Sous ce label de négociations dans l'entreprise, attirant et réformisme dans l'air du temps macronviel, se cache à terme la mort à brève échéance la mort du syndicalisme Français. En effet, " accorder la faculté aux entreprises d'établir leurs propres règles sur les licenciements.( journal le Monde du 16 juin 2017 ); et puis reculer ,le lendemain et on lit " ce n'est pas tranché. Quarante six séances de travail sont prévues entre les syndicats et le ministère du travail sur cette réforme du code du travail qui ne serviront pour nous à rien, puisqu'ils ne pourront pas amender l'essentiel à savoir, la négociation dans l'entreprise et à tous ce qui touchent les rapports salariaux, organisations du travail, chômages techniques, durée ou suppression des heures de travail, santé des travailleurs, pénibilités des tâches, primes, vacances décalées , rendements a effectué, etc....

Le discours actuel centré sur les modalités du licenciement est un leurre, pour mieux faire passer l'essentiel qui concerne les modalités de l'accomplissement du travail salarié dans l'entreprise, qui lui sera à la discrétion de l'employeur. 

Ce qui est grave et fondamental, c'est que les nouvelles dispositions négociées auront l'imprimatur et considérées COMME LA LOI applicable.

Autant, de négociations signées par les deux parties au contrat , ( puisqu'il s'agit d'un contrat ayant force législative  ) autant de lois applicables à savoir des milliers de lois diverses et variées. Le contrat signé, sera donc la loi des parties, à l'instar de l'article 1134 du code civil . E, n cas de violations? celle-ci devrait être déférée à la censure de la cour d'appel et de la cour de cassation. Et par qui du coté des salariés ?

Dans l'entreprise, le syndicat représentatif, ne sera pas partie au contrat.Puisque, écarté de cette négociation et mème d'après nous de l'entreprise. L'exemple de l'entreprise KIA doit nous guider dans nos réflexions ( référendum sans syndicat et approbation de supression d'une partie du salaire et augmentation des heures travaillées non payées ) Tout donc sera permis ou presque tout dans l'entreprise sous un  vocable démocratique du référendum. C'est cela que souhaite Macronviel et le Médef, à savoir l'entrepeise libérée de cette vérue de syndicat et ce depuis 1936. . C'est :

LA MORT DU SYNDICALISME FRANCAIS SOUHAITE PAR MACRONVIEL PAR LE MEDEF et dans cette ligne de lutter contre le chômage, de redresser nos comptes déficitaires, d'accroîrtre la compétitivité  de nos entrepeises, enfin cette mort c'est la justice divine qui le veut. Et Macron est notre dieu vivant, pugnace, exigeant, et voulant tout régenter, savoir et décider envers et contre tout. ( sans cela la porte )

Le journal  le Monde nous édifie sur la personnalité de Macronviel , dans son article du 15 juin 2017 " Elysée, cour fermée";

" chacun voit ce que tu parais,peu perçoivent ce que tu es " Machiaval a écrit le Prince et Macronviel a  rédigé son mémoire en philosophie sur Machiavel ; il est qualifié de brute quand il était banquier, et dit il à plusieurs reprises , on n'est pas là pour beurrer les tartines. Les journalistes du journal le Monde de l'article précité ( Bonnefous Pientralunga solen de Royer ) analyse Macronviel et :

"...Le bonapartisme porte en lui mème une tentation autoritaire ( Frnçois Bazin )la référence du Président n'est pas Riceour , mais Maquiavel , Macron a lu le Prince , il sait que la tactique de conquête n'est pas la même que celle de la conservation du pouvoir. Dans la conquête il était le renard rusé et duplice. Une fois élu, il est le lion, explicite, , vertical, jupitérien, . Et il prend tout. "

Chez les jésuites, il a été modelé par son maître spirituel Ignace de loyola du 16 e siècle, avec dans son enseignement une pratique originale , le théâtre qu'il a suivi , en tant que maitrise de soi , d'expression, et d'allocation, pratique de l'émulation  collective.

Alors qu'il n'était pas encore candidat, les comités politiques ( les copol ) qualifiés d'apôtres auto-proclamés, et  le copol le surnommait  émmanuel leur dieu.Ils manquent de culture, puisque Zarastoustra  nous affirme que dieu est mort.

 

Clerget Docteur en droit

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.