Mercuriali
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 sept. 2013

Mise au point !

Mercuriali
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 9 septembre 2013, Moïse Assouline a fait publier dans le cadre des Invités de Mediapart, un texte intitulé "Autisme : l'enjeu de la protection sociale".

La majorité des arguments avancés par Mr Assouline sont démontés par le KO7J à la page suivante :

http://kollectifdu7janvier.org/actualites/textes-fondamentaux/7-idees-seduisantes-mais-theories-sans-preuve

Cependant les affirmations de Mr Assouline sur les recommandations de la HAS ont amené Mme Scania de Schonen, chargée de projet à la HAS pour  l’ "Autisme et autres troubles envahissants du développement : interventions éducatives et thérapeutiques coordonnées chez l’enfant et l’adolescent" a apporté les précisions suivantes :

" - Cet article de Moïse Assouline est surprenant. Je n’aborderai ici qu’un seul point.  La HAS a insisté sur l’importance de la formation des intervenants. Parmi les obligations d’un intervenant, il y a celle de se mettre au courant des interventions évaluées comme efficaces et recommendables aujourd’hui .   Le Dr Assouline est certainement très bien informé sur ses propres pratiques, ainsi que sur les erreurs éventuelles survenues par le passé, mais pas sur les interventions comportementales actuellement recommandées. En fait les punitions physiques ou renforcements aversifs sont aujourd’hui considérés comme non recommendables dans les interventions comportementales.

Dans la littérature de langue anglaise (ce qui ne veut pas dire que ces études ne sont réalisées qu'aux USA, en UK ou en Irlande) relatant les études d’évaluation des interventions pour enfants et adolescents avec TED, on trouve une utilisation des punitions physiques (ou reforcement physique aversif) dans le cas des interventions sur les comportements problèmes en général avant 2000. Les études d’évaluation d’intervention sur les comportements problèmes publiées à partir de 2000, montrent  les procédures qui rendent absurdes les punitions physiques ( renforcements physiques aversifs) compte tenu des progrès faits par l’analyse fonctionnelle des comportements et de leurs conditions de survenue, ainsi que grâce à  l’éducation la plus précoce possible des moyens de communications, etc…. .

Je connais la surcharge de travail des intervenants  comme le Dr Assouline et je sais que ces emplois du temps ne laissent pas beaucoup de temps pour se documenter, mais je pense qu’il  est souhaitable que nous prenions tous très au sérieux la nécessité de se « tenir au courant », de se "recycler" dans nos domaines de compétences respectifs avant de parler à haute voix. " 

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — École
L’univers sexiste, homophobe et autoritaire de Stanislas, le « meilleur » lycée de France
De nombreux témoignages et des documents obtenus par Mediapart montrent ce qui est proposé par ce prestigieux établissement catholique. Une quinzaine d'anciens élèves racontent les « humiliations » et les « souffrances » vécues. 
par David Perrotin et Lorraine Poupon
Journal — Éducation
Dorlotée sous Blanquer, l’école privée prospère
L’enseignement privé n’a guère eu à souffrir du quinquennat écoulé, protégé par la figure tutélaire d’un enfant du système, le ministre Jean-Michel Blanquer lui-même. La gauche, tout à la défense d’un service public malmené, tâtonne sur sa remise en cause.
par Mathilde Goanec
Journal
Rapport du médiateur de Pôle emploi : ces règles qui pourrissent la vie des chômeurs
Sanctions « de plus en plus sévères et disproportionnées », « aberrations » derrière certaines mesures gouvernementales ou encore préconisations restées lettre morte : le médiateur national de Pôle emploi publie son rapport 2021, sans masquer son agacement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En convalescence financière, le bailleur social Semcoda distribue des primes à ses dirigeants
Malgré sa santé économique fragile, le plus gros bailleur social de la région Auvergne-Rhône-Alpes vient de distribuer à ses dirigeants des primes critiquables car elles intègrent des résultats exceptionnels liés à des ventes de logements. Les salariés, eux, n’ont pas perçu d’intéressement depuis plusieurs années.
par Mathieu Périsse (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra
Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves
Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger