Aux confins (Journal du mois du corona 26)

Le journal d'un (parmi tant et tant) qui vit au jour le jour le confinement dû au coronavirus.

(Samedi 11 avril 2020)

J'ai aujourd'hui pratiqué la destitution, car elle est bien une pratique, une action.

Lecture dans le jardin (Paolo Virno, Simone Weil, ...) au soleil.

Observation du cognassier en fleurs.

Et des enfants construisant leur cabane au milieu des branches.

Discussion avec les voisins - nous nous proposons un barbecue mitoyen dans les prochains jours. Carmela et moi leur recommandons le visionnage de l'émission de Frédéric Taddeï avec Franck Lepage :  https://www.youtube.com/watch?v=p6d82YwSFII  La 29ème minute y commence l'analyse de la"classe virtuelle" et rappelle l'évidence (déjà rappelée dans le Journal) : les "bons professeurs", ceux qui ont réussi à rédupliquer leur vie professionnelle - hors les murs -  sur l'écran, préparent leur mue en assistants de logiciels, en plombiers du numérique. Le test grandeur nature a été réussi (les élèves sont surmenés, les enseignants, plus obéissants que jamais, peuvent en outre être traqués par leur hiérarchie grâce aux traces électroniques qu'ils laissent derrière eux, on les mettra enfin au travail, ces feignants !) et l'industrie est là, attentive (elle ne demandait que ça, la déferlante sur les écrans, le circuit fermé, yeux rouges et peau verte), se léchant les babines, toujours déjà prête à se ruer sur un marché plus que juteux. Passant distraitement sur le cadavre encore chaud du professeur.

Vive "l'animateur numérique" !

Même les idiots ont droit à leur roi.

J'ai vu passer, sur le fil d'information de mon smartphone, la déclaration du "patron" du MEDEF, Geoffroy Roux de Bézieux (un nom bien de chez nous, bien peuple) : les entreprises doivent se déconfiner et faire travailler leurs employés davantage que la quantité horaire institutionnelle. Pour sauver l'Économie...

Je me souviens soudain (j'ai de ces fulgurances) d'une des définitions, d'un des noms essentiels, attribués au "chef d'entreprise" (pas à l'artisan, pas au patron de l'entreprise familiale, ou à taille humaine, qui font le tissu industriel du pays, mais au patron-trader qui dirige les gros groupes dans un wargame psychotique) par Bernard Friot, économiste, sociologue, de renom : le parasite.

Voilà ce que Deleuze appellerait : un concept.

Que l'"Économie" (qu'est-ce donc? ) ne puisse tolérer que le travailleur se mette à l'abri de la maladie... C'est un problème pour l'économie, et la révélation de son identité morbide, pas pour le travailleur.

Que Geoffroy aille vider les poubelles, vendre à la caisse, faire le ménage à l'hôpital, jouer du marteau-piqueur sous le ciel bouillant, etc. et je l'écouterai peut-être. Qu'il change aussi de rictus (uh uh !), que son œil s'allume, et je lui prêterai (peut-être) attention.

Là, j'ai la nostalgie brutale du papier tue-mouches qui pendait du plafond chez ma grand-mère paternelle à Caudry. Une chose assez écœurante pourtant.

Demain, je développerai ma partie 2 sur la destitution.

Une tuerie !

Ouh ouh ! Geoffroy ?! T'es où ? Ouh ouh ! Geoffroy ?! T'es où ?

 



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.