ZAPA : L'arme écologique pour virer les pauvres du centre ville ?

ZAPA c'est quoi ce truc ? Cela vient d'être réactivé par Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'écologie lors des assises de la qualité de l'air.

ZAPA c'est quoi ce truc ? Cela vient d'être réactivé par Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l'écologie lors des assises de la qualité de l'air.

Il s'agit dans le projet de décret de définir des Zones d'Action Prioritaire pour l'Air (ZAPA) et d'autoriser les collectivités locales à y interdire, sous peine de contravention, la circulation des véhicules à moteur les plus polluants (voitures, 2 roues, bus, camions, ...). Huit villes pourraient expérimenter cette nouvelle mesure dès 2012 durant 3 ans afin de valider ou d'invalider ce concept issu du Grenelle de l'environnement. Cela concernerait Paris, Saint-Denis, Lyon, Grenoble, Clermont-Ferrand, Bordeaux, Nice et Aix-en-Provence (NB. une autre liste ne mentionne que 6 villes expérimentales).

 

Dans le cas particulier de Paris une extension jusqu'à la rocade de l'A86 est même évoquée.

 

A cette fin, s'inspirant d'un cocktail de normes européennes, les véhicules seraient classés en quatre catégories (A à D) du plus polluant au moins polluant. Évidemment, les plus polluants serait carrément interdits de circulation. Seraient concernés les voitures mises en circulation avant le 30 septembre 1997, les deux-roues d'avant le 30 juin 2004, ... (lire le projet et les autres documents joints)

 

Certes, la pollution des centres villes est élevée et cela ne va pas sans poser de nombreux problèmes de santé, particulièrement les jours chauds et sans vent (anticyclonique). De ce point de vue, les polluant ciblés par le projet de décret sont ceux qui nuisent le plus: les particules fines et les oxydes d'azote.

 

Au niveau national, rien que pour les voitures qui tomberaient en catégorie A, cela concerne environ 10 millions de véhicules.

 

Maintenant, je vais me risquer à une approche sociologique : qui roule donc toujours avec une "poubelle" de plus de 13 ans d'age ?

J'y vois deux catégories :

1) Ceux qui roulent assez peu, entretiennent bien leur voiture, n'ont pas d'accident et ne sont pas spécialement motivés pour la changer même s'ils le peuvent financièrement (tous les français ne sont pas des fous furieux de l'automobile comme objet fétiche). On peut caricaturer dans le style "les petit vieux" mais il y a aussi ceux qui utilisent les transports en commun la semaine et la voiture le WE pour les courses ou une virée dominicale. J'ai un exemple personnel : mon père a gardé sa 504 L 27 ans, en parfait état et c'était la seule voiture du foyer!

2) Ceux pour qui la voiture est un objet nécessaire pour aller travailler (vu l'état des transport en commun) mais dont le budget déjà très serré, ne permet pas de folie. Cette catégorie de population a tendance, contrainte et forcée, à faire durer le plus possible leur véhicule. J'en connais pour qui le passage du contrôle technique est une angoisse à cause des risques de réparation imposés et imprévus. Pour cette catégorie, un accident peut s'assimiler à une catastrophe financière dont la seule issue est un emprunt et l'achat d'un véhicule d'occasion donc ancien!

 

L'état du coût du logement dans les villes pousse de plus en plus de gens ayant un revenu modeste à s'éloigner des centres ville ce qui leur impose un usage accru d'un véhicule pour rejoindre leur lieu de travail. S'ils se sont éloignés pour gratter quelques petites centaines d'Euros mensuels, ce n'est pas eux qui vont changer de voiture comme on change de chemise.

 

Or, il y a un paradoxe dans tout cela. Le CO2 n'est pas pris en compte, ce qui est normal, car ce n'est pas un polluant stricto sensu.

 

Donc le bon gros 4x4 avec son pot catalytique et son filtre à particule modernes, l'outil parfaitement adapté à l'état du terrain dans le 16ième arrondissement, ne sera pas touché!

 

Salauds de pauvres, arrêtez de nous polluer ...

 

PS. En attachement les fichiers du projet.

Il y a une consultation publique sur le site du ministère

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.