénation sociale dans une illusion de liberté sacralisée. La liberté… vous savez, ce label politique qui est aussi véridique que certaines étiquettes « bio » dans les rayons d’hypermarché. On aspire à l’avoir, la palper, la sentir mais on n’a pas les moyens de vérifier son authenticité.

Ils ont gagné à nous endurcir, à cadrer notre regard en longue focale, à sacraliser la dureté et la supériorité car celui qui respecte ces commandements devient un gagnant, un Prophète social et source d’inspiration. On n’admet pas que nous ne sommes que pauvres petites créatures terrestres, des poussières dans l’univers, ce qui nous conduit à se considérer comme absolument exceptionnel auprès de nos semblables par notre culture, nos valeurs, notre croyance religieuse et même notre morphologie apparente qui se transforme en idée de « race ». Après le rêve d'une unification diplomatique globale arrive les désirs d'épuration nationaliste et culturelle qui ont rarement été aussi fortes. On privilégie le charismatique "osé" et le populisme grande gueule pour lapider le vertueux. Les disciplines scientifiques humaines et sociales n'existent qu'à excuser. Oui, réflechir devient ringard.

Au fur et à mesure, on perçoit des mots et des idées qu'on n'aurait pas soupçonnés entendre quatre années auparavant. Une étrange fascination de la violence et de la haine s'installe, jusqu'à devenir tout à fait légitime. Pendant que le sommet de la pyramide vole les étoiles, une tempête de sable fait aveuglement agiter les bras. La sérenité laisse place à la méfiance, à la colère et à la folie destructrice. 25 ans après les applaudissements de la paix, les mains empoignent fermement les armes à feu.

Pourtant, des révoltés peuvent toujours sacraliser un cri de contestation avec ce qu’il y a de meilleur en nous : la chaleur, la joie, l’art. On ne se positionne pas comme supérieur, seulement rêveur d’un monde juste, amoureux et chaleureux ; en d’autres termes, un bel espace où il fait bon vivre et non un gigantesque champ d’exploitation pour le « gagnant ». Avec une volonté d’un rassemblement pacifique, imparfait mais valeureux, on souhaite se montrer dans la beauté de la révolte.

Cette société, reposée sur une relation sadomasochiste avec l’autorité politique et une culture destructrice et aliénatrice, arrive à une impasse.  Mais l’histoire de l’humanité est loin d’être écrite et la fatalité n’est pas une solution de survie. La peur du chaos réside en chaque esprit, pourtant, il adviendra quand nous resterons passifs dans nos pantoufles. Quand on voit l’iceberg suffisamment tôt pour ne pas sombrer, lorsqu’on s’aperçoit qu’on a la force de tirer la sonnette d’alarme, au moment où on quitte nos nids provisoirement douillets, alors, oui, il y a de la beauté dans la révolte.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal — Santé
À l’hôpital de Saint-Denis : « On est des bonnes poires, nous les soignants ? »
Malgré un record de contaminations en Seine-Saint-Denis, une baisse des malades graves du Covid semble se dessiner dans le service de réanimation de l’hôpital de Saint-Denis. Dans cette cinquième vague, celle des non-vaccinés, les personnels soignants ont multiplié les heures supplémentaires, au risque d’un épuisement général.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Le Covid vu par des enfants : « Je m’enferme dans les toilettes pour enlever mon masque »
Alors que le nombre de classes fermées pour cause de Covid n’a jamais été aussi élevé, comment les enfants eux-mêmes vivent-ils ce moment ? Éléments de réponse en paroles et en images.
par Joseph Confavreux et Berenice Gabriel

La sélection du Club

Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot
Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES