Il faut sauver Macron !

Sauver Macron : ses amis ont peur de ne pouvoir seuls y parvenir, il seraient ni assez nombreux ni assez puissants. il faut donc que les adversaires de Macron viennent eux-aussi au secours de Macron, qu'on nous a pourtant vendu des mois, jusqu'au 23 avril comme le meilleur de la classe pour sauver la France. le voilà qui aurait besoin de la France Insoumise pour être sauvé ! De qui se moque t-on !

Bref ,ce Macron qu'on a vendu comme une aubaine pour la France, dont la presse a vanté les qualités à la une depuis des mois, qui a le soutien des puissances d'argent qui lui ont fiancé sa campagne, bref ce Macron là, magnifique et brillant jusqu'au 23 avril s'avèrerait depuis un piètre adversaire de Le Pen, lui qui était censé être le meilleur rempart contre le FN, le voilà qui inquiète ses soutiens naturels pourtant nombreux et divers, de la droite et du centre, à tel point que tout ce beau monde demande à la France Insoumise de bien vouloir lui donner un coup de main ! Bref plus il est mauvais, plus il est maladroit, plus il promet d'être hostile à l'électorat de la France Insoumise, plus il faudrait que la France insoumise se mobilise pour le sauver ! Il y aurait-il meilleure manière de ruiner l'espoir qu'à fait naître la France Insoumise en la mettant ainsi à contre emploi par rapport à propre son électorat ? Vous imaginez le jeune précarisé des quartiers défavoriser être sensible  aux appels au secours de Madame Parisont pour sauver Macron !

En gros voici le message qu'il faudrait faire passer : "Chers électeurs de la France Insoumise, Macon vous méprise, ça risque de le faire perdre face à Le Pen,  : conclusion, vite, votez pour Macron" Autrement dit, plus Macron tente de vous faire fuire, plus vous devez voter pour lui. 

On ne nous prendrait pas pour des imbéciles !

Que Parisot et Pujadas réunis fassent leur boulot auprès de la droite et du centre droit pour sauver leur sauveur.

NB je ne saurais trop recommander, comme l'a fait arrêt sur image, de comparer les réactions de Pujadas en 2002 le lendemain de la qualification du père Le Pen au deuxième tour contre Chirac et le Pujadas 2017 le lendemain de la qualification de la fille Le Pen. Pujadas comme tant d'autres journalistes se pose cette question à propos de la position de Mélenchon de savoir pourquoi ce n'est pas la même qu'en 2002, ! Ah bon !

Que Pujadas et les journalistes de sa qualité commencent à regarder la leur et ils comprendront: en 2002 Pujadas monte sur ses grands chevaux et fustige Le Pen avec roulement de tambour .. en 2017 tranquille il invite Le Pen à son journal .. résultat de 15 ans de dédiabolisation orchestrée à laquelle Pujadas a largement participé, tandis que Mélenchon en 2012 allait sur les terres de Le Pen l'affronter, tandis que la France Insoumise en s'attaquant au sources du vote Le Pen par un programme solide de nature à redonner espoir aux couches populaires délaissées par la "prétendue gauche PS a commencé la reconquète de cet électorat..que Macron s'acharne à vouloir encore un peu plus martyriser ! 

La vraie question est donc : qu'est-ce qui fait que vous n'avez pas la même position monsieur Pujadas en 2017 qu'en 2002 ?

Mais il se pourrait bien que toute cette maladresse de Macron ne soit qu'apparente et en fait une manière d'essayer de briser l'élan de la France Insoumise. Pour ce qui est de battre Le Pen, restons sérieux, les sondeurs ne nous ont pas encore annoncé un 50/50, les fourchettes ne se recoupent pas, loin de là, et les sondeurs sont tout de même capable de faire des prévisions assez fines dans un tel cas de figure, (on est aps dans le cas d'une élection américaine avec des grands électeurs)

Alors pourquoi cette panique, ou du moins cette panique simulée par beaucoup ? Pour préparer le tour suivant , les législatives, car Macron le sait bien, ce qui le menace le plus c'est le résultat des législative, alors on s'en prend à la France Insoumise le principal obstacle ! Il ne faut sans doute pas cherchez pas plus loin les raisons des manoeuvres actuelles.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.