Rosa Marna
Sciences sociales
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 juin 2016

"Il faut interdire l'Euro"

La violence déchaînée des Hooligans prouve une fois de plus la violence de cette organisation appelée le football. La question de son interdiction est de plus en plus évidente pour l'exécutif

Rosa Marna
Sciences sociales
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Marseille. Printemps 2016.

La ville naviguait dans une tranquillité méditerranéenne, comme chaque aurore estival. Les rues étaient jonchées de terrasses bondées, la population sirotait leur diabolo framboise et leur kir pêche en regardant tendrement les enfants jouer gentiment aux billes et leurs grands-parents faire une partie de pétanques. Pourtant, depuis quelques jours, la cité des gens heureux et des vieux amants bascule dans une violence incontrôlable. Des groupes d’hommes virils et colossaux font irruption dans leur vie ensoleillée et dévastent les rues marseillaises, criant à gorge enflammée. Divisés en deux clans, ces montagnes de muscles, bierre à chaque main, se sont violemment affrontées sous les yeux abasourdis des habitants. D’après des témoignages et des sources solides, ces marginaux, appartenant à des groupuscules extrêmement violents, perturbent la tranquillité des vies pour un jeu nommé football, un ballon passé par des pieds. Ces affrontements se seraient accentuées pour une obscure commémoration appelée « l’Euro ».

Néanmoins, ce drame n’est pas un cas isolé. Les Marseillais confessent avoir déjà entendu parler de cet étrange jeu de balle et de pieds : « Il y’aurait, semble t-il, un groupe appelé OM, qui a souvent affronté un autre, PSG, qui viendrait du Nord. On dit que leurs adeptes monteraient jusqu’à la capitale pour se battre violemment contre eux. ». Le cas de l’Euro est davantage grave, puisqu’il réunit des pays au-delà des frontières. Le gouvernement a très vite réagi face à ces faits inexplicables : « Nous appelons à la responsabilité des organisateurs de l’Euro face à ces déchainements de violence. Nous rappelons que la population ne partage pas cette passion pour ce jeu. Ces affrontements violents sont inexcusables et intolérables ». Nous avons posé la question de son interdiction et la réponse est alignée à la fermeté : « Oui, cela est une possibilité. Nous sommes en état d’urgence, nous n’avons ni le temps ni les moyens en ce moment pour maîtriser des groupuscules extrémistes et casseurs. ». Un média confrère a pourtant détaillé qu’une grande partie des adeptes de l’Euro sont pacifistes et ne font qu’apprécier un jeu parmi d’autres : « Fariboles, répond le ministre de l’Intérieur,  le football est violent par essence, nous sommes en guerre, nous ne tolérerons de débordements sur notre territoire. L’Euro ne partage pas nos valeurs. D’autant que les organisateurs ne semblent pas prendre ene compte les préoccupations majeures des Français.».

En effet, il est rappelé que des manifestations nationales sont régulièrement organisées en ce moment même. Près de 24h après les faits, Matignon s’est dit « choqué » par cet étrange événement : « nous rappelons aux organisateurs de ce prétendu groupe Euro qu’il est de notre responsabilité de veiller à la sécurité des manifestants contre la loi travail. Perturber un tel mouvement social est intolérable, laissez-les manifester. ». L’opposition est allée jusqu’à qualifier le football « d’organisation sportivo-fasciste antidémocratique » et appelle l’exécutif à interdire le dit sport.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal
Le logement menacé par la financiarisation
Un rapport commandé par le groupe écologiste au Parlement européen et publié jeudi dresse un tableau inquiétant de la financiarisation du logement sur le Vieux Continent. Avec, souvent, l’appui des pouvoirs publics.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann
Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre