Rosa Marna
Sciences sociales
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 avr. 2016

#En marche vers un cul-de-sac

Beaucoup attendent la croissance promise, le regard posé à l’horizon, en espérant voir le ciel s’embraser. Il n’y aura probablement pas de retour de la Reine malgré les promesses de ses chevaliers.

Rosa Marna
Sciences sociales
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je suis dynamique, ambitieux, polyvalent, j’ai un bon contact relationnel, un esprit d’équipe avec de nouvelles idées pour développer la structure. Regardez-moi, je vais de l’avant, j’ai de l’audace, j’ai les atouts essentiels pour être un bon leader. Moi, je suis le bon, l’unique, l’Élu dans la religion de l’entreprenariat… Oui, je suis The Chosen One, car je suis le meilleur.

Comme l’amoureux de l’entreprise, Macron a les qualités requises qu’on trouve dans toute lettre de motivation standard. On les a forcément sorties un jour au cours d’une recherche de stage ou d’un CDD potentiellement renouvelable. En nommant un ancien sujet de la banque Rothschild, on souhaitait montrer une image sympathique et innovante. Le sourire, le joli costume, les blagounettes, on liste une série d’ingrédients pour attirer une pseudo jeunesse située entre le BEP STG et l’école d’élite type HEC, voire même les petits Geeks adeptes de gadgets High Technology. Avec Macron, on montre qu’on est soucieux de l’avenir, de l’emploi, de l’économie du pays. La France entreprend, la France innove, la France se modernise et se débarrasse petit à petit de son passé social qui prend de la poussière. En s’inspirant de la Bible du Management, on incruste les valeurs et les méthodes du monde du travail au sein même du gouvernement. Les pro-Macron affirment être rassurés de voir un jeune actif au ministère de l’Économie et on rêve d’une autre ère de croissance comme une troisième « révolution industrielle », une seconde sainte trinité glorieuse. Le mouvement #En Marche naît avec un clip de campagne photoshopé tout droit sorti d’une présentation PowerPoint dans un MacBook Pro. On est à l’aube d’une nouvelle croissance qui n’arrivera jamais, la procrastination politique bénie par le Medef permet de remettre à plus tard la catastrophe qui s’annoncera tôt ou tard. En attendant, on lance des paillettes et des confettis aux yeux de jeunes ambitieux, croyant durs comme fer à l’entreprenariat et à la méritocratie.

On parle de "moderniser" la société autour d'une nouvelle gestion portée par des ambitieux en costard, le libéralisme n'est pourtant pas une une idéologie si jeune. Une partie des économistes et des spécialistes prouvent l’inefficacité de ce marché d’exploitation, que nous arrivons à une impasse sociale et économique, les alertes ne cessent de retentir autant sur le plan humain qu’écologique. Mais le plus important est de faire rentrer le pays dans le rang de la tyrannie de la majorité financière mondiale. On sauve la société en appuyant sur ses plaies. et la loi El Khomri n'en est que la continuité de la capitulation sociale. Une dernière balade à Las Vegas pendant que le temps étiré s’accorde avec la hauteur de notre chute.

Je n’ai pas le savoir suprême. Peut-être que le dynamisme de Macron incarné dans les manuels aux sourires de couverture Émail Diamant propulsera le pays comme par magie dans les lumières du bonheur et de la joie sous les feux d’artifice de la consommation. Les gens auront enfin le plaisir d’avoir un compte en banque rempli d’euros à dépenser pendant leur pause déjeuner. Après le libéralisme défaillant et l'austérité, je vous propose un autre capitalisme vertueux. Cette fois, c’est la bonne, concitoyens, ce sera la bonne, et vous aurez une grande partie du gâteau.

On en arrive pourtant à bout, et certains commencent à se rendre à l’évidence. Non, la croissance n’arrivera pas car le marché de la production mythiquement perpétuelle arrive à saturation, conduisant à la désertion des propositions d'emploi. L’insatisfaction éternelle des gourmands de la finance, à l’image du Sans-Visage du « Voyage de Chihiro » de Miyazaki, vida les ressources à la fois humaines et terrestres et #En marche n’est qu’un coup d’accélérateur tout droit dirigé vers une falaise où nous sommes assis en premier sur la place du mort.

Alors qu’une partie de la jeunesse « dynamique » visionne les vidéos « instagramées » de Macron en se persuadant que la Fortune tournera cette fois en leur faveur, une autre innovation se pointe de l’autre côté de l’horizon. On entend d’étranges échos dans les universités, les salles de colloque, résonnant dans quelques grandes places de grandes villes françaises, peut-être bientôt à l’échelle européenne. De nouvelles pensées fleurissent autour d’un nouveau système économique, d’un nouveau visage du monde du travail, d’une nouvelle ère qui rejette les livres sacrées de la réussite professionnelle basée sur l’exploitation et l’aliénation de la personne. Le salariat est mis à nu sur la place publique passé pourtant sous silence dans les couloirs de Bercy. Ceux des universités annoncent une révolution en marche, et bien que la contestation soit fragile et pour l’instant hétérogène, on ne peut nier un début de rejet, de plus en plus important et assumé, du monde du travail actuel reposé sur un pouvoir vertical. Néanmoins, on peut donner raison à Macron sur un point: prendre des initiatives et ne pas attendre l'état pour qu'il le fasse pour nous.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Marine Le Pen et la presse : les coulisses d’une opération de séduction
La candidate du RN, qui présentait mercredi ses vœux à la presse, a radicalement changé de stratégie vis-à-vis des journalistes. Après des années de rapports houleux, Marine Le Pen tente de normaliser les relations, avec d’indéniables succès au regard de sa banalisation dans certains médias.
par Lucie Delaporte
Journal
Le logement menacé par la financiarisation
Un rapport commandé par le groupe écologiste au Parlement européen et publié jeudi dresse un tableau inquiétant de la financiarisation du logement sur le Vieux Continent. Avec, souvent, l’appui des pouvoirs publics.
par Romaric Godin
Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin