Etudes medicales

fin du numerus clausus

On discute actuellement à l'Assemblée nationale des problèmes du système de santé français sur lequel il y a beaucoup à dire et ecrire C'est ainsi que la ministre mme Buzyn a annoncé en grande pompe la fin du "numerus clausus" qui amène une quantité d'étudiants recalés au concours d'entrée ou craignant de ne pas pouvoir en remplir les conditions à aller se former ( ?) en Roumanie qui a vu là un fructueux marché qu'elle exploite depuis des années ! Et cela alors que le manque de médecins est de plus en plus criant dans les campagnes isolées mais aussi même si on ne s'y attendrait pas dans les beaux quartiers de la capitale !Or nous fumes depuis des dizaines d'années quelques uns ( soutenus pas le syndicat de l'enseignement supérieur) à lutter contre le malthusianisme provoqué par le "numerus clausus" imposé dès les années 70  et dont les conséquences à terme étaient prévisibles ! J'ai retrouvé dans mes archives ( et adressé en copie aux ministres de la Santé et de l'Education nationale ) une lettre d'il y a près de 30 ans envoyée au chargé de mission du ministère de lEducation nationale le Pr Jean Rey ou j'analysais la situation et son impact prévisible à terme et proposais des solutions!Ces solutions furent avalisées par mon conseil de Faculté  par la Conférence des Doyens mais fut retoquée devant l'opposition, formelle des syndicats médicaux qui portent une large responsabilité devant la situation actuelle Ces syndicats ( soutenus semble t il par l'Ordre) se plaignaient au contraire d'une "pléthore" de médecins et exigeaient une aggravation du numerus clausus !! .La Ministre de l'Education nationale m'a accusé réception de ma lettre.En revanche silence radio de mme Buzyn qui à l'époque devait etre interne ou chef de clinique mais qui est depuis cette époque notament dans ses fonctions hospitalo-universitaires de haut niveau restée tout à fait silencieuse sur le sujet !Il n'était que temps de réagir en sachant malheureusement que toute réforme du début des etudes médicales mettra des année avant de produire ses effets même si des solutions provisoires telles que celles que je propose peuvent dans l'intervalle résoudre en partie les problèmes qui ont forcé les Pouvoirs publics sous la pression notament des Autorités locales à s'emparer du problème -mais sans jusqu'ici proposer de solution satisfaisante !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.