Michel Canis
Chirurgien et Professeur de Gynécologie
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mars 2022

Lettre ouverte au président du comité consultatif national d'éthique

Monsieur le président, les soignants et les gens qui travaillent à l'hôpital ont besoin de votre aide pour les guider dans les choix éthiques auxquels ils sont confrontés chaque jour. Les choix deviennent impossibles. La maltraitance devient fréquente voire quotidienne. Merci de votre ou de vos réponses.

Michel Canis
Chirurgien et Professeur de Gynécologie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lettre ouverte à Monsieur le Président du Comité Consultatif National d’Éthique

Michel Canis (Professeur de Gynécologie Obstétrique CHU de Clermont-Ferrand)

Clermont Ferrand Le 15 Mars 2022

Monsieur le Président, l’hôpital public devient-il un lieu de maltraitance ordinaire ?

            Quand notre société s’émeut de la financiarisation des établissements pour personnes âgées, au moment où nous acceptons peut-être de « voir » enfin ce que nous savons depuis longtemps.

Oui aujourd’hui, le comité consultatif national d’éthique que vous présidez doit venir en aide aux employés des hôpitaux publics. La gestion financiarisée de ces structures nous amène chaque jour à des choix impossibles qui peuvent conduire à la négligence, voire à la maltraitance. Ces mots sont graves. Je vous laisse qualifier quelques exemples de choix que nous portons chaque jour, conscients qu’ils sont synonymes de souffrance pour ceux qui sont du mauvais côté du choix.

Que dois faire l’infirmière de nuit d’un service de chirurgie, seule pour 22 malades dont une patiente en fin de vie, isolée loin de sa famille, qu’il faudrait accompagner. Douze des autres patients ont été opérés le jour même. Qui négliger, les opérés qu’il faut surveiller pour dépister une complication, tellement plus grave quand elle est prise en charge avec retard, ou celle qui vit sa dernière nuit, physiquement soulagée mais si seule face à la mort ! Comment accepter cette négligence contrainte comme le juste soin, si loin du soin qui fait la grandeur du métier de soignant, celui pour lequel on a choisi d’être là cette nuit …

Que dois faire cette équipe chirurgicale de gynécologie qui, à la fin du COVID va devoir, par manque d’anesthésistes, réduire son activité. Elle ne « rattrapera » pas le retard ». Au contraire, elle va encore faire des choix. Les urgences et les interruptions volontaires de grossesse seront assurées, les patientes atteintes d’un cancer opérées dans le mois qui suit le diagnostic, autant que possible. Mais parmi les autres, qui prioriser ? Les patientes infertiles dont l’âge avance qui voient chaque report éloigner leur rêve de famille ; celles qui voient s’évanouir leur chance de préserver leurs ovocytes, les patientes atteintes d’endométriose en arrêt de travail depuis des mois à cause de douleurs sévères, les patientes incontinentes urinaires qui espèrent une intervention qui effacerait l’odeur qui les « habille » et les isole. Ces souffrances ne sont pas vitales, alors qui prioriser ? Qu’est-ce que la vie qui se résume à une douleur, à des odeurs. Que reste-t-il de vie, quand on doit abandonner le rêve d’un enfant ? Nous savons la souffrance de celles que nous ne traitons pas mais comment trier, qui abandonner sans soin en reportant encore une fois l’intervention.

Que doit faire cette infirmière de gériatrie quand deux patients appellent. L’un un peu dément doit être accompagné aux toilettes, l’autre dont la douleur se réveille, réclame le changement d’une pompe à morphine, changement retardé par le malaise d’un troisième patient. Laisser le premier se souiller dans sa couche ou laisser l’autre souffrir, lui qui évoque la mort comme un soulagement quand les effets des morphiniques s’estompent ?

Ces choix inhérents à nos métiers, ne sont plus l’exception, ils deviennent la règle. Et nous pourrions multiplier les exemples. Alors nous ne savons plus faire ? Ces choix inavouables, le sentiment de participer à un système maltraitant conduit nombre d’entre nous à partir, à changer de métier en dépit des incitations financières… Dites-nous vite ! Nous suivrons vos avis avec soulagement. Si vous ne pouvez pas répondre merci de le dire aussi.

La gestion financiarisée des hôpitaux n’est finalement pas si loin de la gestion des EPHAD privés. Les restrictions financières conduisent à la maltraitance des plus faibles, que cette « rigueur » s’applique dans des établissements publics ou privés ne change rien à l’affaire. Nos compatriotes doivent le savoir.

Enfin une question pour nos directeurs d’hôpitaux, qui doivent choisir entre prévention du déficit et déficit des conditions du soin. Par règle, ils choisissent le déficit des conditions du soin. Ce choix difficile, ils le font confiants dans le dévouement de leurs équipes, qui réussissent toujours l’impossible. Mais dans ces situations, l’hôpital est une voiture dont on déconnecterait la moitié des freins pour raison d’économie. Le chauffeur roulerait doucement, anticiperait les ralentissements et tout irait bien sauf … Sauf, si un freinage d’urgence pour éviter un enfant qui court derrière un ballon…..

Oui ils savent. Dans ces conditions, leur hôpital est un système faillible et potentiellement mal traitant. Certains se cachent derrière les injonctions paradoxales de leurs autorités, mais tous souffrent. Tous croisent les doigts pour que personne ne pousse la porte pour dire la catastrophe qu’ils redoutent, qu’ils savent possible, quasi inéluctable. Le devoir de réserve leur impose le silence, mais ils ont besoin de votre aide.

Monsieur, je vous interpelle publiquement parce que chaque membre de notre communauté nationale a le droit et le devoir de savoir que derrière les murs des hôpitaux se cachent des choix impossibles, inavouables, aussi difficiles « à voir ou à entendre » que la misère des EPHAD. Monsieur le président, l’hôpital public ne doit pas devenir un univers de maltraitance ordinaire !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine