Michael Lowy
Directeur de recherche émérite au CNRS
Abonné·e de Mediapart

103 Billets

1 Éditions

Billet de blog 30 mars 2022

Communisme oui, Poutinisme non !

bref commentaire sur la guerre en Ukraine

Michael Lowy
Directeur de recherche émérite au CNRS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

COMMUNISME OUI,  POUTINISME NON !

 L'OTAN est une organisation impérialiste, hégémonisée par les États-Unis, responsable d'innombrables guerres d'agression.  La dissolution de ce monstre politico-militaire, engendré par la guerre froide, est une exigence démocratique élémentaire.  Son affaiblissement ces dernières années a conduit Emmanuel Macron, le président néolibéral de la France, à déclarer en 2019 que l'Alliance était en "mort cérébrale".  Malheureusement, l'invasion criminelle de l'Ukraine par la Russie a redonné vie à l'OTAN !  Plusieurs pays neutres (Suède, Finlande, etc.) envisagent de rejoindre l'OTAN ; les troupes américaines sont stationnées en Europe en grand nombre ; l'Allemagne, qui refusait il y a deux ans d'augmenter son budget militaire malgré la pression brutale de Donald Trump, a décidé d'investir 100 milliards d'euros dans le réarmement.  Et ainsi de suite.  Vladimir Poutine a sauvé l'OTAN de son lent déclin, voire de sa disparition.

Pourquoi cette invasion de l'Ukraine ?  Tant que Poutine voulait protéger les minorités russophones de la région du Donesk, il y avait une certaine rationalité dans sa politique.  Il en va de même pour son opposition à l'expansion de l'OTAN en Europe de l'Est.  Mais l'invasion brutale de l'Ukraine, avec son cortège de bombardements de villes, avec des milliers de victimes civiles, dont des personnes âgées, des femmes et des enfants, n'a aucune justification.

Avec quels arguments Poutine essaie-t-il de légitimer cette guerre criminelle contre le peuple ukrainien ?   L'argument de la "dénazification" de l'Ukraine n'a ni pied ni tête.  Le peuple ukrainien a élu comme président un juif, Zelenski, qui est fier de son grand-père qui a combattu dans les rangs de l'Armée rouge contre le nazisme.  Bien sûr, il existe des partis et des groupes néo-nazis en Ukraine, mais lors des dernières élections, ils n'ont obtenu que 3 % des voix.  Il existe des groupes similaires en Russie.  Comment Poutine peut-il prétendre être antifasciste alors qu'il soutient politiquement et financièrement plusieurs partis néofascistes en Europe, comme le Front national de la famille Le Pen en France, ou la Legga de Matteo Salvini en Italie ?   Le journal du Parti communiste français, "L'Humanité", a publié un dossier sur ce sujet le 22/3/2022 sous le titre "L'extrême droite et Poutine"...

L'autre "légitimation" de l'invasion se trouve dans le discours prononcé par Poutine le 22 février 2022.    Selon le Chef d'État russe, l'Ukraine "a été entièrement créée par la Russie bolchevique et communiste", car "Lénine et ses camarades ont arraché l'Ukraine à la Russie" ! L'Ukraine mérite d'être appelée "l'Ukraine de Lénine", car il était "l'auteur et l'architecte" de ce pays.  C'est Lénine qui a inventé le désastreux «droit des nations à l'autodétermination jusqu'à la sécession, qui est le fondement de l'État soviétique", une concession absurde aux nationalistes des différentes républiques formées après la révolution de 1917.   Donner à ces républiques le droit de se séparer de l'État russe était, selon Poutine, "une folie, quelque chose de totalement incompréhensible", une véritable destruction de la "Russie historique" (c'est-à-dire tsariste). S'adressant aux dirigeants ukrainiens, Poutine affirme : vous parlez de "décommuniser" l'Ukraine (c'est-à-dire de rompre avec son passé communiste), mais vous restez au milieu de la route.  "Nous allons vous montrer la vraie dé-communisation", conclut Poutine, faisant référence à son projet de réintégrer l'Ukraine, par la force bien sûr, dans l'État russe. 

Telle est donc la "justification" poutiniste de l'invasion de l'Ukraine : des arguments anti-communistes, anti-léninistes, et l'ambition de restaurer la "Russie historique" d'avant le bolchevisme - c'est-à-dire la Russie tsariste - en annexant l'Ukraine.  Ce n'est pas un hasard si la grande majorité des partis communistes du monde, y compris les plus nostalgiques du socialisme soviétique, comme le grec et le chilien, ont condamné l'invasion russe en Ukraine.

On peut formuler de nombreuses critiques à l'égard de l'Ukraine actuelle : manque de démocratie, oppression de la minorité russophone, "occidentalisme", etc, etc.  Mais on ne peut nier le droit du peuple ukrainien à se défendre contre l'invasion russe de son territoire, au mépris brutal et criminel du droit des nations à disposer d'elles-mêmes. 

  Soit le communisme soit le poutinisme, soit Vladimir Illitsch soit Vladimir Poutine, soit le droit à l'autodétermination des nations soit le droit des empires d'envahir et de chercher à annexer d'autres pays : à chacun de choisir ce qu'il préfère, mais ce sont des options irréconciliables. 

 Espérons qu'un jour les peuples d'Europe et de Russie seront libérés de leurs oligarchies capitalistes parasites.  Telle était la proposition des révolutionnaires d'octobre 1917. 

Michael Löwy

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Assurances : les résultats s’envolent, pas les salaires
Depuis plusieurs mois, des mouvements sociaux agitent le monde des assurances où les négociations salariales sont tendues, au niveau des entreprises comme de la branche professionnelle. Les salariés réclament un juste partage des bénéfices, dans un secteur en bonne santé.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Le RN s’installe, LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi

La sélection du Club

Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach