Michael Lowy
Directeur de recherche émérite au CNRS
Abonné·e de Mediapart

103 Billets

1 Éditions

Billet de blog 1 mai 2017

Battre Le Pen dans les urnes et dans la rue!

Le mot d'ordre proposé par certains camarades, "Pas un seul vote pour Marine Le Pen", n'est pas suffisant. On peut "ne pas voter" MLP en votant blanc ou en s'abstenant, en allant à la pêche, etc. On ne vote pas pour elle, mais on ne fait rien pour l'empêcher d'être élue... Si on veut vraiment la battre, il faut mettre un bulletin avec le nom de son rival.

Michael Lowy
Directeur de recherche émérite au CNRS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Battre le Pen dans les urnes et dans la rue !" : ce fut,  en 2002,  le mot d'ordre de la Ligue communiste révolutionnaire, au moment d'un deuxième tour opposant Jean-Marie Le Pen à Jacques Chirac.  Pourquoi ne serait-il pas valide en 2017, dans ce  deuxième tour entre Marine Le Pen et Emmanuel Marcron ? Est-ce que la fille est moins dangereuse que le père ? Est-ce que Macron est plus à droite que Chirac ?  Ou est-ce que la LCR de 2002 manquait de fibre révolutionnaire ?

Je comprends parfaitement la dégoût des militants de la gauche radicale et/ou anticapitaliste pour Emmanuel Macron :  il incarne tout ce que nous détestons :  l'arrogance du banquier "modernisateur",  la soumission aux intérêts du capital financier,  l'intention affichée de continuer avec toutes les misérables politiques néo-libérales.  Bref,  une continuation,  en pire,  du désastreux quinquennat de François Hollande.   Mais nous n'avons pas choix :  si nous voulons faire barrage à Marine Le Pen,  il faut voter pour l'autre candidat.

Le mot d'ordre proposé par certains camarades, "Pas un seul vote pour Marine Le Pen" n'est pas  suffisant. On peut "ne pas voter" MLP en votant blanc,  ou en s'abstenant,  allant à la pêche,  etc.  On ne vote pas pour elle,  mais on ne fait rien pour l'empêcher d'être élue...  Si l'on veut la battre,  il faut mettre un bulletin avec le nom de son rival. 

Personne,  ou très peu de gens dans la gauche de la gauche, pense que MLP et EM sont équivalents,  "blanc bonnet et bonnet blanc",  comme on disait en 1969 face au choix Pompidou vs. Poher.  Pourquoi alors le refus de voter Macron ?

Parce que,  répondent certains,  il sera élu de toute façon,  il n'a pas besoin de notre vote.  Cet argument me semble problématique à plusieurs égards :

            -  C'est un peu comme si l'on disait :  " nous on ne se salit pas les mains en votant Macron, d'autres feront ce sale travail pour nous, nous on garde notre pureté…".  C'est parfaitement incohérent.

             -  Une victoire de Le Pen est peu probable,  mais pas impossible.  L'éléction de Trump montre la possibilité de ce genre de surprises désagréables et imprévues.

Si  la gauche décide de s'abstenir,  si  la droite se divise au milieu,  et si les Dupont-la-Joie soutiennent MLP,  elle serait majoritaire.

Derrière le refus de choisir se cache une sérieuse sous-estimation de ce que signifie le Front National.  Est-ce possible que l'escroquerie de la "dé-diabolisation" a contaminé une partie de la gauche radicale ?  J'ai du mal à le croire.

Le FN n'est pas un parti bourgeois comme les autres.  Certes,  il a un programme bourgeois,  au service du capital  ("national"),  mais c'est un parti d'extrême droite,  raciste et autoritaire.  Et,  surtout,  c'est un courant politique qui a des racines profondes dans le fascisme français,  celui de Vichy et de la collaboration,  et celui,   colonialiste,  de l'OAS.   Plusieurs de ses cadres sont,  comme l'ont montré les recherches de journalistes de "Mediapart",  des fascistes avoués,  issus du GUD ou d'Occident,  et certains sont même des néo-nazis.  Que resterait-il de la démocratie en France en cas de victoire du FN ?  Quel type de répression va tomber sur les grèves,  les manifestations,  les occupations ?   Assistera-t-on à des pogroms contre les refugiés,  les immigrants,  les sans papiers,  les Rroms,  les musulmans ?  Une fois la peine de mort rétabli,  qui seront les gens guillotinés ?  Je ne sais pas la réponse à ces questions,  mais je prefère ne pas avoir à goûter aux surprises d'une France lépéniste...

Voter pour Emmanuel Macron ne relève d'aucun "Front Républicain" :  il est notre ennemi,  et une fois élu,  notre principal objectif sera de la déstabiliser et neutraliser -  par un troisième tour social.   Dès le 8 mai,  nous nous occuperons de lui !

Bien évidemment,  Macron ne constitue pas un rempart durable contre le FN :  il faut une mobilisation antifasciste dans la durée au quotidien,  en construisant un large front unitaire  du mouvement ouvrier et de la jeunesse contre le racisme et le FN.

Battre Le Pen dans les urnes et dans la rue :  c'était juste en 2002 et cela reste juste en 2017 !

Michael Löwy

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot
Journal — Histoire
Le docteur est-il encore en vie ?
Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical, au milieu de la casbah d’Alger, par les forces de l’ordre françaises. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu. Deuxième volet de notre série.
par Malika Rahal et Fabrice Riceputi
Journal — Amérique du Sud
En Équateur, victoire en demi-teinte pour les autochtones après 18 jours de lutte
Un accord a été conclu jeudi entre le gouvernement et les responsables autochtones, à l’issue d’une longue grève générale, pour réclamer de meilleures conditions de vie. Dans la capitale Quito, la « Casa de la Cultura » (Maison de la culture) a été un endroit clef du mouvement.
par Alice Campaignolle

La sélection du Club

Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux