Lettre ouverte à Madame El Khomri

J'ai lu en ligne une copie d'une lettre que vous auriez adressé aux adhérents du PS du 18ème arrondissement de Paris, en tant que candidate officiellement désignée pour soutenir Benoït Hamon et faire parti de sa majorité s'il devait être élu Président de la République. Quelque peu surpris par la teneur de ce courrier je me demande s'il ne s'agit pas d'un Fake destiné à nuire à Hamon et/ou à vous

Madame, je ne vais pas tourner autour du pot, pas plus que vous, aussi vais-je reproduire le contenu de cette lettre qui, je le crains au moment ou je la mets en ligne, est peut-être le fruit de l'imagination d'un triste farceur. Avec le souci de participer à clarifier l'information j'ai choisi cependant de la diffuser pour ne pas laisser courir des informations mensongères sur votre compte de nature à nuire au candidat Benoït Hamon et à vous même.

Bien sûr, comme on peut s'y attendre,  dans ce courrier que vous êtes supposé avoir écrit, vous défendez votre loi, c'est sur ce point plus que plausible :

beaucoup se demandent si je pourrai dans les prochains mois porter le programme de Benoît, qui réclame l’abrogation de ma propre loi… 

Je le redis devant vous : cette loi, je l’assume pleinement. Elle contient les avancées sociales et économiques dont notre pays a besoin et constitue par ailleurs le cœur de la feuille de route fixée par le Premier ministre et le Président de la République. "

Vous ajoutez, ce qui est plus embarrassant, peut-être, pour Monsieur Hamon,

"Ceci étant dit, je pense en réalité que la question de la loi travail n’est qu’une des dimensions de la dynamique de rassemblement que nous devons engager. La loi travail fait partie d’un tout et est indissociable de l’ensemble de l’action gouvernementale menée depuis 5 ans, "

Habile manière de lui dire : touche pas à ma loi tu toucherais à tout l'édifice. Mieux vous lui demandez de faire de votre loi "une des dimensions de la dynamique de rassemblement " ! Oh là, ça sent le faux, comment oser demander ça à Hamon ! Se renier à ce point  serait pour lui pire que les reniements de Hollande ! Il ne faut pas pousser le bouchon aussi loin, là ce courrier ne devient plus crédible !

Bon mais à part ces "petits" différents bien concrets et précis vous vous déclareriez, si on en croit ce courrier, proche des idées générales de Hamon, dans les grandes lignes . Ouf !

"Donner la priorité à l’écologie, à l’éducation, renforcer la solidarité avec les réfugiés et lutter sans relâche contre les discriminations"

Oui ouf de soulagement ! Certes ce n'est ni précis ni très original, mais bon fallait bien trouver un terrain d'entente non ? Dommage tout de même d'avoir oublié le revenu universel ! Voilà peut-être un indice qui montre que ce courrier est sans doute un faux. , Et puis ces vagues terrains d'entente, sont suffisamment vagues pour que Hamon puisse réaliser la synthèse a laquelle vous l'invitez d'ailleurs en début du courrier par ses mots :

"Manuel Valls comme Bernard Cazeneuve ont eu, dimanche et lundi, des propos apaisants et constructifs. A Benoît d’adopter une posture présidentielle et de démontrer qu’il sait surmonter les divisions passées et porter un projet fédérateur."

Un projet fédérateur ?! un projet qui reste donc à élaborer ! Dire qu'il y a des citoyens qui croient que Hamon a déjà un programme ! Non ça resterait à faire si on vous suit ! Mélenchon et Jadot auraient donc bien raison d'attendre encore un peu pour voir ce fameux projet fédérateur.

Voici donc comme promis ci après  le teneur compléte de ce courrier que je soupçone encore d'être un faux, mais que je me devais de signaler à votre attention pour que vous y apportiez le démenti le plus formel.

Vous avez sans doute conscience que sans démenti ce courrier serait tout à fait embarrassant pour votre candidat Monsieur Hamon. Voilà qui le rendrait accusable d'entretenir un double langage, ce qui n'est jamais bon, surtout actuellement et notamment pour les électeurs de gauche qui aimeraient beaucoup en sortir de cette duplicité, vaccinés qu'ils sont par le PS et son précédent candidat Hollande. 

Dans l'espoir d'avoir contribuer à rendre plus claire la campagne présidentielle et législative du PS en 2017 pour mes compatriotes,

recevez Madame mes salutations les meilleures ... c'est à dire les insoumises !

---------------------------------------------------------------------------

Pour info 
Ce courrier d'EK aux adhérents PS du 18e. 

Messieurs les secrétaires de section, chers camarades, 
Vous trouverez ci-après un message que je souhaite faire parvenir aux militants de vos sections par votre intermédiaire. 

Merci par avance.

Ce courrier d'EK aux adhérents PS du 18e. 

Mes cher-e-s camarades, 

J'ai eu l'occasion d'échanger avec un certain nombre d'entre vous mardi soir autour d'une sympathique galette des rois à Trétaigne. Je pense utile de partager plus largement aujourd'hui mes convictions concernant la situation politique locale et nationale, comme beaucoup d’entre vous l’ont fait. 

Tout d'abord, il faut être très clair : la victoire de Benoît est nette et sa légitimité, avec 58%, est incontestable. Le respect collectif des processus démocratiques fait la force des socialistes et Benoît est désormais le candidat à la présidentielle de notre Parti. 

Fort de cette victoire, il lui revient désormais, comme il l’a dit lui-même, de rassembler sa famille politique, et en premier lieu les militants du Parti socialiste. 

Manuel Valls comme Bernard Cazeneuve ont eu, dimanche et lundi, des propos apaisants et constructifs. A Benoît d’adopter une posture présidentielle et de démontrer qu’il sait surmonter les divisions passées et porter un projet fédérateur. Cette responsabilité de rassemblement et de dynamique unitaire est d'autant plus vitale que nous sommes opposés à une droite qui a rarement été aussi rétrograde et une extrême-droite qui représente une menace inédite. 

Nous le savons tous, il ne sera pas possible de fédérer l'ensemble des militants et donc de gagner, sans assumer notre histoire récente et notre bilan, revendiqués par beaucoup d'entre nous. Je suis lucide et sais que tout n’a pas été parfait. Mais nous n'avons pas à rougir de ces 5 années de redressement : après 5 années d’abaissement et dans un contexte de crise sans précédent, nous avons relancé notre économie, sans fragiliser notre modèle social. Ne pas le reconnaître revient à dire à nos concitoyens, qu’au fond, notre Parti et la gauche de manière générale, ne savent pas et ne peuvent pas gouverner. 

Bien sûr, ne tournons pas autour du pot, beaucoup se demandent si je pourrai dans les prochains mois porter le programme de Benoît, qui réclame l’abrogation de ma propre loi… 

Je le redis devant vous : cette loi, je l’assume pleinement. Elle contient les avancées sociales et économiques dont notre pays a besoin et constitue par ailleurs le cœur de la feuille de route fixée par le Premier ministre et le Président de la République. 

Ceci étant dit, je pense en réalité que la question de la loi travail n’est qu’une des dimensions de la dynamique de rassemblement que nous devons engager. La loi travail fait partie d’un tout et est indissociable de l’ensemble de l’action gouvernementale menée depuis 5 ans, de la politique de redressement économique à la prime d’activité, en passant par le mariage pour tous ou la COP21, soutenue constamment par l’immense majorité de nos parlementaires. Ma candidature doit donc être appréhendée comme la candidature de tout ministre, député ou militant ayant loyalement soutenu la politique gouvernementale pendant 5 ans. C’est donc bien à Benoît de démontrer qu’il peut rassembler derrière lui cette immense majorité des députés et de militants socialistes légitimistes. 

Au-delà du différend entourant la loi travail, je veux dire, bien sûr, que j’adhère naturellement à plusieurs des propositions de Benoît. Donner la priorité à l’écologie, à l’éducation, renforcer la solidarité avec les réfugiés et lutter sans relâche contre les discriminations sont des combats que je partage et pour lesquels j’ai agi. 

Mes très cher-e-s camarades, vous l’aurez compris : je crois à la volonté de notre candidat de créer les conditions du rassemblement. C'est la condition d'une victoire dont il est le seul à avoir les clefs. 

C’est dans cet état d’esprit, cher-e-s camarades, en accord avec les secrétaires de section, que je vous propose de nous réunir le samedi 11 février à 11h, à Tretaigne, afin d’échanger tous ensemble sur ces sujets. 

Amitiés socialistes, 

Myriam El Khomri

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.