Michael Lowy
Directeur de recherche émérite au CNRS
Abonné·e de Mediapart

103 Billets

1 Éditions

Billet de blog 14 mai 2016

Brésil: le coup d'Etat

Appelons un chat un chat. Ce qui vient de se passer au Brésil, avec la destitution de la présidente élue, Dilma Rousseff, est un coup d'Etat. Coup d'Etat pseudo-légal, "constitutionnel", "institutionnel", parlementaire, tout ce qu'on voudra, mais coup d'Etat tout de même.

Michael Lowy
Directeur de recherche émérite au CNRS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Appelons un chat un chat. Ce qui vient de se passer au Brésil, avec la destitution de la présidente élue, Dilma Rousseff, est un coup d'état.   Coup d'état  pseudo-légal, "constitutionnel", "institutionnel", parlementaire, tout ce qu'on voudra, mais coup d'état tout de même.  Des parlementaires -  députés et sénateurs -  massivement compromis dans des affaires de corruption (on cite le chiffre de 60%) ont institué une procédure de destitution contre la présidente,  sous prétexte de irrégularités comptables, des "pédalages fiscaux" pour combler les déficits dans les comptes publics -  une pratique routinière de tous les gouvernement brésiliens antérieurs ! Certes, plusieurs cadres du Parti des Travailleurs sont impliqués dans le scandale de corruption de la Petrobras, la Compagnie Nationale de Pétrole, mais pas Dilma... En fait,  les députés de droite qui ont méné la campagne contre la Présidente sont parmi les plus empêtrés dans cette affaire, à commencer par le président du Parlement, Eduardo Cunha (récemment suspendu), accusé de corruption, blanchiment, évasion fiscale au Panama, etc.

La pratique du coup d'état légal semble être la nouvelle stratégie des olygarchies latino-américaines. Mise à l'epreuve au Honduras et au Paraguay - pays que la presse traite souvent de "Républiques bananières" -  elle s'est révélé efficace et payante pour éliminer des Présidents (très modérément) de gauche. Maintenant elle vient d'être appliquée à un pays-continent...

On peut faire beaucoup de critiques à Dilma : elle n'a pas tenu ses promesses éléctorales et a fait énormément de concessions aux banquiers,  aux industriels,  aux latifondistes. La gauche politique et sociale n'a pas manqué, depuis une année,  d'exiger un changement de politique économique et sociale. Mais l'oligarchie de droit divin du Brésil - l'élite capitaliste financière, industrielle et agricole -  ne se contente plus de concessions : elle veut la totalité du pouvoir. Elle ne veut plus négocier, mais gouverner directement, par ses hommes de confiance, et abolir les quelques acquis sociaux des dernières années.

Citant Hegel, Marx écrivait, dans le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, que les événéments historiques se repètent deux fois : la première comme tragédie, et la deuxième comme farce. Cela s'applique parfaitement au Brésil. Le coup d'état militaire d'avril 1964 était une tragédie, qui a plongé le Brésil dans vingt années de dictature militaire, au prix de centaines de morts et miliers de torturés. Le coup d'état parlementaire de mai 2016 est une farce, une affaire tragi-comique, où l'on voit une clique de parlementaires réactionnaires et notoirement corrompus, renverser une Présidente démocratiquemet élue par 54 millions de brésiliens, au nom d' "irrégularités comptables".  La principale composante de cette alliance de partis de droite est le bloc parlementaire (non partisan) connu comme "les trois B" :  "Balle" - députés liés à la Police Militaire,  aux Escadrons de la mort et autres milices privées - "Boeuf"  -  les grands propriétaires fonciers éléveurs de bétail -  et "Bible" :  les néo-pentecostaux intégristes, homophobes et misogynes. Parmi les partisans les plus enthousiastes de la destitution de Dilma se distingue le député Jairo Bolsonaro, qui a dédié son vote aux officiers de la dictature militaire et nommément au Colonel Unstra, tortionnaire notoire. Parmi les victimes de Ustra, Dilma Roussef,  à l'époque (début des années 1970) militante d'un groupe de résistance armée;  mais aussi mon ami Luis Eduardo Merlino, journaliste et révolutionnaire, mort en 1971 sous la  torture, à l'âge de 21 ans. 

Le nouveau Président Michel Temer, intronisé par ses acolytes, est lui-même impliqué dans plusieurs affaires, mais n'a pas encore fait l'objet d'une mise en examen. Lors d'un sondage récent, on a démandé aux Brésiliens s'ils voteraient pour Temer en tant que Président de la République :  2% on répondu favorablement...

En 1964 on a eu droit à des grandes manifestations  "Avec Dieu, et la  Famille pour la Liberté",  qui ont préparé le terrain pour coup contre le président Joâo Goulart;  cette fois-ci à nouveau des foules "patriotiques" - chauffées à blanc par la presse aux ordres - se sont mobilisées pour exiger la destitution de Dilma, en allant, dans certains cas,  jusqu'à démander un retour des militaires... Composées essentiellement de personnes de couleur blanche (la majorité des brésiliens est noire ou métisse) issues des classes moyennes, ces foules ont été convaincues par les médias que l'enjeu de cette affaire c'est "le combat à la corruption".

Ce que la tragédie de 1964 et la farce de 2016 ont en commun,  c'est la haine de la démocratie. Les deux épisodes revèlent le profond mépris des classes dominantes brésiliennes pour la démocratie et la volonté populaire. 

Le coup d'Etat "légal" va-t-il se passer sans trop d'encombres, comme au Honduras et au Paraguay ?  Ce n'est pas si sûr... Les classes populaires,  les mouvements sociaux,  la jeunesse rebelle n'ont pas dit leur dernier mot.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Emmanuel Macron remanie dans le déni
La composition du nouveau gouvernement d’Élisabeth Borne donne à voir toutes les faiblesses du second quinquennat Macron. Deux semaines après une défaite électorale cuisante, et à rebours des promesses d’ouverture, le chef de l’État a étoffé sans élargir. Visé par une enquête pour tentative de viol, Damien Abad est débarqué.
par Ilyes Ramdani
Journal
Les nouveaux visages du gouvernement Borne II
Seize nouvelles personnes, n’ayant jamais occupé de fonction ministérielle jusqu’ici, font leur entrée au gouvernement. Aucune ne constitue une surprise ou un ralliement politique.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Violences sexuelles
Une nouvelle femme met en cause Damien Abad
Une nouvelle femme a raconté à BFMTV avoir eu des « vertiges » après avoir pris un verre avec l’élu en 2013, puis s’être réveillée « complètement dévêtue ». Fraîchement débarqué du gouvernement, le député dénonce des « calomnies ignobles ».
par Antton Rouget
Journal — Société
Maltraitances en crèche : le bras de fer d’une lanceuse d’alerte avec la Ville de Paris 
Eugénie a récemment raconté à un juge d’instruction le « harcèlement moral » qu’elle estime avoir subi, pendant des années, quand elle était directrice de crèche municipale et qu’elle rapportait, auprès de sa hiérarchie, des négligences ou maltraitances subies par les tout-petits.
par Fanny Marlier

La sélection du Club

Billet d’édition
Le purgatoire de grand-père
Dès les premiers instants au camp de Saint-Maurice-l’ardoise, grand-père s’isola. Près des barbelés, les yeux rivés vers l’horizon. Il se rappelait l’enfer. La barbarie dont il avait été témoin. Il avait vu le pire grand-père. La mort qui l’avait frôlé de si peu. Ils avaient tous survécu. Ses enfants, son épouse et lui étaient vivants. Ils étaient ensemble, réunis. C’était déjà un miracle.
par Sophia petite-fille de Harkis
Billet d’édition
60 ans d’indépendance : nécessité d’un devoir d’inventaire avec la France
L’année 2022 marque les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. Soixante ans d’indépendance, un bail ! « Lorsqu'on voit ce que l'occupation allemande a fait comme ravage en quatre ans dans l'esprit français, on peut deviner ce que l'occupation française a pu faire en cent trente ans.» Jean Daniel  Le temps qui reste, éditions Plon, 1973.
par Semcheddine
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
[Rediffusion] Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Abd el Kader au Mucem : une vision coloniale de l'Émir
La grande exposition de l'été du Mucem est consacrée à Abd el Kader, grand résistant algérien à l’invasion coloniale. On pourrait y voir le signe d'une avancée dans la reconnaissance du caractère illégitime de l'entreprise coloniale. Il n'en est rien. Derrière une beauté formelle se dissimule la même vision coloniale du « bon » rebelle Algérien, à l'opposé des « mauvais fellaghas » de 1954.
par Pierre Daum