Mezzalama
Écrivaine
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 mars 2020

Day 2 & 3 17/18 mars

Le confinement s'installe. L'espace se réduit, la pensée s'ouvre.

Mezzalama
Écrivaine
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pas de cloche de l’école ce matin. Encore des gens qui vont faire les courses. Des queues, des vieux qui n’ont aucune prudence, pas de gants, de masques, ni de distance de sécurité. Se croient-il invulnérables ? Individualistes jusqu’à la mort, voilà ce que nous sommes (en France il n’y a même pas les chutes de la culture catholique). C’est comme ça, dans le meilleur et dans le pire. La manière dont la crise est gérée en Asie montre des différences profondes dans nos cultures. Mais là, il faut qu’on arrête avec cet infantilisme.

Le silence s’installe peu à peu. Comme s’il avait neigé, alors que le printemps arrive. Le merle Pouic prépare le nid avec sa compagne, ils ont beaucoup de travail, je les regarde faire des aller-retours. Voilà un grand sujet : l’amour au temps du Coronavirus. Pauvres amoureux lointains, adolescents de tous âges, adultères séparés ; pauvres couples délabrés, mal en point, forcés de se fréquenter plus que trop. J’y reviendrai, le sujet me passionne.

Mais surtout pauvres femmes et enfants d’hommes violents. C’est à elles que je pense ce matin en me réveillant, à eux. Le confinement comme torture. Un piège sans issue, la terreur qui règne.

Comment peut-on rester en communion avec les autres alors que nous sommes tous enfermés ? Est-ce que nos pensées, nos intentions peuvent avoir un effet ? Est-ce que les énergies traversent les murs de nos maisons, de nos prisons ? Oui, je sais, ça fait un peu new age. Mes pensées partent dans tous les sens, j’ai du mal à me concentrer, à lire plus que quelques pages du roman. Le téléphone n’arrête pas avec ses alertes, basta, je l’enferme en mode silencieux dans un tiroir mais je n’arrive pas à l’éteindre. J’entre dans la phase où je n’en peux plus du roman, à force de lire et relire et relire, il m’ennuie. Je relis à haute voix, c’est le seul moyen d’entendre la musique des mots, mais là j’ai la voix cassée. Mon humeur est instable, ingouvernable mais j’essaye de garder le moral.

Sur notre petit bateau à la dérive dans ces temps incertains, la capitaine n’a pas trop le droit de montrer ses faiblesses à l’équipage. Nous naviguons à vue, notre seul horizon est celui qui nous mène du matin au soir, un jour après l’autre. L’humanité a perdu la boussole. C’est peut-être notre seule chance de nous en sortir ; être déboussolés, penser autrement. Et surtout la règle numéro un : stay with the trouble. Rester en contact avec le problème. Pas de solutions magiques, d’espoirs mal placés, pas de déprime. C’est tellement difficile de garder cette posture. Il y a des livres qui m’aident, les grimoires de la pensée éco-féministe, Anna Tsing, Donna Haraway, Silvia Federici… prendre soin et rester avec le problème.

À 16 heures gymnastique. On ne parle que de maladie en ce moment. Rester actifs, manger sain, boire régulièrement, aérer l’appartement, se laver les mains, désinfecter la maison, autant de mesures nécessaires pour ne pas devenir fous. Bizarre de penser que le virus peut être partout, que tous nos gestes quotidiens deviennent des gestes à risque, même serrer la poignée d’une porte, pousser sur un bouton. Un virus qui survit des heures, voire des jours sur des supports inorganiques, c’est flippant.

Le monde à l’envers. La météo annonce du soleil. C’est quoi cette blague ? Le temps s’écrase, deux jours ne font qu’un. Parce qu’ils se ressemblent beaucoup. J’écris ce journal pour ne pas me perdre dans le temps. Et pour garder un lien avec les autres, ceux que je porte en moi.

Ce soir, 18 mars, les applaudissements à 20 heures sont bien plus sonores…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Justice
Affaire Darty : cinq mises en examen pour blanchiment et association de malfaiteurs
En juillet 2021, Mediapart révélait un système d’encaissement illégal d’argent liquide au sein du groupe Fnac-Darty. Depuis, quatre directeurs de magasins Darty et un directeur régional ont été mis en examen. Selon de nouveaux documents et témoignages, de nombreux cadres dirigeants du groupe auraient eu connaissance de ces opérations réalisées dans toute la France, au-dessus des seuils légaux. 
par Nicolas Vescovacci
Journal — Maghreb
En Libye, l’impasse politique provoque la colère sociale
Un an et demi après le cessez-le-feu, le pays est bloqué, à nouveau divisé entre le camp du maréchal Haftar, à l’est, et le gouvernement reconnu par l’ONU, à l’ouest. À l’instabilité politique s’ajoute une crise sociale alarmante.
par Ariane Lavrilleux
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin

La sélection du Club

Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis
Billet d’édition
La révolution, le martyr et l’avenir
Comme toute chose périssable, une Révolution peut-elle vieillir ? Au rendez-vous des célébrations décennales, elle est convoquée au gré des humeurs présentes. La Révolution se met à la table des incertitudes du moment, quand elle n’est pas mobilisée en morphine mémorielle afin d’endormir les espérances d’émancipation encore vivaces.
par Amine K.
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum
Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine