Rafale : Probable collision aérienne

Deux Rafale se sont abimés en mer le 24 septembre 2009 vers 18h09, à 30 km au large de Perpignan (Pyrénées-orientales) et à environ 60 km du porte-avions Charles de Gaulle.

Deux Rafale se sont abimés en mer le 24 septembre 2009 vers 18h09, à 30 km au large de Perpignan (Pyrénées-orientales) et à environ 60 km du porte-avions Charles de Gaulle.

 

Les deux pilotes étaient des pilotes d’essais (a priori très expérimentés) et non des pilotes de l’escadrille 12F déployée sur le porte-avions Charles de Gaulle comme cela a été rapidement mentionné par la presse.

 

Ils effectuaient une campagne d’essais de catapultage lourd depuis le porte-avions dans le cadre de la validation du nouveau standard Rafale-Marine F3. L’essai consistait à être catapulté avec la charge maximale ce qui nécessite l’utilisation de la postcombustion (poussée des réacteurs maximale) en appoint du catapultage. Le catapultage n’est pas en cause. Les avions brulaient leur carburant avant de revenir pour apponter sur le porte-avions. Cela semble stupide mais pour faire un essai de catapultage lourd, il faut avoir le plein de carburant pour être au poids maximal. Or il est impossible d’apponter avec le plein car l’avion est trop lourd et c’est très dangereux.

 

Le pilote qui s’est éjecté, le capitaine de corvette Yann Beaufils, est un pilote d’essais membre du CEPA (Centre d'expérimentations pratiques de l'aéronavale). Son Rafale aurait été percuté par l’arrière. Il a été repêché et ses jours ne sont pas en danger.

 

L’autre pilote est disparu. Il s’agit du capitaine de frégate (de réserve) François Duflot, membre du CEV (Centre d’Essais en Vol) qui ne se serait pas éjecté. Son avion a continué sa trajectoire jusqu’à percuter la mer.

 

Agé de 45 ans, il totalisait 4,300 heures de vol sur plus de 30 avions différents. C’est un ancien pilote de l’aéronavale qui a rejoint la Marine nationale en 1986. Il a effectué 80 missions de combat en Bosnie et au Kosovo et réalisé près de 600 appontages dont 110 de nuit. Il a été breveté pilote d’essais en 2002 et a effectué des vols d’essai au CEPA ou au CEV depuis cette date.

 

Comme cela fait maintenant deux jours, il est malheureusement probable qu’il soit décédé. Les carcasses des deux avions gisent par environ six cent mètres de fond.

 

Un accident similaire s’était déjà produit en octobre 2008. Deux Super-Etendard de la Marine nationale s’étaient percutés au large de l’ile de Batz. Là aussi, un des pilotes avait pu s’éjecter et être repêché vivant.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.