Michel ALBA
Professeur de lettres, poète, rêveur
Abonné·e de Mediapart

82 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mars 2011

L'OBSCURITÉ S'ABAT SUR L'EGYPTE

Michel ALBA
Professeur de lettres, poète, rêveur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'Obscurité s'Abat sur l'Egypte

Par Giulio Meotti

www.IsraelNationalNews.com - 20/3/11

Traduit par Albert Soued, écrivain www.chez.com/soued pour www.nuitdorient.com

Rencontrez les nouvelles figures qui font la nouvelle Egypte, à celui qui détestera le plus le voisin Israël ! Le référendum de samedi confirme la force des Frères Musulmans (1).

Hosni Moubarak n'était pas un dirigeant idéal, car plongé dans la corruption, le népotisme et la répression. Mais il avait laissé l'Egypte dans l'orbite occidentale et s'était élevé contre l'Irak de Saddam Hussein et l'Iran de Khomeini. Il a signé un traité de paix avec Israël qui dure depuis 32 ans et a survécu à 6 tentatives d'assassinat, a combattu le Hamas et il était le seul dirigeant arabe, en dehors du roi Hussein de Jordanie, à se rendre aux funérailles de Yisth'aq Rabin à Jérusalem.

Son héritage dans l'histoire de l'Egypte commence à ressembler à une relique du passé.

Les sondages indiquent déjà que les frères Musulmans sont capables de conquérir 30% des voix populaires, voire 40%. Le quotidien al Ahram rapporte que des membres de la confrérie ont déjà laissé entendre qu'ils utiliseraient l'article 2 de la Constitution, pour faire progresser l'islamisation du pays, cet article disant que la "sharia'h est la source de toute législation"

Saad Katatni, chef de la branche politique de la Confrérie, le "parti de la Liberté et de la Justice" (2) est un ultra conservateur. Peu se souviennent de ses paroles "les Frères Musulmans s'opposeront à la diffusion de la télévision pendant le Ramadan". En 2008, le Parlement avait interdit les mutilations génitales des femmes et Katatni a vilipendé Moubarak disant que "rien en Islam n'interdisait la circoncision"

Après la chute du Pharaon, son temps est venu. Un autre membre de la Confrérie est membre du Comité qui a réformé la Constitution, Sobh'i Saleh', connu pour son soutien aux Talibans et pour sa demande d'interdire "de s'embrasser en public", de son argumentation en faveur des mariages précoces, à 15 ans au lieu de 18 ans…

De même l'imam Qaradawi est revenu après des décennies d'exil. Avant son récent sermon de Midan al Tah'rir, son dernier sermon avait été donné après l'assassinat de Sadat, puis il fut chassé par Moubarak et il avait trouvé refuge au Qatar (3), d'où il lançait ses fatwas anti-occidentales et antisémites.

Les Frères Musulmans ont fait campagne pour remplacer la hiérarchie cléricale actuelle par des Frères de la Confrérie. Une amnistie générale a été décrétée par l'armée et des centaines de terroristes et d'islamistes ont été libérés, membres du Jihad Islamique ou d'al Qaeda, ceux qui ont assassiné Sadat en 1981. Ils ont été pardonnés et accueillis comme des héros.

Le frère du N°2 d'al Qaeda, Mohamed al Zawahiri a lui aussi été libéré. Sheikh abou al Seoud, chef historique de Gaméa'h al Islmaiya est aussi dehors, après 25 ans de prison. Rappelons que son groupe avait tué 58 touristes à Louxor, les immolant dans les Temples de Thèbes et sur les tombes des Pharaons (4).

Un grand nombre de membres du Hamas ont été libérés, ainsi que les membres du groupe Takfir oual Hijra qui avaient tué Mohamed al Zahab, autrefois ministre des Affaires Religieuses, le visant dans l'œil gauche, symbole de la "traitrise".

Toutes les forces laïques du Caire ont demandé la révision ou la rupture des relations avec les Etats-Unis et Israël. Mohamed al Baradei, l'un des candidats à la présidence a dit qu'"Israël était la plus grande menace au Moyen Orient". Ce prix Nobel de la Paix a dit "Israël a signé un traité de paix avec Sadat ou Moubarak, pas avec l'Egypte". Rappelons que cet homme a joué un rôle important dans la couverture du programme nucléaire iranien, apaisant l'Occident.

Le dirigeant de gauche du parti Karama, Hamdine Sabahi annonce déjà "la fin de la domination de l'Egypte par les Israélo-Américains". L'"islamiste modéré" Tareq al Bishri était le président du Comité de Réforme de la Constitution, ne tarissant pas d'éloge pour feu Sheikh Ahmed Yassine, fondateur du Hamas, disant aussi "toute forme de résistance doit être déployée contre l'occupant, y compris la violence".

Le plus grand parti de gauche "Tagammou" annonce ses principes anti-sionistes et s'oppose à toute normalisation avec l'entité sioniste. Le parti Nassérien veut résoudre la question palestinienne par l'expulsion de toutes "les forces occupantes" des terres arabes et il est opposé à l'accord de paix avec Israël.

George Ish'aq, chef du parti "Kefaya" a dit que l'accord de Camp David, "c'est de l'encre sur du papier". Le mouvement du 6 avril demande aussi l'annulation de ces accords entre l'Egypte et Israël.

Le Front Démocratique envisage de résister à "l'expansionnisme israélien" et de soutenir la cause palestinienne. Amr Moussa, sans doute le prochain président, a été immortalisé dans une chanson populaire dans le monde arabe "J'aime Amr Moussa et hais Israël"

Ousama ben Laden avait dit "Quand les gens voient un cheval puissant et un cheval faiblard, ils vont naturellement vers le cheval puissant". En Egypte, le cheval le plus fort est aujourd'hui celui qui a le plus de ressentiment et de haine.

Son visage est couvert par l'obscurité

Notes de www.nuitdorient.com

(1) Les amendements de la constitution ont été approuvés par 77% des votants, soit par 34,5% de la population en âge de voter. Les partis "libéraux" étaient opposés aux amendements, car ils souhaitaient une refonte complète de la Constitution.

(2) Affinité de nom avec l'AKP turc d'Erdogan et de Gul

(3) Ses sermons haineux du samedi soir sur la chaîne al Jazira sont réputés.

(4) Touristes de Suisse, d'Angleterre, d'Allemagne, du Japon

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali
Journal
Professeurs non remplacés : la Cour des comptes dénonce une « défaillance institutionnelle »
Dans un rapport publié jeudi, les magistrats financiers se penchent sur les absences des enseignants qui font perdre aux élèves 10 % d’heures de cours dans les lycées. Les deux tiers sont liés à une mauvaise organisation de l’Éducation nationale.
par Faïza Zerouala

La sélection du Club

Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss