Mercuriali
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 juin 2013

Autisme : Nous en avons assez des polémiques

Mercuriali
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Article repris sur le blog de Magali Pignard

L’autisme est devenu l’objet de propos d’une rare violence à l’égard de la ministre des personnes handicapées comme des associations de familles. La première paie son courage à viser la modification des pratiques dans le plan autisme 3, les deuxièmes leur refus constant de continuer à se plier à la pensée unique en matière d’autisme.

Bizarrement, ceux qui ont monopolisé le débat pour continuer à imposer une vision totalement dépassée de l’autisme semblent avoir oublié les premiers concernés : les personnes concernées par l’autisme et leurs familles.

Il est donc temps de rappeler quelques évidences :

1. Les parents d’enfants autistes sont les détenteurs de l’autorité parentale : à ce titre ils veillent sur l’éducation et les soins de leurs enfants autistes. À voir le nombre grandissant de signalements abusifs pour retirer les enfants autistes à leurs familles, on mesure combien ce droit gêne certains professionnels, pas seulement de santé.

2. Les parents sont des usagers du système de santé et des services et établissements médico-sociaux : à ce titre, ils ont droit au respect de la loi de 2002 garantissant leurs droits en la matière. Le libre choix des prestations y est affirmé. Ce sont donc les familles qui, assumant ainsi leurs responsabilités parentales, doivent choisir les programmes d’apprentissage et les formes d’éducation qui leur paraissent convenir à leurs enfants autistes, avec le soutien de professionnels compétents et formés, soucieux de partager savoirs et savoir-faire avec elles, conformément aux recommandations de la Haute Autorité de Santé et de l’Agence Nationale d’Evaluation de la Qualité dans les établissements sociaux et médico-sociaux.

3. Les parents ont le droit d’exiger des informations sur la santé de leur enfant qui soient conformes aux données actualisées de la science. Ils ont le droit et le devoir de veiller à ce que leurs enfants, à tous les âges de leur vie, aient droit à des soins conformes à ces mêmes données. C’est rarement le cas.

Autistes, les sans-droits de la République

Les parents sont des contribuables : à ce titre, ils n’ont pas à payer deux fois : pour le maintien de pratiques obsolètes et coûteuses, dont ils ne veulent pas, et pour l’organisation à leurs frais de programmes éducatifs, qui ne sont pas financés par l’argent public, largement monopolisé par les pratiques obsolètes. Ils ont le droit de s’indigner que l’argent public finance l’exil forcé en Belgique de leurs enfants, à tous les âges de leur vie, sans aucun contrôle de la qualité de l’accueil.

Les parents sont des citoyens : à ce titre, ils ont un droit de regard sur les politiques de santé publique. Ils ont le droit de demander des comptes à ceux qui monopolisent l’argent public pour garder, sans évaluation ni contrôle de leurs pratiques, leur pouvoir et leurs financements (il n’y a pas de tarification à l’acte en psychiatrie et on peut facturer jusqu’à 960 euros par jour une heure de pseudo-soin).

Ils ont le droit de savoir où sont les personnes autistes et où est l’argent de l’autisme. Ils ont le droit de s’interroger sur les milliards employés chaque année à interner des  » malades  » en psychiatrie : combien de personnes autistes parmi eux ? Combien en UMD ? (A Cadillac, on en avoue 10%). Combien en meurent, foie et reins détruits par l’administration à vie de neuroleptiques, pour le plus grand bénéfice des laboratoires pharmaceutiques ? Les parents ont le droit de s’interroger sur la condamnation de la France 4 fois de suite (2004, 2007, 2008, 2012) pour discrimination à l’égard des personnes autistes.

Les parents sont des êtres humains : à ce titre ils n’ont pas à trouver acceptable l’atmosphère haineuse que des professionnels développent à leur égard. Ils n’ont pas à trouver acceptable que leurs enfants, rebaptisés  » psychotiques « , se voient proposer l’accueil de leur  » folie  » à vie en hôpital psychiatrique (les hôpitaux de jour étant aussi des hôpitaux psychiatriques pour enfants).

Ils n’ont pas à trouver acceptable la dictature imposée aux familles et professionnels compétents, au nom d’une vision erronée et dangereuse de l’autisme. Les personnes autistes sont porteuses d’un handicap, et à ce titre, doivent bénéficier de tous les programmes d’accompagnement nécessaires à leur inclusion sociale, conformément à toutes les conventions et directives européennes et internationales. Ces programmes commencent par le diagnostic et l’intervention très précoces, seule manière de limiter considérablement les surhandicaps.

Les personnes autistes ont droit à une vie digne, à développer des apprentissages, à bénéficier de programmes d’accompagnement personnalisés, centrés sur leurs goûts et leurs compétences, à vivre en milieu ordinaire, près de leurs familles, comme tout être humain. Les Droits de l’Homme concernent aussi les personnes autistes et leurs familles.

Qui va avoir le courage de dénoncer le scandale sanitaire, financier et éthique de l’autisme en France ?

Danièle Langloys Présidente Autisme France

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux
Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale