mfortoul
Abonné·e de Mediapart

35 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 janv. 2019

mfortoul
Abonné·e de Mediapart

Monsieur le Président, la faim figurera-t-elle au menu du G7 ?

Alors que la faim dans le monde continue d’augmenter pour la 3ème année consécutive, pourra-t-on s’attendre à ce que celle-ci soit à l’agenda des dirigeants ?

mfortoul
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 1er janvier 2019 la France a pris la présidence du G7, le groupe de partenariat entre les plus grandes puissances économiques mondiales. À cette occasion, notre pays accueillera le Canada, l’Allemagne, l’Italie, le Japon, le Royaume-Uni et les États-Unis à Biarritz du 25 au 27 août. Cette présidence française, qui fait suite à la présidence canadienne de 2018, s’inscrit dans un contexte particulier, notamment une remise en question du multilatéralisme par des acteurs comme Donald Trump, et des contextes politiques difficiles en Italie, en Allemagne et au Royaume-Uni. Au niveau mondial, la tendance est à l’isolationnisme, au protectionnisme et à l’inaction collective face à des enjeux mondiaux comme le réchauffement climatique et la crise migratoire.

Dans ce contexte, le plus grand défi du président français sera de rassembler les États autour d’enjeux mondiaux forts, notamment concernant la solidarité internationale. Car M. Macron l’a annoncé : le thème 2019 est celui des Inégalités. Cette thématique fait écho aux problématiques actuelles des pays industrialisés comme des pays du Sud, où la pauvreté augmente : la crise des inégalités est une crise mondialisée.

Face à ce thème, impossible de ne pas parler du problème de la faim, et des 821 millions de personnes qui en souffrent. En effet, la faim est la première des inégalités. Celle de ne pas avoir accès à une nourriture en quantité et qualité suffisante.

Or, les principales causes de faim dans le monde - pauvreté, conflits, réchauffement climatique - sont majoritairement engendrées par les pays du G7, certains étant les premiers vendeurs d’armes au monde et les principaux émetteurs de gazs à effet de serre de la planète. Il apparaît donc du devoir de ces États, à la fois bailleurs de fonds et principaux responsables, d’adresser la situation.

© Sébastien Duijndam

Car si la faim est la première des inégalités, elle en engendre également d’autres. Ainsi, les enfants correctement alimentés ont 33% de chances en plus d’échapper à la pauvreté une fois adulte. Les populations mangeant à leur faim ont moins de risque de tomber malade, et d’être touchées par des pandémies comme le choléra.

Les femmes sont aujourd’hui les premières victimes, puisqu’elles représentent 70% de la population souffrant de la faim. Les impacts de la sous-nutrition des femmes enceintes sur la santé des nourrissons et des générations futures est terrible, perturbant leur développement physique et cognitif. Autres victimes : les populations vivant dans des zones de conflits, où l’on assiste à une résurgence alarmante de la faim et des famines. 60% des personnes souffrant de la faim vivent dans des pays en conflit. Enfin, le changement climatique exacerbe les inégalités existantes, dégrade les moyens d’existence et l’accès aux ressources naturelles, et placent les populations les plus vulnérables dans une forte situation d’insécurité alimentaire.

Si le président français souhaite réellement faire des inégalités le fil conducteur des réunions et discussions du G7, il ne peut laisser de côté la problématique de la faim, sujet trop peu traité comme une priorité ces dernières années par la France.

Lutter efficacement contre la faim permettrait de s’attaquer à d’autres enjeux mondiaux. Combattre le cercle vicieux entre la faim et les conflits serait une étape cruciale pour parvenir à une paix durable, par exemple en veillant à ce que la faim ne soit plus jamais utilisée comme une arme de guerre, ce qui est le cas aujourd’hui dans de nombreux contextes. Il est par ailleurs primordial de mettre en place des solutions pour répondre aux causes sous-jacentes de la malnutrition : prioriser l’accès aux services de santé, à l’eau, l’hygiène et l’assainissement, assurer à la sécurité alimentaire des peuples, lutter contre le réchauffement climatique.

Au-delà d’engagements forts, nous attendons leur mise en œuvre réelle. En effet, les États membres doivent, contrairement au passé, se donner les moyens de mettre en place des actions concrètes et d’en mesurer l’efficacité.

Il est aujourd’hui de la responsabilité des États du G7, réputés pour être les plus grandes puissances économiques du monde, d’agir pour les populations du monde entier, et de lutter contre cet enjeu majeur pour l’humanité. Alors Monsieur le Président, la faim figurera-t-elle au menu du G7 ? 

Thomas Ribémont

Président d’Action Contre la Faim

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Lula se présente en apaiseur des années Bolsonaro
Dimanche 2 octobre, les Brésiliens choisissent entre Jair Bolsonaro et Lula da Silva. Après un mandat marqué par les violences et une politique favorable aux plus riches, l'ancien chef d’état affirme vouloir réconcilier le pays. Avec l’espoir de l’emporter dès le premier tour.
par François Bougon
Journal — Santé
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicaux
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal — France
Télémédecine : derrière « Sauv Life », le business contestable d’un médecin de l’AP-HP
Pour désengorger les urgences, le ministre de la santé pousse les « unités mobiles de télémédecine », officiellement opérées par une association, Sauv Life, qui envoie, via le 15, des infirmiers dotés de mallettes de télémédecine au chevet des patients. En coulisses, cette expérimentation soulève des questions sur le niveau du service rendu, le coût et les procédures de commande publique. Contre-enquête sur un chouchou des médias.
par Stéphanie Fontaine
Journal — Terrorisme
Une section informatique aveugle à ses propres alertes
Dans les deux années précédant la tuerie à la préfecture de police, les alertes se sont multipliées au sein de la « S21 », la section où travaillait Mickaël Harpon. Sans jamais que cela ne porte à conséquence pour le futur terroriste.
par Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho