Ces derniers temps, les Français ont laissé de plus en plus d’argent sur des comptes et livrets bancaires.

Certains croient qu’ainsi, ils déposent de l’argent à la banque. Il n’en est rien.
Déposer de l’argent, ce serait louer un coffre, payer la location, l’assurance du contenu, venir avec une clé et une pièce d’identité pour le retirer pendant les heures d’ouverture, circuler avec des paquets d’argent en espèces. Cher, dangereux, pas pratique.

 En fait, votre argent, vous le prêtez à la banque. À une grosse banque le plus souvent, qui doit déjà par ailleurs beaucoup d’argent à beaucoup d’autres contreparties.

 Les grosses banques inspirent d’autant plus confiance qu’elles sont plus grosses. Erreur funeste : ce sont les plus exposées, les plus dangereuses, les moins garanties.

 Ce sont celles qui ont le plus d’agences, luxueuses et en dur, sources de gros frais fixes. Qui travaillent dans plusieurs pays, sources de risques variés. Qui spéculent sur les marchés financiers, sources de risques divers ; à l’aide d’énormes flux de produits dérivés, aux contreparties incertaines. Qui sont les plus compliquées à gérer, même pour leurs dirigeants très très bien payés.

 Pour vous rassurer[1], le gouvernement français a créé un Fonds de garantie censé vous rembourser jusqu’à 100 000 euros si votre banque fait faillite[2]. Pas 100 000 euros par compte, mais pour le total de tous vos comptes et livrets (sauf les livrets A, LDD et LEP, garantis par l’État) par déposant et par banque.

 Ce Fonds de garantie des dépôts et de résolution, alimenté progressivement par les banques, dispose de 3 milliards d’euros[3], qui seront portés à environ 5 milliards d’ici fin 2023[4]

 On voit que le Fonds de garantie n’en garantit en réalité qu’une toute petite partie, d’autant que, comme son nom l’indique, il sert aussi à la résolution, en clair, à secourir la banque et non pas seulement ses clients.

 Quand une banque prête à un particulier ou à une entreprise, elle est, à juste titre, très attentive à ses comptes passés et à venir, et à l’usage fait de l’argent prêté. Et, bien souvent, exige des garanties.

Mais vous, vous prêtez toutes vos économies sans demander ni comptes annuels ni garanties[5].

 Il serait plus prudent, donc, de déposer votre argent dans une petite banque[6]. Plus elle sera petite, et plus vous aurez de chance d’être remboursé complètement par le Fonds de garantie…

 En plus, il vous sera plus facile de savoir s’il elle spécule peu et finance correctement l’économie réelle, notamment locale. Et vous serez plus à même de parler d’égal à égale avec elle.

 


[1] Nos autorités financières vont répétant que l’essentiel est de rétablir la confiance. Votre confiance, c’est précisément ce dont les financiers abusent pour vous vendre des produits financiers moins rémunérateurs qu’ils ne le laissent entendre, mais plus risqués. Et pour oublier de vous parler des risques qu’ils courent par ailleurs. Il faudrait au contraire rétablir une saine défiance.

[2] Plus 70 000 euros pour un éventuel compte titres.

[3] Au 31 décembre 2014, ce montant s’établit à 3 131 millions €, répartis de la manière suivante : Garantie des dépôts : 2 958 millions, Garantie des titres : 135 millions, Garantie des cautions : 37 millions. 3 milliards, rapportés aux 1500 milliards de dépôts constituant M2 à fin 2015, ne forment qu’une garantie de 0,2%. Comme ces sommes garanties sont, pour la plus grande part, concentrées dans les quatre grands groupes bancaires français, la garantie correspondante est de l’ordre de 0,6%, si un seul de ces groupes fait défaut. Bref, vous risquez de tout perdre, moins un dédommagement de quelques centaines euros !

[4] En complément, le FGDR peut appeler des contributions exceptionnelles auprès de ses adhérents bancaires, et il peut également emprunter. Du moins, c’est ce que prévoit le code monétaire et financier. En pratique, emprunter à d’autres banques qui seront peut-être aussi elles-mêmes en difficulté…

[5] On a essayé, en vain, de scinder ces banques trop grosses pour être gérées, trop grosses pour être contrôlées, trop grosses pour être réglementées, trop grosses pour être secourues. Mais si elles sont si grosses, c’est de votre faute. À vous d’agir pour les faire maigrir, en transférant vos fonds dans les banques les plus petites possibles…

[6] Je ne dis pas qu’une petite banque est forcément moins risquée qu’une grosse ; je dis seulement que le fonds de garantie aura les moyens de rembourser la totalité des comptes inférieurs à 100 000 euros. Le Fonds a déjà remboursé les clients de trois petites banques : Dubus SA (3,8 M€ remboursés pour la garantie des titres), le Crédit martiniquais (frais d’avocats), et Européenne de Gestion Privée (22 M€ remboursés). Consulter son site Internet : https://www.garantiedesdepots.fr.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires
  • 06/01/2017 11:22
  • Par am31

Merci, c'est tellement clair que je crois avoir tout compris