Michael Lowy
Directeur de recherche émérite au CNRS
Abonné·e de Mediapart

103 Billets

1 Éditions

Billet de blog 4 juil. 2021

Tierra y Libertad, 2021 ! Solidarité avec la « Gira por la Vida » des zapatistes

Message de solidarité envers la délégation zapatiste des indigènes et insurgés du Mexique. – Nous sommes nombreux à saluer les camarades zapatistes. Par son caractère mondial, planétaire, la « Gira por la Vida » est une initiative historique sans précédent, un exemple de la force internationaliste de l’expérience zapatiste. Cher(e)s camarades, vous nous apportez un message de lutte intransigeante, de résistance tenace, mais aussi d’espérance, de recherche d’alternatives anti-systémiques, de formes de vie communautaires.

Michael Lowy
Directeur de recherche émérite au CNRS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tierra y Libertad, 2021 !

Solidarité  avec la Gira por la Vida des zapatistes

    Nous sommes nombreux dans ce vieux continent à saluer la Gira por la Vida des camarades zapatistes. Par son caractère mondial, planétaire, c’est une initiative historique, sans précédent.  C’est un exemple impressionnant de la force internationaliste de l’expérience zapatiste, qui a touché les consciences de tant de personnes dans les plus divers lieux du monde. C’est une expérience qui, avec toutes ses inévitables limites et contradictions, porte bien haut, depuis trente années, le drapeau rouge et noir de la dignité et de l’émancipation.

        La remarquable Déclaration pour la Vie est l’expression de cet engagement éthique, social, humain et révolutionnaire; elle réunit, dans une heureuse synthèse, l’ouverture à la diversité et la convergence dans le combat au système.

      "Ce n’est pas possible de domestiquer ce système" dit la Déclaration. Très juste ! Si le système était un animal sauvage - un tigre, ou même un crocodile - on pourrait peut-être le domestiquer. Mais il est quelque chose de bien pire : une machine aveugle de destruction, qui écrase tout dans son chemin. Le capitalisme - pour l'appeler par son nom - est un système intrinsèquement pervers, dont la logique destructive est necropolitique et ecocide, sacrifiant toutes les formes de vie, humaines ou pas, aux nouveaux idoles, équivalents modernes des anciens Moloch, Mammon et Baal : le Marche’, le Profit, l’Accumulation du Capital.

    "La survie de l’humanité dépend de la destruction du capitalisme", dit la Déclaration.  Elle a mille fois raison ! Le capitalisme, avec sa dynamique destructrice, nous conduit inexorablement vers une catastrophe écologique sans précédent, qui menace les fondements même de la vie dans la planète : le changement climatique. Nous avons besoin de détruire ce système avant qu’il nous détruise : en d’autres termes, nous avons besoin d’une révolution. Walter Benjamin, dans ses Theses de 1940, définissait la révolution non comme la "locomotive de l’histoire", mais comme l’humanité qui tire les freins d’urgence pour arrêter le train. Rien n’est plus vrai aujourd’hui : nous sommes tous des passagers d’un train suicide, la civilisation capitaliste moderne, qui court, à une vitesse croissante, vers un abîme mortel : la catastrophe écologique. Nous devons tirer les freins d’urgence de la révolution avant qu’il ne soit trop tard. Les zapatistes sont à l’avant-garde de ce grand combat planétaire.

      Le vieux mot d’ordre d’Emiliano Zapata, gravé en lettres,de,feu sur les bannières de l'Armée du Sud, est plus que jamais actuel : Tierra y Libertad ! “Terre” signifie à notre époque non seulement la lutte paysanne pour la terre - toujours présente aujourd’hui dans le Sud global - mais aussi la lutte pour sauver notre Mère Terre de la rage destructrice du capital. Et “Liberté” signifie non seulement en finir avec les divers dictateurs qui, comme Porfirio Diaz dans le Mexique de 1911, oppriment leurs peuples, amis aussi libérer l’humanité de la dictature du capital, qui veut nous enfermer dans une cage d’acier.

        Cher(e)s camarades de la délégation des indigènes et insurgent(e)s du Mexique :  vous nous apportez un message de lutte intransigeante, de résistance tenace, mais aussi d’espérance, de recherche d’alternatives anti-systémiques, de formes de vie communautaires. Vous représentez le plus ancien - les traditions collectivistes et communautaires des civilisations indigènes des Amériques - et le plus nouveau, l’esprit libertaire de l’auto-organisation, et de l’auto-gouvernement, des communautés insurgeantes.

     Paraphrasant Che Guevara, je dirais que nous avons besoin de un, deux, trois, cent Chiapas rebelles, dans le monde.  Peut être que votre Gira por la Vida contribuirá pour que s’étende, dans d’autres lieux, la volonté de rupture avec le    système et la recherche d’alternatives radicales.

      Hasta la Victoria de la Vida, Siempre !

      Michael Löwy

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Migrations
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — Politique économique
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon