michbret
Abonné·e de Mediapart

117 Billets

4 Éditions

Billet de blog 6 sept. 2010

The Grand Design : L'univers n'a plus besoin de Dieu

«The Grand Design» est le titre du dernier livre de Stephen Hawking et Leonard Mlodinow qui sort le 7 septembre aux USA et le 9 en Grande Bretagne (Bantam Books).

michbret
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

«The Grand Design» est le titre du dernier livre de Stephen Hawking et Leonard Mlodinow qui sort le 7 septembre aux USA et le 9 en Grande Bretagne (Bantam Books).

Stephen Hawking est un célèbre physicien anglais, théoricien et cosmologiste et Leonard Mlodinow est un physicien américain du Caltech.

Stephen Hawking (68 ans) est un des théoriciens majeurs depuis Albert Einstein dans les domaines de l'astrophysique et de la cosmologie. Ses travaux sur les singularités, la gravitation et les trous noirs (avec Roger Penrose) font référence au sein de ses pairs.

Il souffre depuis de très nombreuses années d'une grave maladie (une dystrophie neuromusculaire), est totalement paralysé depuis 1974 et ne peut plus s'exprimer qu'a l'aide d'un synthétiseur vocal et d'un ordinateur. Il a un site web officiel avec une version française.

Cette photographie à été prise en France en 2006.

Malgré cette maladie (il est pratiquement incompréhensible et met des minutes à s'exprimer là où cela nous prendrait quelques secondes) sa production scientifique est remarquable même si elle est nécessairement faite en collaboration (il faut un autre physicien pour le comprendre).

Encore plus remarquables, a mon humble avis, sont ses ouvrages de vulgarisation où il arrive à mettre à la portée de tous les concepts les plus ardus de l'astrophysique et de la cosmologie moderne.

A destination des adolescents, il a écrit avec sa fille Lucy, des sortes d'aventures cosmiques prétexte à expliquer ces notions difficiles de manière étonnamment limpide pour ce jeune public : Georges et les secrets de l'univers ou Georges et les trésors du cosmos publiés en français chez Pocket jeunesse en sont deux exemples.

Plus pour les adultes, on peut citer "Une brève histoire du temps" (A Brief History of Time) qui publié en 1988, est resté dans la liste des best-seller du Sunday Times pendant plus de 4 ans (9 millions d'exemplaires). Cet essai à été abrégé et réactualisé en 2005 dans "A Briefer History of Time" (avec Mlodinow - 2005) traduit sous "Une belle histoire du temps". Il y en a beaucoup d'autres comme "L'univers dans une coquille de noix" (The Universe in a Nutshell) paru en 2001.

Vous avez certainement deviné que j'admire le personnage, pas seulement pour sa qualité scientifique (j'ai peine à comprendre ses écrits purement scientifiques n'ayant pas le niveau ad-hoc) mais aussi pour ces efforts de vulgarisation que je trouve particulièrement réussis tout en restant rigoureux (NB. Sauf les livres pour les ados, je les ai tous lu en anglais - j'espère que la traduction est au niveau).

Donc, dans les jours qui viennent, "The Grand Design" sort (il sera peut être traduit un jour sous le titre "Le grand dessein") et vous imaginez bien que je vais chercher à me le procurer rapidement.

En effet, les critiques que j'ai pu lire dans la presse anglo-saxonne mettent encore en avant la qualité et l'aspect abordable mais rigoureux de cette vulgarisation (décidément, je n'aime pas ce terme) surtout que Hawking y aborde les aspect les plus récents et les plus complexes des théories cosmologiques (branes, M-theories, Super-cordes, ...). A titre d'exemple la revue du journal The Washington Post.

Mais que vient faire Dieu dans cette affaire et pourquoi se retrouve t-il en titre de ce billet.

Il se trouve que le journal britannique "The Times" a publié des extraits choisis de cet essai d'Hawking (je ne peut pas mettre de liens, l'accès au Times nécessitant un abonnement payant). Or il se trouve qu'Hawking, pour la première fois a mentionné Dieu, et au terme de son raisonnement aurait conclu à son inutilité dans les processus de "création" de l'univers.

Pour ne citer que quelques uns de ces extraits (la traduction, n'étant pas mon métier, j'invoque une certaine indulgence) :

- "the universe can and will create itself from nothing," : L'univers le peut et il se créé lui même de rien

- "Spontaneous creation is the reason why there is something rather than nothing, why the universe exists, why we exist," : La création spontanée est la raison pour laquelle il y a quelque chose plutôt que rien, pour laquelle l'univers existe, pour laquelle nous existons.

- "It is not necessary to invoke God to light the blue touch paper and set the universe going." : Il n'est pas nécessaire de faire appel à Dieu pour mettre le feu aux poudres (allusion au Big Bang) et avoir l'univers en marche.

Évidemment, surtout sorti du contexte du raisonnement de Hawking, cela a suscité quelques réactions des milieux religieux, somme toutes très modérées en Grande Bretagne :

- L'archevêque de Canterburry, Mgr Williams : "physics on its own will not settle the question of why there is something rather than nothing." La physique, toute seule ne résoudra pas la question de pourquoi y a t-il quelque chose plutôt que rien.

- Le rabbin Jonathan Sacks, leader de la communauté juive anglaise : "Science is about explanation. Religion is about interpretation ... The Bible simply isn't interested in how the Universe came into being.". La science s'occupe d'explication. La religion s'occupe d'interprétation ... Simplement, la bible ne s'intéresse pas au comment de la naissance de l'univers".

- L'imam Ibrahim Mogra, président du conseil musulman de Grande Bretagne : "If we look at the Universe and all that has been created, it indicates that somebody has been here to bring it into existence. That somebody is the almighty conqueror." : Si nous regardons l'univers et tout ce qui a été créé, cela indique que quelqu'un était là pour pourvoir à son existence. Ce quelqu'un est le conquérant tout-puissant.

Là encore pardonnez mes traductions éventuellement approximatives. C'est pour cela que je cite les textes originaux.

Rien à dire, ils sont dans leur rôle, et c'est modéré. Et tout aussi reconnu scientifiquement (et célèbre outre Manche) que soit Stephen Hawking, ce n'est pas avec quelques lignes sorties du contexte du livre que l'on peut juger.

Aux USA c'est parfois plus violent car c'est une "grosse pierre" dans le jardin du créationnisme, cette tendance religieuse qui refuse la notion d'évolution des espèces telle que l'ont énoncé Darwin et ses successeurs. Face aux échecs successifs d'une approche basée uniquement sur la religion (la Bible essentiellement) pour s'opposer aux théories de l'évolution, ils tentent depuis de nombreuses années de promouvoir une approche "scientifique" justifiant le design intelligent. Pour simplifier, l'évolution et la création ne serait que le fruit d'une conception intelligente et progressive (évidemment menée par Dieu) ayant aboutit à l'homme.

Bon, attendons de lire le livre de Stephen Hawking car s'il est aussi bien construit que ses précédents ouvrages, cela risque d'être très intéressant.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof