Michael Lowy
Directeur de recherche émérite au CNRS
Abonné·e de Mediapart

103 Billets

1 Éditions

Billet de blog 28 avr. 2019

Le surréalisme et le temps des rêves

Présentation d’«Alcheringa» («le temps des rêves» dans le langage de tribus australiennes), nouvelle revue publiée par le Groupe de Paris du mouvement surréaliste.

Michael Lowy
Directeur de recherche émérite au CNRS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans un article de 1962, Main Première, André Breton faisait référence au mot « Alcheringa », qui signifie, dans le langage des aborigènes australiens, « le temps des rêves ».   C’est ce mot qu’a choisi le Groupe Surréaliste de Paris pour titre de leur nouvelle revue, dont le premier numéro vient de sortir. Richement illustrée avec des peintures de Guy Girard, Rik Lina - objet d’une étude par Claude-Lucien Cauët - et Sergio Lima (surréaliste brésilien), des nombreux collages, des dessins de Virginia Tentindo, des photomontages de Pierre-André Sauvageot, la revue porte en couverture la photo d’un étrange objet aérien de la jeune artiste Elise Aru, intitulé « Aquarium des rêves ». On trouve dans Alcheringa, serties dans ses pages comme autant d’agates des rivières, des poèmes, des récits de rêve, des contes (Bertrand Schmitt), des essais sur la liberté (Alfredo Fernandes) ou sur l’amour (Joël Gayraud), des comptes rendus de livres et d’expositions - notamment une « onirocritique » par Sylvain Tanquerel de l’exposition intitulée « Libre Moiseau » du peintre et cinéaste Michel Zimbacca. Sans oublier les jeux, cette activité surréaliste collective, ludique et sacrée : par exemple, un jeu d’interprétation du rêve d’une personne inconnue (il s’agissait de Sigmund Freud !).

   Dans l’éditorial de cet étonnant OCS (objet culturel subversif ), Guy Girard affirme : « Il s’agit de dire non à tous ces systèmes d’oppression, de domination, d’aliénation des corps et des esprits qui font l’emprise de la civilisation capitaliste, pour laquelle n’est véritablement réel que ce qui est produit par la rationalité marchande ».   L’objectif ambitieux que se donne la revue c’est rien moins que d’« inciter à conjuguer au temps du rêve l’insolente jeunesse de la révolte et de l’imagination sans entraves ».

   La solidarité avec les luttes émancipatrices fait partie de la tradition révolutionnaire des surréalistes. Dans ce premier numéro d’Alcheringa ils rendent hommage au Chiapas et au Rojava, « une constellation rouge et noire » : ce que le Chiapas Zapatiste et le Rojava kurde (nord de la Syrie)   ont en commun, malgré leurs différences évidentes, c’est l’auto-organisation à la base, les refus des logiques capitalistes et étatiques, et la lutte pour l’égalité entre hommes et femmes. Si le mouvement zapatiste, l’héritier de 500 ans de résistance indigène au colonialisme et au capitalisme, a réussi à imposer , face à l’Etat mexicain, une fédération de communes autonomes, l’expérience du Rojava est une petite flamme d’utopie dans une région du monde déchirée par l’intolérance religieux, les combats exterminateurs entre nationalismes, la violence aveugle, les guerres entre clans plus réactionnaires les uns que les autres, les interventions de puissances impérialistes rivales.

     Les lecteurs intéressés par cette plongée dans le temps des rêves - qui est aussi un temps des luttes - peuvent se procurer un exemplaire à la Librairie La Brèche.

Alcheringa, n° 1, Paris, Editions Surréalistes, janvier 2019

       Michael Löwy

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Le maire écologiste de Grenoble fait voter l’autorisation du burkini sous les invectives
Lundi soir, malgré les pressions et après un conseil municipal interminable, Éric Piolle a fait adopter, sur le fil, un changement du règlement intérieur des piscines municipales. Les militantes qui se sont battues pour pouvoir porter le burkini reviennent, pour Mediapart, sur la genèse de leur combat. 
par Pauline Graulle et David Perrotin
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal — Terrorisme
Le manifeste du tueur de Buffalo précise la menace terroriste d’extrême droite
Payton Gendron, le terroriste d’extrême droite qui a tué dix personnes à Buffalo (États-Unis) le 14 mai, a publié un manifeste qui mérite d’être comparé avec celui de Brenton Tarrant, auteur néo-zélandais de l’attentat de Christchurch. En s’inscrivant dans une continuité historique du suprémacisme blanc meurtrier, il appelle aussi à le prolonger.
par Nicolas Lebourg

La sélection du Club

Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre