Michael Lowy
Directeur de recherche émérite au CNRS
Abonné·e de Mediapart

106 Billets

1 Éditions

Billet de blog 17 oct. 2020

Michael Lowy
Directeur de recherche émérite au CNRS
Abonné·e de Mediapart

Eloge du pessimisme culturel

Le pessimisme culturel a mauvaise presse. Le terme apparaît vers la fin du 19ème siècle pour désigner une attitude, un état d’esprit, une Stimmung de défiance. Ce pessimisme de gauche était-il exagéré ? Était-il paralysant, en inspirant la peur ? Ce pessimisme culturel de gauche est-il d’actualité aujourd’hui ? Préface du livre « Kafka, Welles, Benjamin. Éloge du pessimisme culturel »

Michael Lowy
Directeur de recherche émérite au CNRS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le pessimisme culturel ( Kulturpessimismus) a mauvaise presse.

Le terme apparaît vers la fin du 19ème siècle pour désigner une attitude, un état d’esprit, une Stimmung de défiance par rapport à la modernité, et de critique envers le capitalisme, le libéralisme et l’industrialisme, partagée par tout un courant de la culture allemande des années 1890-1933.
Peut-on le réduire à des manifestations nationalistes, racistes et anti-sémites préparant l’avènement du Troisième Reich ?

C’est la thèse soutenue, avec une grande érudition, par Fritz Stern en son ouvrage « classique », Le pessimisme culturel comme danger politique (1961) – c’est le titre de l’édition allemande - qui étudie les écrits de trois éminents représentants de la « révolution conservatrice » allemande : Paul de Lagarde, Julius Langbehn et Moeller van der Bruck.

Ces trois auteurs sont certainement des nationalistes réactionnaires – et, en ce qui concerne les deux premiers, anti-sémites notoires - et leurs travaux ont sans doute, parmi d’autres, nourri l’idéologie national-socialiste. [1]

Mais sont-ils représentatifs de tout le courant pessimiste culturel ?

En fait le Kulturpessimismus, dont Friedrich Nietzsche est une des principales références philosophiques, est un style de pensée beaucoup plus ample, couvrant un large spectre politique et intellectuel de la Mitteleuropa.    

Une des sensibilités les plus importantes est le pessimisme culturel résigné : il inclue des écrivains comme Thomas Mann, des sociologues comme Ferdinand Tönnies et Max Weber, ou des philosophes comme Oswald  Spengler.

Il serait d’autant plus faux de l’identifier avec l’antisémitisme, qu’il existe, dans la culture germanique de cette époque, un pessimisme culturel juif , représenté, entre autres, par des écrivains comme Stefan Zweig et Joseph Roth.

S’il comporte un pôle conservateur ou réactionnaire, il n’existe pas moins en Europe centrale un pessimisme culturel de gauche - souvent représenté, il est vrai, par des penseurs juifs. Il suffit de mentionner Franz Kafka,  Walter Benjamin, ou l’Ecole de Frankfort. On peut aussi trouver des équivalents dans d’autres cultures ou continents : Orson Welles pourrait être un exemple. 

Il s’agit ici d’un pessimisme révolutionnaire qui n'a rien à voir avec la résignation fataliste, et encore moins avec la variante réactionnaire et pré-fasciste du pessimisme culturel, parce qu’il est inséparable d’idées libertaires. Sa préoccupation n'est pas le "déclin" des élites, ou de la nation, mais les menaces que fait peser sur l'humanité le progrès technique et économique promu par le capitalisme, ou la domination impersonnelle et meurtrière des appareils bureaucratiques.  

Franz Kafka, Orson Welles et Walter Benjamin représentent trois variantes très différentes de ce pessimisme culturel de gauche.  

Dans Der Prozess, le pessimiste Kafka, qui avait des sympathies anarchistes, met en évidence le pouvoir mortifère des « appareils »  et l’incapacité des individus à résister, victimes de leur soumission volontaire. La conclusion du roman n’est pas moins, implicitement, un appel à la révolte. 

Le film d’Orson Welles partage ce diagnostic, même s’il le formule dans un autre langage, et la conclusion qui semble suggérer une guerre atomique, est loin d’être optimiste. 

Enfin, Walter Benjamin qui avait lu avec un attention infinie les écrits de Kafka, avait été frappé par « l’absence d’espoir » des accusés du Procès. 

Sa variante du pessimisme culturel, comme nous verrons, se réclame à la fois du communisme et de l’anarchisme, et se propose, dans une perspective révolutionnaire, d’ « organiser le pessimisme »,  précisément pour éviter l’avènement du pessimum

Ce pessimisme de gauche était-il exagéré ? 

Était-il paralysant,en inspirant la peur ?

En ce qui concerne Kafka et Benjamin,  il faut les considérer plutôt comme des « avertisseurs d’incendie », qui ont eu l’intuition, parfois avec une lucidité impressionnante, des catastrophes à venir. 

Certes, ils n’ont pas pu prévoir Auschwitz ou Hiroshima : pour cela,  ils n’étaient pas suffisamment pessimistes…

Ce pessimisme culturel de gauche est-il d’actualité aujourd’hui, à la lumière de la catastrophe écologique qui approche à grand pas, ou de la montée spectaculaire de gouvernements d’extrême droite, ou fascisants dans la planète ?  

Ne faut-il pas,malgré tout,compenser le pessimisme de la raison par l’optimisme de la volonté,comme proposait Antonio Gramsci  (citant Romain Rolland) ?  

Aux lecteurs de tirer leurs conclusions…

       Michael  Löwy

[1] Fritz Stern, Kulturpessimismus als politische Gefahr, Eine Analyse nationaler Ideologie in

Deutschland, Munnich, DTV, 1986.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique dans une association d’aide aux migrants à Calais. Elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités
Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau