MGarand
Citoyen ordinaire, ou presque, puisque personne n'est ordinaire !
Abonné·e de Mediapart

226 Billets

2 Éditions

Billet de blog 29 mai 2008

MGarand
Citoyen ordinaire, ou presque, puisque personne n'est ordinaire !
Abonné·e de Mediapart

Grève chez KORIAN la "multinationale" de l'exploitation du marché de la dépendance

MGarand
Citoyen ordinaire, ou presque, puisque personne n'est ordinaire !
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A propos de la grève chez KORIAN, N° 1 comme il aime à le rappeler des opérateurs sur le marché de la dépendance.

L'info sur la grève commence à percer et atteindre notamment la Bourse, légère baisse du titre de Korian ce jour, inhabituel !!! Il faut souhaiter que salarier tiennent bon, car l'enjeu est important. Certes il est question des salaires, mais au delà c'est bien le fonctionement et l'organisation de l'exploitation de ce marché qui est en jeu. Les personnels se plaignent de leur condition de travail à juste titre, mais ces dernière dépendent étroitement de la manière dont s'organise en France l'exploitation de la "dépendance". La grève surprend les dirigeant, et il doivent être doublement surpris de s'apercevoir que la grève est acceptée et comprises par les résidents et leur famille, qui manifestent même parfois nettement leur soutien Les annonces d'achat du groupe en Italie, Belgique font de plus très mauvais effet

Quelle économie d'échelle fait-on dans ce type de service à la personne quand on gère 170 maisons plutôt que 15 ou 500 ? Le grossissement de ce type d'opérateur sur ce marché juteux n'est dû qu'à la rapacité des financiers au prix du sacrifice d'un service de qualité "humain" : Les résidents payent chers des prestations qui ne peuvent être à la hauteur vu la manière dont Korian traite ses employés, du bas en haut de la hiérarchie, la marge va dans les poches des actionnaires qui se frottent les mains, les seuls qui puissent être content et satisfait de la situation grâceaux profits qu'ils engrangent déjà tranquiellement et ceux qu'ils espèrent encore plus importants demain.

De plus ces établissements "privés" bénéficient par convention de l'argent public qu'ils encaissent sans état d'âme. Pour faire du chiffre on prend des personnes de plus en plus dépendantes sans tenir compte de l'encadrement qui reste en de-ça des normes.

A travers ce conflit, c'est toute la politique engagée pour la prise en compte des besoins actuels et futurs des personnes âgées dépendantes qui est posée. Va -t-on encore favoriser pour ce type de service à la personne de grosses concentrations d'unités pour étouffer dans l'œuf les alternatives possibles comme les micro unité de vie, qu'on voit dans d'autres pays se créer ?

Il faut a tout point de vue soutenir ceux qui sont engagés dans la lutte actuellement et donner à ce conflit l'écho qu'il mérite au plan de la communication car il pose un grand et vrai problème de fond, qui ne peut laisser indifférent aucun citoyen et notamment pas ceux qui élus ont des responsabilités politiques.

Il est sans doute toujours bénéfique de se souvenir des "esclavages" d'autrefois et du mépris des "marchands" du commerce triangulaire du 17ème, 18 ème et 19 ème siècles qui faisaient de l'argent sur le trafic de la main d'oeuvre d'Afrique "exportée" vers le Nouveau Monde. Il est bon de s'en souvenir pour justement ne pas oublier que de nos jours des "marchand" font de l'argent sur d'autres personnes en situation de faiblesses. Gardons intact notre capacité à nous indigner des "inhumanités" actuelles.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte