Mezzalama
Écrivaine
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 mars 2020

Chronique de la planète infectée

Day 1 du confinement, Paris 16 mars 2020. Une petite famille italienne s'organise.

Mezzalama
Écrivaine
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

#day 1 – 16 mars

 Ce matin le bruit de cloche paraît sinistre, aucun cri d’enfant, aucune gardienne qui crie à 8.30, allez, allez, viiiiteeee. Pourtant mon fils s’est réveillé à 8 heures, il s’est habillé, il voulait être prêt pour l’école. Nous sommes sortis acheter du pain avant que les gens se ruent dans les supermarchés. Nos fenêtres donnent sur la rue, je vois défiler les personnes avec leurs courses, certains partent avec leurs valises, ils quittent la ville infectée pour aller infecter ailleurs, dans leurs maisons de campagne. Sans voiture nous ne pouvons aller nulle part. Notre maison de campagne se trouve en Italie. Soudain je me sens en exil, avec la nostalgie du pays. Avec ce virus nous sommes tous exilés en ce moment. Exilés de notre vie précédente. Loin de nos proches, de nos certitudes, de nos habitudes.

Depuis quelques jours il y a plus d’oiseaux qui chantent et volettent dans le petit jardin en face de chez nous. Est-ce le printemps ou le fait que finalement nous les laissons un peu tranquilles ? Les dauphins dans le port de Cagliari, les poissons dans la Laguna de Venezia, les singes en Thaïlande… La nature est tellement plus grande et forte que nous. Il lui suffit de quelques jours à peine. Ce virus nous apprendra des choses.

Le reste se passe devant les écrans. Nous entrons dans l’ère des dilemmes, confrontés à toutes les contradictions, quels temps époustouflants nous attendent.

Je reçois un appel de l’agent immobilier. J’ai visité un appartement il y a quelques jours, j’ai fait une offre. Il voudrait signer le compromis cet après-midi. Je tombe des nuages et lui me semble un martien. Il fait son job, c’est normal, mais non ce n’est pas normal. Comment pourrais-je dans une situation pareille prendre une décision si importante ? Le voilà le dilemme, j’en prends plein la figure. Investir à Paris c’est raisonnable, je ne peux pas me tromper et nous en avons besoin, nous manquons de place, je rêve d’avoir une chambre pour moi, pour travailler, m’isoler, héberger des copains. Mais aujourd’hui cela me semble totalement déplacé, irréel. Impossible. 

Le temps, on en prend la mesure. Il devient lourd, insurmontable. Tout me semble insurmontable, même corriger les épreuves du roman. Le relire à haute voix. L’attention ne dure pas plus que trois pages, parce que ma tête ailleurs, parce qu’un message, un appel, un œil à l’actualité, mon fils n’en peut plus. Il arrive, éteint la radio et crie qu’on ne parle que de ça, qu’y a-t-il encore à dire ? Les morts, les malades, ces chiffres sans noms m’accablent. Comme un bulletin de guerre. Les frontières de l’Europe m’accablent. En ce moment c’est la Grèce, le camp de Lesbos. Le virus ne choisit pas ses hôtes, il s’enfile où il veut, il frappe brutalement les personnes plus fragiles. Alors ces femmes, ces enfants, ces hommes déjà si fragiles, qui ont voyagé de cauchemar en cauchemar, pour se retrouver dans un camp, je n’ose même pas y penser. Le virus oui, mais mon fils a raison, il ne faut pas oublier de regarder ailleurs. Jamais. Nous faisons de la gym dans notre petit salon, pour ne pas oublier que nous avons un corps.

Ce soir le discours du Président qui annonce le couvre-feu, la fermeture totale. Pourvu que ce ne soit pas trop tard, que les hôpitaux n’explosent pas, que les médecins, les chercheurs et tous les soignants ne tombent pas malades. Qu’ils restent en vie. Je n’aime pas cette rhétorique, bien présente en Italie, sur les héros et les héroïnes. Ils le sont bien-sûr mais cela détourne l’attention du vrai problème : la démolition systématique des services de santé, l’absence de moyen de la recherche scientifique. Ce ne sont pas les héros qui sauvent, il n’y a que la responsabilité collective. Est-ce que le virus nous donnera cette leçon ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci
Journal — Maghreb
En Libye, l’impasse politique provoque la colère sociale
Un an et demi après le cessez-le-feu, le pays est bloqué, à nouveau divisé entre le camp du maréchal Haftar, à l’est, et le gouvernement reconnu par l’ONU, à l’ouest. À l’instabilité politique s’ajoute une crise sociale alarmante.
par Ariane Lavrilleux
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin

La sélection du Club

Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
[Rediffusion] Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis
Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine